TheDAB : Chapitre 24

TheDaB : Chapitre 23
TheDAB : Chapitre 25

Chapitre 24

Ma première mission !

 

Les disciples de la secte de la Porte Azure, quels qu’ils fussent, recevaient un paiement chaque semaine en fonction de leur base de cultivation sous la forme de pierres spirituelles. Ces pierres pouvaient servir pour les plus faibles à cultiver et pour les plus puissants comme simple monnaie d’échange. Même si finalement très peu de cultivateurs s’en servaient pour réellement absorber l’énergie spirituelle qu’elle contenait – suivre son Dao était plus de cent fois plus efficace – elles représentaient finalement un symbole de richesse dans le monde de la cultivation en général, un peu comme les pièces d’or chez les mortels. On ne les mangeait pas et elles ne servaient qu’à être dépensées.

Shi Kun venait de se rendre en ville avec ce qui lui restait de sa dernière remise de pierres spirituelles. La plupart des boutiques les acceptaient, naturellement, car elles représentaient une valeur financière et pouvaient être échangées contre d’autres biens ou service au quotidien. En réalité, la communauté de mortels possédait deux types de monnaies et la plupart des boutiques affichaient les deux prix : l’un en or, l’autre en pierres spirituelles.

Après avoir acheté assez de nourriture pour tenir pendant plusieurs jours sans avoir faim ainsi que, pour la première fois depuis plusieurs semaines, une énorme flasque d’alcool, Shi Kun s’en retourna à la secte. Il essuya d’autres regards mauvais tandis qu’il arpentait le chemin précédent dans le sens inverse et n’y prêta toujours pas attention.

Les quelques murmures qu’il pouvait entendre étaient trop vagues pour qu’il parvienne à mettre un sens dessus ; et de toute façon, il s’en moquait totalement.

La foule de disciples en colère, qui s’élevait à plus de vingt personnes lorsqu’il atteignit sa maison, se dispersa avec grand mal. Certains restèrent plantés devant la maison de Shi Kun pendant plusieurs heures avant de considérer qu’ils n’allaient rien lui faire pour l’instant et qu’ils pouvaient aussi bien partir.

Finalement, Shi Kun s’installa dans son jardin, à l’abri des regards indiscrets. Il ouvrit son paquetage et en sortit de la nourriture et la flasque d’alcool.

« Enfin. Ça faisait trop longtemps. » Sans prendre la peine d’avaler quoi que ce fût d’autre, Shi Kun ouvrit la flasque et en but une longue rasade. C’était de l’alcool simple et pourtant il lui avait tant manqué qu’il en versa une larme.

« Pfoua. C’était bon ! La dernière fois, c’était lorsque je me suis fait inviter par le patriarche… D’ailleurs, je suis curieux de savoir ce qu’il devient. Je pensais qu’il était très intéressé par mon Dao, ha ha. Il faut croire qu’il a changé d’avis. »

Attrapant un fruit, il croqua dedans à pleines dents. Le jus lui coula le long du menton et il s’essuya du revers de la manche. Une rasade d’alcool plus tard, il sentit une étrange énergie vibrer depuis l’intérieur de la petite maisonnette.

« Eh ? Le médaillon de commande ? » Chaque terrain, chaque demeure, chaque maison étaient fournis aux disciples avec un médaillon de commande particulier. Celui-ci leur permettait de recevoir les informations et les ordres particuliers, qui leur étaient destinés. Il n’avait pas vibré une seule fois depuis que Shi Kun avait investi les lieux.

« Je me demande ce qu’on me veut ? Je pensais qu’on ne me réclamerait jamais rien. »

Shi Kun se leva avec tant d’efforts qu’il pensait s’effondrer à nouveau immédiatement. Mais il parvint finalement à dépasser son corps mou et à traîner des pieds jusqu’au médaillon. Il l’attrapa et sut instinctivement comment l’utiliser. En y injectant une toute petite dose d’énergie spirituelle, il était capable d’en extraire le contenu.

Et ledit contenu était pour le moins choquant.

« Hein ? On signale à tous les disciples au 1er et au 2ème niveau de la maîtrise du qi qu’ils doivent se hâter de choisir une mission à laquelle participer avant la fin de la journée ? Ce… Ce doit être une erreur. Pourquoi leur demanderait-on ça alors qu’ils en sont dispensés ? » Shi Kun ne comprit pas immédiatement pourquoi un tel message était envoyé à qui devait le recevoir. Mais alors qu’il ressortait de sa maisonnette en haussant les épaules, une paire d’yeux l’observaient depuis les hauteurs.

Le patriarche Destinée flottait entre les nuages et avait le regard braqué sur Shi Kun. Il voulait absolument déchiffrer le comportement étrange de ce jeune disciple.

« J’espère ne pas avoir fait une erreur de jugement. » Soudain, il prit peur. Et s’il s’était tout simplement trompé ? Shi Kun n’était qu’au 1er niveau de la maîtrise du qi et ne possédait aucune technique. Il était plus ou moins étranger au monde de la cultivation et il lui manquait une quantité d’informations importante non négligeable. Si jamais ce gosse choisissait une mission un peu trop difficile et qu’il allait s’y faire tuer… Son Dao n’irait jamais plus loin. Ce serait une coquille vide, sans technique, sans aucun grimoire ni parchemin d’enseignement. Plus personne ne saurait l’utiliser et ce serait uniquement la faute du patriarche.

Il fronça alors les sourcils. Shi Kun semblait ne pas s’en faire le moins du monde et était retourné boire de l’alcool, allongé contre son muret.

« Oh, mais attends… Il boit ? Il va donc très probablement raffiner cette étrange énergie argentée… Et s’il passait directement au 2ème niveau de la maîtrise du qi ? …Il faut que je lui rappelle comment fonctionnent les choses, ici. Il doit créer des techniques s’il veut survivre dans ce monde. Être nonchalant comme ça, ça ne fonctionne pas pour toujours. La cultivation appelle le combat, toujours et en toutes circonstances. »

Le patriarche descendit rapidement jusqu’au sol et se posa aux côté de Shi Kun. Ce dernier sursauta légèrement et avala un morceau de fruit de travers. Il se mit à tousser en se frappant le torse et en maudissant l’arrivée soudaine du patriarche entre deux quintes de toux.

Finalement, il parvint à reprendre son souffle. Le patriarche eut cependant le temps de bien observer son dantian et ses vaisseaux sanguins. Il n’y avait aucun signe de cette énergie argentée qui permettait à Shi Kun de cultiver. Pourtant, il avait bu une grande quantité d’alcool… Il aurait clairement dû y avoir du changement. Une réaction, au moins.

« Patriarche ! » Shi Kun s’inclina tant bien que mal en saluant le patriarche tout en continuant à tousser. « Vous auriez du me prévenir de votre visite ! »

Et à nouveau une quinte de toux. Décidément, ce morceau avalé de travers n’allait jamais sortir.

« Shi Kun, mon garçon. As-tu reçu la notice concernant les missions ? » Le patriarche entra dans le vif du sujet sans plus attendre. Il fallait qu’il remette ce disciple au pas rapidement s’il ne voulait pas que les choses dégénèrent.

Lorsque Shi Kun eut enfin terminé de tousser, il s’étonna.

« Eh ? Le message du médaillon ? Oui, je l’ai reçu par erreur. Je pense que celui qui l’a envoyé s’est trompé de groupe de cultivateurs. Au 1er et au 2ème niveau de la maîtrise du qi, comment pourrait-on participer à des missions, n’est-ce pas ? »

Le patriarche secoua lentement la tête face à tant de naïveté. Il allait falloir qu’il éduque définitivement ce gamin.

« Ce n’est pas une erreur, Shi Kun. Tu sais, dans les autres sectes de la ville, une telle règle n’existe pas. Et à partir d’aujourd’hui, elle n’existe plus dans la nôtre non plus. »

Shi Kun faillit recracher l’alcool qu’il venait d’avaler. Il parvint au prix d’un grand effort à le converser et l’avaler – correctement – avant d’ouvrir de grands yeux.

« Vous… Vous voulez dire que… Non, ce n’est pas possible ! Je ne… » voulais pas partir en mission ! Shi Kun se rendit compte de ce qu’il s’apprêtait à dire et s’arrêta juste à temps. Mais le patriarche n’était pas né de la dernière pluie.

« Ah, alors j’avais raison, ce gamin a effectivement tout fait pour se la couler douce ! » Évidemment, il ne le lui dit pas en face au risque de froisser un cultivateur au Dao légendaire. Plutôt rester diplomatique et le garder de son côté quoi qu’il arrive. Après tout, il serait un jour aussi puissant que le patriarche, cela ne faisait aucun doute. Et ce jour, il aurait un allié de poids au sein de la secte, qui pourrait alors briller encore plus.

Au lieu de ça, il réfléchit un instant et finit par ouvrir la bouche.

« Il n’est pas bon pour la cultivation de se reposer sur une règle qui désavantage les plus jeunes. Il leur faut avant tout de l’expérience et le seul moyen d’en amasser est de participer à des missions basiques. Ainsi, vous les plus jeunes apprendrez comment se passe une vraie mission et serez prêts lorsque vous devrez affronter des missions plus difficiles et dangereuses. »

Fier de son monologue et ayant trouvé l’excuse idéale, le patriarche bomba légèrement le torse. Shi Kun quant à lui s’effondra. Sa vie de rêve venait de disparaître après seulement deux semaines de bonheur. En regardant l’air un peu trop fier du patriarche, il eut soudain l’impression désagréable et étrange que tout ça avait été organisé dans le seul et unique but de le réprimer lui !

« Hm. C’est ridicule. Pourquoi iraient-ils si loin pour un seul disciple ? » Persuadé de se tromper, Shi Kun se mit à rire légèrement. « Patriarche, ai-je mal compris ? Peut-être ne vouliez-vous pas dire que le 1er niv… »

« Je ne me trompe pas ! » Le patriarche se mit à perdre patience devant la mauvais foi évidente de Shi Kun. Il s’était promis de gérer toute cette affaire d’une main de maître, façon patriarche de secte… mais il commençait à craquer face au manque de bonne volonté de ce paresseux !

« Il suffit. Toi comme les autres irez tous en mission. C’est un décret patriarcal émis par ma personne et validé par le conseil des anciens. Nul ne peut s’y opposer au sein de la secte, désormais. »

Mais Shi Kun ne comprenait sincèrement pas. Ce n’était pas de la mauvaise volonté… Il avait simplement été mis devant un fait accompli et on venait en quelques minutes de retourner tout ce qui comptait à ses yeux et tout ce pour quoi il s’était battu dans la Pagode du Dao. Il s’estimait le droit de se sentir légèrement lésé.

« Patriarche, je… »

Le patriarche Destinée entendit une nouvelle protestation arriver et décida qu’elle ne passerait pas.

« Tu partiras en mission. Les missions sont obligatoires pour tout disciple. Chaque disciple se doit d’en exécuter un certain nombre chaque année et tu ne fais pas exception. Crois-moi, ça forgera ton avenir. »

Shi Kun ne voulait pas forger son avenir ! Des torrents de larmes se mirent à couler le long de ses joues tandis qu’il se rendait compte que le patriarche lui forçait la main une fois de plus.

« Suis-je un simple outil ?! » Cette pensée lui traversa l’esprit à plusieurs reprises en quelques secondes à peine. Mais le patriarche n’en avait pas terminé.

« Je vais te faciliter la tâche. » Le patriarche effectua un geste de la main et un énorme dé à 100 faces apparut en l’air, entre leurs deux visages.

« …Oh, non… Pas encore ? »

« Lance le dé ! » Le patriarche s’était promis. Pourtant, il avait fini par craquer.

Gérer une secte devait se faire avec diligence et concentration. Avec tact et responsabilité. Sauf dans certains cas, le patriarche n’avait jamais – ou presque – laissé le destin décider de l’avenir de la secte et avait toujours réprimé son Dao afin de pouvoir offrir à la secte ce qu’il y avait de meilleur. Mais cette fois, face à l’attitude bornée de ce disciple, il n’eut d’autre choix que de s’en remettre au destin, car il avait douté, l’espace d’un souffle, de la justesse de son action.

« Le destin nous dira quelle mission tu vas choisir ! Si c’est ton destin, alors tu tomberas sur le chiffre 1, qui correspond à la plus facile d’entre toutes, une mission que tu pourras effectuer en moins de dix souffles ! Alors j’avouerai que ton destin est réellement de paresser tel un incompétent. Oui. Je m’inclinerai face à toi. »

Shi Kun entendit les derniers mots du patriarche et conscient qu’il n’avait déjà plus le choix, pria de tout son cœur pour que le dé tombe sur le chiffre 1.

« Allez, une chance sur cent, ça va bien se passer ! »

Son auto-persuasion accomplie, Shi Kun donna une immense claque au dé qui flottait devant lui. Celui-ci se mit à tournoyer si vite sur lui-même qu’on ne pouvait plus voir aucun de ses chiffres. Il n’était plus qu’une grosse boule floue qui allait ultimement s’arrêter sur un résultat que Shi Kun serait obligé de respecter, il le savait. Le patriarche ne lui laisserait pas le choix.

Au fut et à mesure, le dé devint de moins en moins flou à mesure qu’il ralentissait sous les yeux durs du patriarche, qui gardait les bras croisés d’un air imposant. Shi Kun transpirait à grosses gouttes : il savait qu’il jouait là quelque chose de dangereux et surtout très fatigant. Inutile et injuste également. Il ne put s’empêcher de maudire encore une fois les délires du patriarche concernant le destin et garda malgré tout le silence. Pour une raison obscure, il avait l’impression que le patriarche placerait son propre Dao du destin implacable bien au-dessus de la vie d’un simple disciple.

Finalement, les chiffres devinrent visibles tandis que le dé tournait toujours rapidement mais perdait de la vitesse tout aussi prestement. Les yeux de Shi Kun vibraient frénétiquement tandis qu’il cherchait du regard ce fameux chiffre 1 sans le trouver. Jusqu’au bout, il ne parvint pas à le repérer. Existait-il seulement ? Il commença à en douter. Et si tout ça n’était qu’un piège mis en place par le patriarche ? Se moquait-il de lui ?

« Là ! » Alors que le dé était sur le point de s’arrêter de tourner sur lui-même, il repéra le chiffre qu’il désirait plus que tout au monde voir placé au sommet du dé lorsque celui-ci s’immobiliserait. Mais Shi Kun déchanta rapidement. Ce chiffre porte-bonheur se trouvait presque à l’opposé d’où il rêvait de le voir terminer sa course.

« Shi Kun. Le destin a parlé. Tu as obtenu un 34. Je vais donc t’accompagner en personne afin de m’assurer que tu choisisses une mission de difficulté 3. » Le patriarche décroisa les bras et sourit gentiment à Shi Kun en l’attrapant par l’épaule.

« Difficulté 3 ? Qu’est-ce que ça signif… »

Mais avant de pouvoir poser la question, tous deux s’étaient déjà envolés en direction du Hall des missions.

Raka

Mélange satyrique de Daria et Docteur House, élevé à grands coups de Fluide Glacial pendant un peu trop longtemps, le cynisme n'est égalé que par l'excès d'humour noir et de sarcasme quotidien dont je fais preuve.
Mais on s'en fout, pas vrai ?
Raka

Les derniers articles par Raka (tout voir)

TheDaB : Chapitre 23
TheDAB : Chapitre 25

8 Commentaires

  1. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  2. Shirosuu

    Ahah j’aime voir shi kun souffrir MOUAHAHAHHAH. Merci pour le chapitre ! Vivement la suite 🙂

    Répondre
  3. Newancientgod

    Merci pour le chapitre

    Il y a définitivement quelque chose de louche derrière cette histoire d’alcool.

    Répondre
  4. PoloZore

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  5. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  6. Minoa

    Merci pour le chapitre
    Le pauvre tous ce qu’il veut c’est ne rien faire…

    Répondre
  7. DarkramDarkram

    Merci pour la drogue ! Et en plus, il y a une deuxième ration derrière. On est gâté, il n’y a pas à dire ^^ !

    Bon ben on peut le dire clairement : au revoir paix et tranquillité pour Shi Kun. Tu as voulu baiser le système mais c’est finalement ce dernier qui t’a baisé. La douleur que doit subir ce dernier. C’est dire de sa poisse ^^”… Une mission de difficulté 3 ? Heu, je dois l’avouer que je la sens absolument pas cette mission. Il doit avoir une douille quelque part. Bref, explication au prochain chapitre que je vais m’empresser de lire. ça y est, je suis devenu un accro à cette nouvelle drogue qu’est ce LN. Je suis foutu !!!!!

    Répondre
  8. gutsguts

    Merci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com