DMS : Chapitre 122

DMS : Chapitre 121
DMS : Chapitre 123

Celui-là, il est pour toi, Hinomura 🙂

Toi qui a longuement économisé pour l’avoir, quand tu pouvais enfin, moi j’étais au plus mal. Maintenant que ce petit retard est réparé, je te remercie encore une fois bien bas.

Toi comme les autres faites tous la fierté de xiaowaz par votre amour pour nos textes et votre soutien indéfectible. Je le dis et le redis souvent, mais ce n’en est que trop vrai : vous faire plaisir est notre plaisir !

 

 

Chapitre 122 – Les Parias (3)

 

Je ne pouvais pas croire que la persona pouvait se servir de mon corps pour combattre de la sorte. En ayant un simple accès à mes compétences, elle était capable d’en tirer le meilleur. Elle avait combattu une meute de loups…

Combattu ? Hah.

Elle avait exécuté une meute de loups bien plus puissants qu’elle ; comment avait-elle fait, j’en avais une légère appréciation : c’était de l’adaptation. Chose que j’étais incapable d’improviser.

Mais il n’y avait pas que ça. Elle savait comment utiliser mes compétences comme si elle l’avait fait depuis toujours : était-ce l’influence du système ? Peut-être était-elle programmée ainsi. Quand bien même, cela ne m’empêcha pas de me sentir jalouse et frustrée. En admiration, également. Mon corps était capable de faire tout ça…

Et nous filions droit depuis plusieurs heures déjà. Sans s’arrêter, sans même faiblir. Je pouvais ressentir mon visage placide et mes muscles exempts de nervosité. Elle avait vraiment confiance en elle et ne craignait pas ce qu’elle allait devoir affronter.

Elle y allait de son propre chef pour ça, après tout.

J’attendais toujours de savoir ce qu’étaient les « Parias », et pourquoi les exterminer nécessitait-il un corps bugué et une persona hors du commun. Après tout, vu ce qu’elle avait été capable de faire aux loups, j’en vins à me dire que le système avait vu les choses un peu trop en grand.

Au bout de plus d’une demi-journée de course effrénée, j’aperçus ce qui ressemblait de près ou de loin à un tyrannosaure.

— Quoi ? m’écriai-je intérieurement sans m’en rendre compte, un dinosaure ?!

J’avais déjà tué un raptor à deux têtes et ça ne m’avait pourtant pas choqué. Mais là… On parlait d’un bordel de T-Rex, le dinosaure le plus emblématique de tous ! Il y avait, là, à un petit kilomètre devant mes yeux, un

Ty

Ra

No’zooooor !

La persona ne ralentit pas, ne dévia pas, ne cilla pas. Elle observait la bête sans aucune frayeur, la pauvre créature qui se trouvait sur son chemin. En tout cas, c’est l’impression de puissance que je ressentais dans mon propre corps.

Finalement, le dinosaure leva la tête et j’en fus la première surprise en apercevant son nom et son niveau.

— Gigantosaurus Rex ? Alors ce n’est pas un tyrannosaure ?

J’étais un peu déçue mais que pouvais-je y faire ? Il arborait un niveau 240 ★★ et ne faisait pas peur au parasite qui tirait les ficelles dans mon corps.

Je fus prise d’un nouveau vertige. Est-ce que ça arrivait quand elle tirait de la puissance ? De la magie ? Quand elle cherchait à combattre ? Ma tête tourna et si j’avais été celle aux commandes, je serais tombée à la renverse.

Le gigantosaure tourna la tête vers moi pour me lancer ce genre de regard prédateur qui me fit froid dans le dos. Je n’étais même pas un intrus, j’étais simplement son déjeuner.

Mais la persona, elle, ne broncha pas et continua à vive allure dans sa direction. Le dinosaure géant se retourna totalement et ouvrit la gueule un peu trop grand à mon goût pour pousser un hurlement qui fit vibrer le monde.

Je me laissais impressionner par un monstre à deux étoiles ?

Soudain, je réalisai.

J’étais la déesse de géants à quatre étoiles et je me laissais impressionner par ça ?

Mais j’avais beau m’en rendre compte, il n’en restait pas moins que sans compétence hasardeuse me permettant d’achever un monstre plus fort que moi d’un seul coup, deux ou quatre étoiles ne représentaient pas une si grande différence : j’étais morte dans les deux cas.

Moi, je serais sans doute morte, oui. La persona, quant à elle, esquissa un nouveau sourire et s’arrêta une nouvelle fois tout net, comme si un câble d’acier l’avait empêchée d’aller plus loin. Comment faisait-elle pour stopper ainsi le sort de lévitation ? Je ne comprenais pas un tel niveau de maîtrise.

Le dinosaure géant courait déjà dans notre direction, gueule ouverte. Il ne faisait aucun doute qu’il comptait gober mon corps, moi et la persona, le tout d’un coup sans se soucier de mes états d’âme. La persona Wuying leva la main et un bouclier y apparut. Elle venait de sortir un vieux bouclier dont je n’avais même jamais réellement songé à utiliser et que j’avais jeté au fond de mon inventaire sans plus y penser !

— Mais qu’est-ce qu’elle va… commençai-je.

— Engagement, me coupa-t-elle sans remords.

Je sentis un mystérieux courant électrique parcourir mon corps, comme si tous mes muscles venaient de se réveiller et me picotaient. La sensation disparut presque immédiatement mais je sentais que quelque chose avait changé : bouclier levé, la persona attendait son prédateur sans bouger. Celui-ci, gigantesque et totalement, complètement, réellement effrayant à mes yeux termina sa course sur un léger bond qui aurait dû me faire terminer au fond de sa gueule.

Il tenta de planter son museau dans le sol, me gobant sans crier gare. Si j’avais pu fermer les yeux, je pense que mon instinct m’aurait forcé à le faire.

Un vertige monta à nouveau depuis le fond de mon esprit et me fit tourner la tête. Je sentais désormais que c’était un peu comme si je perdais peu à peu conscience à chaque fois. Pourtant… Joc n’avait-il pas dit qu’il était resté éveillé pendant des milliers d’années ? La persona dans mon corps était-elle différente ? Au lieu de me laisser de côté, allait-elle me supprimer ?

Cependant, ma réflexion fut de courte durée. Là où je pensais que nous allions mourir, je me surpris à déplacer mon bras d’un coup sec. La lourde gueule du gigantosaure bascula de côté sous l’impact de la baffe que venait de lui coller la persona à l’aide de mon bouclier. Le regard vide mais étonné, il ne s’attendait sans doute pas à ça ! Moi non plus, d’ailleurs.

Il reprit aussitôt ses esprits cela dit. Ouvrant à nouveau la gueule en grand, il renvoya un coup de crocs capables de casser du rocher ; un deuxième coup de bouclier l’envoya voler de l’autre côté, à son grand dam.

Il grogna tout bas et je crus même voir ses… sourcils – ou ce qui y ressemblait – se froncer. Il leva la tête et l’une de ses pattes arrières et voulut m’écraser sans préavis.

Le bras tenant le bouclier se leva et tout en reculant d’un pas, la persona bloqua ce mastoc coup de patte pour le dévier vers l’avant.

— In… Incroyable… Elle tient tête à un monstre de cette envergure ?! réalisai-je.

Je compris que c’était là l’effet de l’Engagement qu’elle avait lancé un peu plus tôt. C’était bien sûr un art capable de contenir un ennemi sans se faire toucher, une espèce de défense ultime le temps de dépenser toute sa réserver d’endurance. En contrepartie, on ne pouvait plus attaquer mais pour éviter de se faire tuer, c’était une compétence extraordinaire.

Et je ne m’en étais jamais vraiment servie…

Par contre, c’était bien beau de tenir tête aux coups de crocs d’un monstre sanguinaire mais comment allait-elle s’en sortir ? Il avait des statistiques plus élevées que moi et mon corps arriverait à court d’endurance avant lui. À ce moment, il me croquerait toute crue.

— Appropriation.

— …Quoi ?

J’avais envie de laisser mes yeux s’écarquiller et ne pas comprendre. Elle venait de lancer l’Appropriation, je n’avais pas rêvé ? J’avais bien entendu la voix qui sortait de ma bouche, n’est-ce pas ?

Qu’elle puisse connaître l’existence de mes compétences, passait encore. Il s’agissait de compétences issues du système et même si une Architecte n’était pas supposée en avoir certaines, je pouvais raisonnablement imaginer qu’elle pût les utiliser. Mais l’Appropriation était une compétence de monstre ! Aucun Architecte, aucun Explorateur n’en avait jamais entendu parler ! Elle ne faisait partie d’aucune liste !

Même si elle l’avait « vue » dans mon corps, comment pouvait-elle savoir, elle qui avait été créée par le système, comment l’utiliser, ou même ce qu’elle faisait ? Le système était-il plus complexe encore ? Connaissait-il vraiment tout sur tout ?

D’ailleurs, j’avais obtenu l’Horticulture légendaire quelques heures auparavant, comment pouvait-elle relancer le sort le jour-même ?

Mes interrogations n’allaient pas voir de réponse arriver, cela dit. Dans la seconde, j’entendis cette voix hors-réalité qui m’expliquait la compétence que je venais d’obtenir.

[Appropriation vient d’être supprimée.]

[Taillade Abyssale vient d’être acquise.]

[Réinitialisation de la compétence dans : 23 h 59 m 59 s.]

[Taillade Abyssale.]

[La Claymore des Tréfonds ne possède pas de passé, pas de présent, pas de futur.]

— Quoi ?

Je ne comprenais plus rien du tout. Je possédais encore l’Horticulture légendaire, je le sentais. Et je ne pouvais pas ressentir du tout ce qu’était cette nouvelle compétence. Le sort lancé par la persona et par moi-même étaient-ils différents ? N’étaient-ils pas considérés comme… lancés par la même personne, peut-être ?

C’était forcément ça. Je ne voyais pas d’autre possibilité.

Mais dans ce cas, d’autres choses me sidéraient : Pourquoi cette compétence avait-elle l’air étrange ? Sa description ne collait pas du tout avec son nom, ce n’était même pas une description normale de compétence, pour autant que je pouvais le croire.

Et il n’y avait pas que ça, plus choquant encore était la confiance de la persona en lançant le sort. Elle semblait savoir depuis le début comment les choses allaient se passer. Voyait-elle l’avenir ? C’était peu probable. S’il y avait bien une chose que j’avais apprise, c’était que le système n’était pas omniscient à ce point. Alors à moins qu’elle ne possédât une compétence spécifique… Mais étrangement, je n’y croyais pas.

Elle avait engagé le dinosaure pendant plusieurs échanges de coups avant de finalement lancer l’Appropriation. Pourquoi ? Pourquoi ne l’avait-elle pas lancée dès le départ ? Tout aurait été plus simple pour elle.

Non, c’était… comme si elle savait qu’à un moment précis, la compétence allait lui donner quelque chose d’utile, d’ultime même. Comme si elle voyait à travers le bug et avait attendu le moment idéal pour s’approprier une compétence

Elle n’attendit cependant pas que je réalise ce qui se passait et sortit, de la même façon que le bouclier, une vieille épée de ma sacoche magique.

— Je ne me souvenais même plus avoir encore ces antiquités là-dedans… marmonnai-je en la regardant faire.

— Taillade Abyssale.

Elle ne se préoccupa pas de moi et lança sa nouvelle compétence presque machinalement, d’une main de maître, en sachant déjà parfaitement ce qu’elle allait provoquer. En tout cas, c’était l’impression que j’avais devant ses mouvements, que je vivais en temps réel.

La lame de la vieille et pitoyable épée de débutant se teinta de noir et de violet, et des vagues sombres s’animèrent sous sa surface. La persona leva simplement le bras au moment où le dinosaure tenta une fois de plus de la croquer violemment et l’espace entre prédateur et proie se déchira d’un noir le plus total, duquel surgit des tentacules encore plus sombres que la nuit.

C’était à se demander si les rôles ne venaient pas d’être inversés : le gigantosaure tenta de stopper son attaque pour reculer mais il était trop tard. Il percuta les tentacules de plein fouet et ces derniers s’enroulèrent atour de sa gueule pour enserrer sa tête. En l’espace de deux ou trois secondes et tandis que la persona rangeait déjà épée et bouclier pour déjà lancer une lévitation de plus vers d’autres horizons, je pus entendre qu’il avait cessé de hurler, et de faire le moindre son, en réalité.

Je ne pouvais pas savoir s’il avait été étouffé, emmené dans cette faille étrange, si sa tête avait été arrachée ou s’il avait même été empoisonné… mais une chose était certaine : cette attaque venait de lui ôter la vie, simplement et efficacement.

Et moi, je commençais à ressentir pour la persona qui m’incarnait plus de peur que d’admiration. Elle savait faire des choses que je n’avais jamais imaginées possibles ; et que je n’aurais sans doute jamais l’occasion de tester à nouveau…

Mon esprit tournait aussi rapidement que la salade dans un mixer. Je n’en pouvais plus de ces vertiges qui menaçaient de me faire perdre connaissance à tout moment. Il fallait que je me ressaisisse constamment mais au final, pourquoi le faisais-je ?

Quel espoir me restait-il encore ?

Je sentais que j’étais sur le point d’abandonner face à ce parasite. D’accepter qu’elle méritait peut-être mon corps plus que moi. Était-ce là ce qu’elle désirait ?

Au fond de mon esprit qui tournait et tournoyait, j’entrevis le visage de Joc et celui de Pythagore. Friderik et les géants, lointains, et je pouvais presque leur deviner une inquiétude non dissimulée.

— M… Merci, murmurai-je fébrilement. Je suis sûre que si vous saviez, oui, vous vous inquiéteriez tous pour moi. Merci pour ça.

Raka
Les derniers articles par Raka (tout voir)
DMS : Chapitre 121
DMS : Chapitre 123

5 Commentaires

  1. Coco

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  2. HinomuraHinomura

    merci pour le chapitre et aucun soucis pour le retard , ta santé passe avent tous 😉
    je continuerai a contribué avec mes modeste moyens .

    encore merci pour tous ses bon moment de lecture et d’évasion que vous nous apporter .

    Répondre
  3. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  4. Néra

    Après deux semaines de lecture, me voilà arrivé à l’ultime chapitre actuel. Et que ça fait du bien d’enfin tomber sur une histoire qui tient autant en haleine !
    Pour mon premier commentaire, je voulais vraiment te remercier de nous la partager ; t’as une sacrée imagination et un goût du rebondissement indéniable. C’est vivifiant de tomber sur une histoire qui n’est pas courue d’avance !
    Au revoir la norme qui aurait été de ne jamais la faire mourir, ou de trouver une pirouette pour qu’elle ne se fasse jamais attraper par le système. Je suis sur le cul par l’orientation que prend l’histoire et je suis impatient de voir la suite des évènements ! Félicitations pour ce travail titanesque en espérant vraiment en connaitre la fin un jour !
    Et bon courage à toi, vu qu’il m’a semblé en lisant certains commentaires que ce n’était pas toujours la grande forme ! Ça ne t’avancera pas plus, mais tu as tout mon soutien.

    Répondre
  5. gutsguts

    Merci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com