DNC Chapitre 370

DNC Chapitre 369
DNC Chapitre 371

Et voilà le premier DNC du jour ! (vu que je vous en dois un second…) ! A toute pour le BTTH également~

Bonne lecture !

 

 

Chapitre 370 – Un homme, une épée et du travail bien fait.

 

Chu Yang créa cette quatrième technique sous l’étrange état dans lequel il était, inspiré par sa haine sans fin. Cette technique était la plus puissante de toutes celles à sa disposition, et elle possédait un charme certain en tant que coup final – ne retiens pas ta lame lorsque tu décapites le monde entier !

Ce coup représentait aussi son état d’esprit. Si le monde entier est tué et que mon but n’est pas atteint pour autant, je ne rengainerai pas mon épée !

Je n’abandonnerai jamais !

Je ne retiendrai pas mes coups !

Dès lors, cette technique devint la plus destructrice et la plus maîtrisée de son répertoire, et comme il appréciait énormément son élégance, il allait certainement en faire un de ses coups favoris.

Il était même un cran au-dessus de la seconde technique de l’Épée des Neuf Calamités – [Quel mal y a-t-il à massacrer le monde entier ?!]

Il symbolisait l’avancée mentale de Chu Yang, dont le développement martial s’était séparé de la voie préparée par l’Épée. Il avait à présent une compréhension de l’épée personnelle et unique.

Un outil n’est qu’un outil, et un outil divin ne reste qu’un outil et rien de plus.

Et moi, je suis un être humain !

Lorsque le jeune homme retrouva ses esprits, il sentit clairement que les trois fragments de l’Épée avaient fusionné en un seul corps sous la pression qu’exerçait sa puissance.

Ils avaient été complètement assujettis par leur maître !

L’Esprit de l’Épée poussa un long soupir dans son esprit. Chu Yang a échappé au cycle vicieux de réincarnation de l’Épée des Neuf Calamités. Va savoir comment ce monstre va secouer les Neuf Cieux…

Quand je pense qu’il est parvenu à percer aussi étrangement dans une telle situation…

Le Fourbe poussa un cri, et la lueur froide de l’Épée des Neuf Calamités éclata dans le ciel. Il traversa une trentaine de mètres à toute vitesse, comme s’il marchait dans le vide. On aurait dit qu’une forêt d’armes, pleine d’épées et de lances, s’étendait sous ses pieds, tandis qu’une pluie de flèches l’approchaient depuis le ciel… Cependant, il ignora tous ces dangers et continua de foncer droit devant, soutenu par son état d’esprit étrange.

Il marcha sur les têtes des soldats en progressant sur la pointe des pieds, et ces têtes éclatèrent étrangement. Chu Yang continua d’avancer en piétinant les corps sanglants de ses victimes, laissant derrière lui une traînée de cadavres.

Le drapeau du commandant était brandi sur la pente raide, et son porteur le secouait follement pour transmettre les ordres – Empêchez-le de s’échapper ou mourrez !

Les troupes en tête de l’armée se retournèrent et foncèrent vers le jeune homme comme des possédés en le voyant piétiner les corps de leurs camarades.

Ils ne suivirent aucune formation, aucune tactique ; ils mirent juste leur vie en jeu pour l’attaquer.

Des soldats ordinaires comme eux ne pouvaient affronter un expert comme lui qu’en se sacrifiant. La vie de centaines voire de milliers d’hommes allait être sacrifiée en échange de la sienne…

Les combattants dégagèrent un espace de plusieurs mètres devant l’adolescent, qu’ils encadrèrent de chaque côté. Ils étaient prêts à attaquer, les armes au poing et les flèches encochées…

Wang Tenglong se tenait droit comme un i sur la pente. Il observait soigneusement leur proie avec une expression glaciale, tandis qu’elle pénétrait la formation de ses troupes. Il faisait constamment des signes de la main, que le porteur de drapeau transmettait aussitôt, de sorte que ses troupes à l’arrière changent constamment de formation pour bloquer le Fourbe.

Le général suivit les mouvements du Roi des Enfers avec un visage impassible. Il avait assisté à un tel spectacle de nombreuses fois ; en fait, nombre de généraux célèbres étaient capables d’affronter seuls une armée entière.

Il faisait vraiment tout son possible. La ligne de défense est on ne peut plus solide, et j’adapte aussi rationnellement que possible les formations des troupes. Le Roi des Enfers Chu mourra ici si tel est son destin.

Et s’il parvient à échapper à notre siège… Alors c’est que c’est également à cause du destin, et non pas parce que je n’ai pas été assez bon.

Je vais faire mon boulot… Rien de plus.

Chu Yang ne s’arrêta pas et continua de se frayer un chemin.

Tout à coup, sa vue s’assombrit tandis que plusieurs personnes lui foncèrent dessus de tous les côtés. Ils beuglèrent férocement en faisant face à son épée !

D’innombrables soldats se jetèrent ensuite subitement dans la mêlée !

C’était la technique de la marée humaine.

Les soldats qui bondirent sur l’ennemi savaient qu’ils allaient mourir, mais leur mort ne serait pas vaine car ils allaient créer une énorme barrière qui le gênerait. Il n’était pas facile de gérer l’impact de plus d’une tonne de corps humains, et les soldats étaient prêts à se sacrifier pour accomplir l’ordre qui leur avait été donné.

Un expert de niveau Roi ordinaire aurait eu du mal à gérer un tel assaut, mais pas Chu Yang.

Son Épée des Neuf Calamités pouvait dévorer l’énergie vitale de ces fantassins, aussi ne représentaient-ils pas une menace pour lui. En fait, ils lui donnaient une puissance inépuisable en se jetant sur lui.

Ils le gênaient un peu, mais ça n’était rien de sérieux.

Des douzaines d’hommes bondirent sur l’adolescent et l’écrasèrent de tous leurs poids en formant une sorte de montagne de chair. Les soldats à proximité hurlèrent de chagrin et levèrent leurs armes avant de foncer vers cette montagne.

C’était la seule manière qu’une armée régulière avait d’affronter un tel expert – il fallait d’abord le coincer sous une montagne de chair, puis ordonner aux autres fantassins de transformer cette montagne en chair à pâté avec l’ennemi.

Le laisserait-il se balader librement sur-le-champ de bataille qu’ils leur seraient impossibles de le tuer… Peu importe le nombre de soldats qu’ils lui jetteraient au nez.

Ce n’était pas la première fois que ces pioupious avaient affaire à un puissant expert, et ils s’étaient retrouvés nombre de fois face à une telle situation. Leurs coeurs débordaient de chagrin et d’indignation, mais ils devaient l’endurer car ils n’avaient pas d’autres choix.

Cette tactique avait prouvé son efficacité par le passé.

Cependant, cette fois-ci… Elle pourrait bien être vaincue.

Des centaines d’épées à deux mains s’abattirent simultanément sur la montagne de chair quand tout à coup, une explosion de lueur d’épée éclata, et la montagne se désintégra et s’évanouit comme de la glace au soleil. Une lueur d’épée resplendissante bondit à toute allure dans un bruit tonitruant. Personne ne comprit ce qui se passait dans un premier temps, puis il devint clair que l’enclos composé d’épées à deux mains avait été détruit depuis le centre. Ces armes avaient été réduites en morceaux.

Chu Yang fonça en avant à la vitesse de l’éclair en faisant siffler le vent, entièrement couvert de sang. La brutalité de la bataille n’avait pas affecté son sens de l’orientation, et il continua de progresser vers le nord.

La chair, le sang et les membres des fantassins furent envoyés dans les airs tandis que la lueur d’épée se répandit devant lui.

Il avait utilisé la première technique de l’Épée – Un rayon de lueur froide illumine les abysses !

Il avait découvert que c’était le coup le plus adapté aux attaques de groupe, et c’est pourquoi il n’avait utilisé que cette technique-là depuis qu’il avait eu sa soudaine illumination.

Le jeune homme avait tant et si bien maîtrisé cette technique qu’il n’avait plus besoin de s’arrêter pour s’en servir. Il avait même du mal à dire combien de fois il s’en était servi.

Tout à coup, il se sentit plus léger ; il avait réussi à échapper à l’encerclement. Il arriva enfin dans un grand espace dégagé.

Le Fourbe n’hésita pas une seconde et fonça en avant en suivant une trajectoire en zigzag.

Un cor sonna dès qu’il sortit de son encerclement, et le ciel devint soudainement d’un noir d’encre.

Chu Yang leva la tête et regarda droit devant, où il vit plusieurs soldats à chevaux immobiles. Ces cavaliers levèrent ensuite leurs bras et jetèrent d’innombrables lances dans sa direction. Six vagues de lances successives furent ainsi jetées vers lui à brefs intervalles.

Pendant ce temps, les archers commencèrent à tirer des flèches, alors qu’une douzaine de carreaux de siège furent tirés en même temps. On aurait dit une attaque aérienne massive sur une ville.

Les soldats derrière le jeune homme s’arrêtèrent dans leur élan et jetèrent leurs lances sur lui.

Le ciel fut couvert par le nombre effarant d’armes.

Des dizaines de milliers de flèches et des milliers de lances et des carreaux d’arbalète de siège volèrent vers l’adolescent.

Attention !” Le prévint l’Esprit de l’Épée.

Le Fourbe hurla à gorge déployée et il se pencha vers la droite en fuyant aussi vite que possible. Il se déplaça rapidement en restant près du sol et l’Épée des Neuf Calamités se changea en barrière de lueur d’épée devant lui afin de bloquer tous les projectiles.

Huit carreaux massifs s’écrasèrent là où il se tenait un instant auparavant dans un bruit assourdissant. Ces carreaux étaient capables de percer les murs d’une ville, aussi pouvait-on facilement estimer la puissance incroyable que chaque carreau contenait. Leurs impacts firent trébucher Chu Yang, qui perdit l’équilibre et fit une roulade à terre.

La situation était critique. Le jeune homme se pencha hâtivement de côté quand il sentit tout à coup une douleur ardente le lancer dans l’épaule gauche, suivie ensuite par une sensation glaciale. Il réalisa qu’une flèche venait de percer son épaule, et une pluie de flèches arrivait devant lui.

Il fit une autre roulage et bondit en se changea en une boule d’ombre et de lumière, puis il entendit deux sifflements. Ses cuisses avaient été percées par des flèches et ses muscles commencèrent à trembler.

L’adolescent renifla. Il avait senti ses flèches approcher et avait tenté de les esquiver, mais elles avaient atteint ses jambes. Fort heureusement, elles n’avaient pénétré que ses muscles, ses os étaient intacts.

Cela étant, ces trois plaies lui infligeaient une douleur insoutenable.

L’armée derrière lui contenait trois cavaliers, tenant chacun un grand arc donc la corde tremblait encore. Ils avaient tous les trois l’air déconcertés, car ils n’auraient jamais pensé qu’ils rateraient le Roi des Enfers Chu alors qu’ils étaient les meilleurs archers de l’armée nationale.

Sa vitesse de réaction était absolument terrifiante.

La première vague de projectiles avait pour but de créer une faille dans sa défense, afin qu’ils puissent le tuer avec ces trois flèches qui contenaient l’essence (NdT Jing 精), le Qi et l’esprit (NdT Shen 神. Vous trouverez une explication sur ces trois concepts ici) des trois archers. De plus, leurs tirs n’auraient pas dû rater leur cible d’aussi près.

Les archers étaient certains d’avoir la situation en main et ne s’étaient pas imaginés une seule seconde qu’ils rateraient leur chance ainsi.

Ces tireurs d’élite avaient tiré leur meilleur coup, et ils ne pouvaient donc pas tirer une autre flèche avec la même qualité de tir aussi rapidement.

Le Fourbe recula en tourbillonnant, puis il bondit en laissant derrière lui une traînée de poussière. Il poursuivit son avancée en esquivant les flèches qui s’abattirent là où il se tenait une seconde avant !

Il finit alors par pousser un soupir de soulagement, et se servit de son épée pour couper les flèches qui dépassaient de sa chair en laissant les pointes pour le moment. Ensuite, il fonça à nouveau en faisant siffler le vent et bondit soudainement dans le ciel en laissant une traînée de flammes derrière lui. C’était comme-ci un météore traversait le ciel.

Il traversa les soixante mètres restant à la vitesse de l’éclair et s’écrasa dans les troupes restantes telle une bombe en hurlant avec une colère indescriptible : “Quel mal y a-t-il à massacrer le monde entier ?”

Il éclata la formation ennemie avec une énorme explosion. Près de deux douzaines de soldats furent envoyées bouler si haut dans le ciel qu’ils ne retombèrent pas au sol avant un long moment. Des membres et des morceaux de cadavres furent projetés alentour comme autant de balles rebondissantes.

De multiples vagues de sang jaillirent, et Chu Yang et son épée semblèrent surfer sur cette rivière de sang comme un bateau.

Wang Tenglong regarda le jeune homme traverser et tuer ses troupes en écoutant leurs terribles cris d’agonie. “C’est terminé…”

Il ferma tristement les yeux. Je n’ai pas pu l’arrêter.

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)
DNC Chapitre 369
DNC Chapitre 371

12 Commentaires

  1. Alex

    Le charme de ce compte est qu’il nous donne des moments à la fois épique et si poétique

    Répondre
  2. Celen

    Merci pour le chap !

    Répondre
  3. Shirosuu

    Le combat épique!! Merci pour le chapitre

    Répondre
  4. Leira

    Merci pour le chapitre 😀
    Une telle merveille, ce combat !

    Répondre
  5. Wawan

    Merci, DNC reste le meilleur ln que j’ai pu lire ces dernières années !

    Répondre
    1. Coco

      Moi aussi ! Vraiment un cran au desssus des autres !

      C’est la où on reconnaît les auteurs qui ont atteint le sommet de leur art

      Répondre
  6. Coco

    Merci pour le chapitre
    Que c’est beau >_<

    Répondre
  7. Hyrtik

    Merci pour le chapitre !!!

    Répondre
  8. 4Help

    J’ai presque de la peine pour le général…
    Merci du chapitre

    Répondre
  9. Thael

    Salut wazouille :), ça va ?
    Si jamais « elle était un cran au-dessus » au début du chapitre :),
    Je vous remerci énormément toi et l’équipe , je fais parti des personnes qui ont lu l’intégralité de vos parutions sur le site, courage à vous et prenez soin de vous par les temps qui court.
    Bisous bisous
    Thael=Donovan 🙂

    Répondre
  10. gutsguts

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  11. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com