EER : Chapitre 119
EER : Chapitre 121

Chapitre 120 – Combiner nos forces ! 4/8

 

— Kang Chan.

— Yu Ilhan.

Tout en serrant la main de l’homme en face de lui, Yu Ilhan ne comprenait pas pourquoi il devait se trouver là.

Celui qui venait de se présenter était le père de Kang Mirae, Kang Chan. Kang Hajin, assis à côté de lui, semblait navré pour tout ça, mais bon. Il ne saurait même pas pourquoi Yu Ilhan était mal à l’aise à ce moment précis.

— Mirae m’a énormément parlé de toi, commença Kang Chan.

— Ah, oui, acquiesça Yu Ilhan d’un air absent.

Parlé de quoi, pour commencer ? Telle était la question que ses yeux posaient, en fixant Kang Mirae, de côté.

Elle était assise, là, obéissante comme il ne l’avait jamais vue agir. Elle était raide et il semblait qu’elle ne fût pas du tout dans son environnement de prédilection.

Si le mot incommodé devait prendre forme humaine, prendrait-il celle de Yu Ilhan, ou de Kang Mirae ? Telle était la question que se posait Yu Ilhan tout en faisant à nouveau face à Kang Chan.

Étonnamment, il ne se souvenait pas du tout avoir jamais rencontré cet homme. De ce que Kang Mirae faisait, il n’aurait pas été surprenant de voir son père être le président lui-même, mais il s’avérait que ce rôle était en réalité occupé par une femme, donc peut-être pouvait-il être le dirigeant d’une quelconque gigantesque entreprise de Corée, ou son successeur. Pourtant, ce n’était pas non plus le cas.

— Ai-je quelque chose sur le visage ? demanda le principal concerné sous l’intense regard de Yu Ilhan.

— Non, répondit celui-ci. Comme vous êtes le père de Kang Mirae, je pensais que vous étiez une personnalité que je reconnaîtrais au premier regard, et je suis très surpris que ce ne soit pas le cas.

Face à l’opinion honnête de Yu Ilhan, Kang Chan sourit légèrement.

— Monsieur Yu Ilhan, dit-il. Les gens possédant une réelle fortune, une vraie autorité, ne font pas montre de tout ça en surface. Une fois que nous le faisons, les choses deviennent fondamentalement très embêtantes, avec des insectes cherchant à nous entourer à tout bout de champ.

C’était… une idée qui semblait très réaliste. Comme Yu Ilhan l’enregistrait dans son esprit pour la ressortir à l’occasion, il nota que Kang Chan n’en avait pas fini.

— Bien sûr, ajouta-t-il, cela ne signifie plus grand-chose de nos jours. Comme vous le savez, une nouvelle valeur, dépassant toutes les anciennes, a fait son apparition sur Terre. Malheureusement, j’ai eu très peu à voir avec cette affaire. Heureusement, mon fils et ma fille, oui. Et c’est une chose qui me rend très fier, en tant que père.

La forme d’autorité devenait différente. Bien que ce ne fût pas encore apparent, il allait définitivement venir un jour où ça allait changer. Et juste à regarder Yu Ilhan, il gagnerait beaucoup, une fois que tout ça ferait surface.

Mais bon, il n’avait pas vraiment besoin de choses si triviales.

— C’est en quoi vos actions one été impressionnantes, monsieur Yu Ilhan. Bien que vous receviez plus d’attention que quiconque sur cette planète, vous ne vous êtes révélé à personne.

Bien sûr. C’était d’ailleurs dû au Camouflage. Yu Ilhan se demanda s’il s’agissait d’une insulte, mais en observant l’expression de son interlocuteur, il se dit ce n’était probablement pas le cas.

Aussi haussa-t-il les épaules et désigna Kang Mirae. Il voulait dire qu’il s’était révélé à elle, évidemment. Kang Chan le comprit et lui adressa un nouveau sourire.

— J’en suis très reconnaissant, dit-il. Qu’appréciez-vous chez Mirae ?

— Elle est gentille et droite, répondit aussitôt Yu Ilhan. Y a-t-il une autre bonne raison pour faire confiance à une personne ?

Et comme elle possédait un pouvoir autoritaire, elle l’aidait de nombreuses façons. Cependant, de nombreux autres auraient pu remplir ces critères, et Yu Ilhan s’était montré très pointilleux dans son choix. Kang Chan se mit à sourire de plus belle.

— Cela me rend encore plus ravi, nota-t-il, de voir que vous avez développé une appréciation… particulière pour ma fille.

— Ah, eh bien… hésita Yu Ilhan. Oui…

Ce n’était pas comme s’il en était tombé amoureux, mais il serait idiot de le dire tout haut à ce moment précis. Pendant leur conversation, le monde mental de Kang Mirae s’effondra, et elle finit par se couvrir le visage des deux mains tandis que Kang Hajin était sur le point d’exploser de rire, se retenant désespérément en sachant qu’il ne pourrait qu’en subir des conséquences fâcheuses ultérieurement.

— J’ai reçu vos grâce. Qu’il s’agisse d’être l’heureux prioritaire sur les autres du plus haut rang de l’Avant-Garde et… Oh, j’ai entendu que vous en aviez même créé une sur mesure.

— En effet, confirma Yu Ilhan. Parce qu’elle était la personne la plus puissante que j’avais rencontrée à ce moment. Et ça n’a pas vraiment changé depuis.

Seul le super mur Michael Smithson ou Takagaki Asuha et sa puissance en combat rapprochée, ou peut-être Carina Malatesta qui possédait un talent presque incomparable à distance grâce à sa magie de coopération, pouvaient être comparées à Kang Mirae.

En revanche, Yu Ilhan était certain qu’elle restait la première si l’on parlait de la maîtrise de ses compétences. Oh, à l’exception de lui-même, bien sûr.

— Ainsi, j’ai jugé qu’elle progresserait très rapidement, aidée d’une arme qui lui correspondait à la perfection. Ce n’était pas dû à des sentiments personnels. Elle a gagné ce droit grâce à son potentiel, que j’ai pu juger.

— Je vois.

Kang Chan hocha la tête, comme s’il était encore plus satisfait par cette réponse que s’il avait entendu que Yu Ilhan l’eût fait par amour. Ce dernier avait ajouté sa toute dernière remarque juste pour éviter tout malentendu, mais… maintenant, il se demandait ce que s’imaginait vraiment le père de Kang Mirae.

— Je soutiens également l’Avant-Garde, entièrement. Personnellement, je pense qu’il s’agit peut-être de l’une des clés du salut de l’humanité.

— Vous me flattez, répondit Yu Ilhan, tout en acquiesçant.

— Ha ha, la valeur de l’Avant-Garde ne fera qu’augmenter, croyez-moi. Je vous le garantis. Bien sûr, il faut d’abord que vous restiez vivant et en bonne santé.

Ses yeux brillaient.

— Même si vous ne souhaitez pas l’être, monsieur Yu Ilhan vous êtes le cœur des défenses de la Terre. Vous devriez reconnaître votre propre valeur de façon plus réaliste, et faire attention ; vous êtes devenu une puissance solitaire et privée dépassant celle d’un pays. Reparlons-en plus tard. Je n’aime pas me vanter, mais je pense avoir quelque expérience en tant que senior, après avoir parcouru ce chemin également.

— Eh bien…

D’un seul coup, l’histoire avait changé de ton. Il demandait à Yu Ilhan de faire attention ? C’était un homme qui ne manquait de le rendre perplexe.

Faire attention, son cul, oui. Si Yu Ilhan avait fait attention jusqu’à présent, il ne serait pas là où il se trouvait actuellement. Plus que ça, la Terre aurait depuis longtemps sombré et ne serait plus qu’un champ de ruines.

En songeant à la façon dont cet homme pouvait déblatérer des absurdités pareilles, il frappa Yu Ilhan que Kang Chan s’imaginait probablement que les autorités précédentes et les autorités de l’ère des utilisateurs de compétences étaient identiques.

Comme il l’avait fait lui-même sans faire parler de lui à l’époque, il pensait que Yu Ilhan devait faire de même et éviter de faire parler de lui.

Est-ce que ce type était un idiot congénital ?

S’il continuait à penser de la sorte, alors viendrait un jour prochain où il devrait ouvertement s’opposer à sa fille.

Yu Ilhan était fier de sa capacité à garder son calme sans l’insulter, dans une telle situation. Cela dit, il désirait maintenant plus que tout quitter cet endroit et rentrer chez lui. Il avait pris de son temps pour venir, afin de montrer du respect pour Kang Mirae, mais ça…

— Oh, et puis, j’ai entendu que vous aviez recruté une large quantité de monstres dans un donjon majeur.

— Ah… Oui.

Huh ? Mais regardez-moi ce type. Quel coup de grâce…

Yu Ilhan entendit un immense gong au moment où les mots donjon majeur percutèrent, alors que tout ce que Kang Chan aurait dû entendre, c’était monde abandonné.

C’est foutu. Ce type a passé dix ans dans un autre monde, et il en sait encore moins que moi. Ce mec est un échec total. Non, peut-être qu’il ne comprend même pas la situation sur cette Terre de plus en plus folle, parce que les mondes dans lesquels il s’est rendu n’ont pas vu de changement notable.

Les idiots nés avec une cuillère dorée dans la bouche étaient toujours problématiques, pour cette raison. Ils ne se préoccupent que de protéger ce qui est leur, sans se préoccuper de ce qu’il faudrait faire pour permettre à la population d’avancer.

Et qu’avait-il dit, précédemment ? La vraie fortune et l’autorité n’apparaissent pas en surface ? Il aurait alors dû réaliser ! L’esprit civil et civique de Yu Ilhan explosa de rage.

D’abord, calmons-nous. C’est peut-être moi qui ai du mal à comprendre, ce n’est pas comme si tout le monde pensait comme lui. Kang Mirae et Kang Hajin sont des personnes de confiance. Bien, calme-toi…

Alors que Yu Ilhan aiguisait bien malgré lui sa lame mentale, Kang Chan reprit la parole.

— Ainsi ai-je songé à un petit cadeau à votre attention…

— Un cadeau ?

— Que diriez-vous de terres ?

Un point d’interrogation métaphorique apparut au-dessus de la tête de Yu Ilhan. Il y avait quand même une limite à une faculté de changer de sujets à tout va. Pourquoi parlait-il de terres, maintenant… ? Lorsque Yu Ilhan réalisa, il fronça les sourcils.

— Vous voulez parler de ces terres qui ont été affectées par le combat de la dernière fois ? comprit-il.

— En effet, confirma Kang Chan en souriant d’un air sournois, comme s’il était persuadé que Yu Ilhan ne pourrait pas refuser.

La lumière dans ses yeux n’avait toujours pas disparu.

— Pour être honnête avec vous, continua-t-il, la valeur de ces terres chute rapidement. Comme vous le savez, il n’existe pas de vraie méthode pour se débarrasser complètement du portail. Et comme un grand nombre de monstres le franchirent lors de cet incident, bien qu’ils aient été soumis… Eh bien, c’est toujours un sujet sensible, et une cause de crainte pour les gens. Ne pensez-vous pas ?

— C’est sans doute le cas.

C’était logique, en effet. Où voulait-il en venir ?

— Cependant, ajouta encore Kang Chan, imaginons que monsieur Yu Ilhan prenne possession de ces lieux. Vous serez alors capable de contrôler les forces présentes de l’autre côté du portail à volonté, de devenir plus libre, et d’apaiser les tensions. De pousser les gens à se sentir plus en sécurité. Il n’y a qu’un problème : certains vous nomment Susanoo, et pourraient…

Kang Chan exprima une grimace ouverte. Oh, alors c’était ça, le problème. Il n’aimait pas ce nom. Hah, il était définitivement Coréen.

Yu Ilhan comprenait ce sentiment, mais ne détestait pas ce surnom à ce point, parce qu’il s’agissait du moins embarrassant parmi tous ceux qu’on lui avait donnés jusqu’à présent.

— Ces gens pourraient définir votre identité, et cela pourrait finir par vous déranger. Bien sûr, nous ferons de notre mieux pour éliminer toute connexion entre ce nom et vous, mais il n’y a rien de certain à 100% en ce monde.

— C’est vrai, acquiesça Yu Ilhan. Déjà auparavant, il y avait de nombreuses rumeurs disant que Susanoo était Coréen, alors si je deviens propriétaire d’un terrain près du portail… Cela dit, si vous me donnez ces terres, je les accepterai avec joie.

— Tout ira-t-il bien vous concernant ? s’enquit tout de même Kang Chan.

— Oui, je pense que tout ira bien.

Kang Chan finit par rire, sentant toute la confiance naturelle contenue dans les mots de Yu Ilhan. Il s’imaginait qu’il s’agissait là d’une ambition qu’un jeune homme pouvait se permettre, mais s’il savait à quel point Yu Ilhan se sous-évaluait en temps normal, il pourrait bien changer d’avis dans la seconde.

Yu Ilhan se disait qu’il n’y avait pas de problème à révéler son identité, même avec ce pouvoir qu’il avait sous-évalué. Alors que pourrait-il se passer ?

— Parfait. Je vais laisser ma fille s’occuper de ça, vous pourrez vous entretenir avec elle à ce propos un peu plus tard.

— Oui. Ce sera également plus cool pour moi si vous faites ainsi.

Malgré les mots honnêtes de Yu Ilhan, Kang Chan ne cessa de sourire, et Kang Hajin fit de son mieux pour retenir son rire en se pinçant la cuisse. Il en garderait un sacré bleu, plus tard. Kang Mirae, quant à elle, notait que la relation entre Yu Ilhan et Kang Chan était légèrement étrange, et soupira.

— Cependant… intervint Kang Chan soudainement, alors que tout le monde pensait que c’était fini.

Ce type était le dieu du changement de sujet. Possédait-il une compétence pour ça ? C’était obligé !

— J’ai entendu que vous aviez amené un enfant sur le lieu de l’affrontement.

Pendant un instant, les oreilles de Kang Mirae vibrèrent et se tendirent vers Yu Ilhan, très légèrement. Elle n’était même pas consciente de ce fait elle-même. Et puis elle se rappela que Na Yuna était elle aussi curieuse à propos de l’enfant.

— Oh, ouaip.

— Est-ce… indélicat de ma part de demander qui est cet enfant ?

— C’est un monstre.

Il ne pouvait pas le présenter comme un Dragon, pour des raisons évidentes. Mais les Dragons étaient des monstres, donc ce n’était pas un mensonge.

— Ouah.

— Fiou.

La réponse de Yu Ilhan poussa quelqu’un à aspirer de l’air brusquement, tandis qu’une autre soupira de soulagement. Kang Chan acquiesça d’un ah silencieux mais équivoque.

— Comme je m’y attendais, dit-il. C’est ce que je me suis dit après avoir appris que vous aviez acquis cette armée de loups si facilement, et en voilà la confirmation.

— C’est un enfant qui me suit comme il suivrait un père, expliqua Yu Ilhan. Et ce n’est pas totalement faux, car mon mana a été consommé pour rendre sa naissance factuelle.

Yu Ilhan ne mentait toujours pas. Décidément, il possédait probablement une compétence lui permettant de convaincre son monde, quand il le voulait.

— Mais c’est un monstre que vous avez créé en utilisant votre mana ?

— Eh bien, oui. Vous le savez probablement puisque vous en avez entendu parler, mais il utilise une magie plutôt puissante. Je m’attends à de grandes choses de sa part, et sa croissance est des plus rapides.

— Je vois ce qu’il en est.

Kang Chan offrit un large sourire de plus. Voir que le père de Kang Mirae ne s’en inquiétait plus signifiait que ses propres soucis à lui étaient sans doute fondés.

Tentait-il de le rapprocher de sa fille ? Il n’y avait pas moyen qu’elle ne pût l’aimer d’amour un jour, et lui-même n’entretenait pas de sentiment particulier à son égard, plus qu’une très bonne impression.

Et au diable tout ça. Kang Mirae allait sans doute régler ce malentendu tôt ou tard, et Yu Ilhan décida de poser ses inquiétudes là, et de les y laisser.

Par coïncidence, Kang Chan sembla également juger que la conversation avait assez duré.

— Oh, je vous ai retenu pour un si long moment, dit-il. Alors que vous êtes sans doute l’homme le plus occupé de la planète, ha ha…

— Tout va bien, le rassura Yu Ilhan. Je vais donc vous quitter ici.

— C’était un honneur que de rencontrer le héros de notre pays en personne. Prenez soin de ma fille à l’avenir, je vous prie.

— Ah, oui…

Quel sentiment inextricable. Yu Ilhan serra la main de Kang Chan en se levant. Son regard croisa celui de Kang Mirae, et il hocha la tête légèrement dans sa direction également. Il allait devoir la revoir avant la fin de la journée. Leur rendez-vous était déjà planifié plus tard dans l’après-midi, et ils devaient discuter de choses et d’autres, en particulier l’Avant-Garde.

— On se revoit tout plus tard, lui rappela-t-il.

— Oui, acquiesça-t-elle de façon obéissante, les joues rougissant nonobstant – tout ceux qui connaissaient l’Impératrice de près ou de loin seraient choqués par cette scène.

Yu Ilhan quitta la pièce. Seule la famille Kang y resta sans bouger.

— Pffffffhahahahaha !

Kang Hajin explosa finalement de rire, incapable de se retenir plus longtemps.

— Je suis désolé, père, c’est juste… Pffffhahaa !

— Tu es malpoli, grand frère, lui lança Kang Mirae tout en lui lançant un regard glacial et meurtrier à l’insu de leur père.

Kang Hajin tenta de s’arrêter net, et finit par hoqueter. Et voir ses deux enfants se battre ainsi fit également éclater de rire le père.

— Accroche-toi à lui, murmura-t-il d’une voix douce à sa fille. Accroche-toi, et ne le laisse pas filer.

Même un gamin aurait compris ce qu’il voulait dire par là.

— Père, je te l’ai déjà dit et répété auparavant, mais je n’ai aucune relation de ce genre avec lui. Il serait indélicat de le déclarer unilatéralement de notre côté. De plus, je n’ai que vingt ans, je te rappelle.

— J’entends par là que tu dois l’attraper avant qu’une autre femme ne le fasse.

Kang Mirae se mit à rougir intensément. Elle se mit à crier si violemment qu’il était impossible de croire qu’elle fût la même personne qui s’était trouvée si effacée et obéissante quelques minutes auparavant.

— Même si je développe un autre genre de relation avec lui, hurla-t-elle, tu n’influenceras pas mes actions et mon jugement, père !

Comme elle l’avait prévu par le passé, elle comptait toujours obtenir Yu Ilhan par elle-même, après avoir fait décoller sa propre valeur.

Bien que celle de Yu Ilhan était déjà loin, très loin de là, quelque part entre la stratosphère et les confins de l’univers, elle n’avait aucune intention d’abandonner. Pour elle, il n’y avait aucun homme du niveau de Yu Ilhan dans le monde. Ce qui… était vrai, objectivement.

Et la personne à avoir décelé et pris note de la valeur de cet homme n’était pas Kang Hajin, mais elle-même. Kang Mirae ne pouvait tolérer le fait que son père parlât de lui comme s’il le connaissait mieux qu’elle.

Kang Chan n’avait pas vu le Yu Ilhan du début du Grand Cataclysme, pas plus qu’à l’époque où il avait chassé le Léopard Noir, et encore moins cette magnifique attaque aérienne le jour où il avait tué l’Orochi. Il ne savait rien du charisme qui avait exsudé de lui lorsqu’il avait soumis ces milliers de loups.

— T’influencer ? Cesse donc tes idioties, lui rétorqua-t-il. Je ne fais que donner des conseils à ma fille, qui a attendu si longtemps pour découvrir son premier amour.

Et cette embuscade inopinée du père la fit paniquer.

— Que… bégaya-t-elle, Et dire… Penser qu’un père parle si légèrement de sentiments comme l’amour…

— Penses-tu que les sentiments puissent être masqués éternellement ? lui demanda-t-il alors. J’avais moi aussi un mal de chien à me retenir de rire, tu sais ? Tu étais totalement écrasée sous le poids de sa présence, sous son regard, sous son appréciation. Combien de temps vas-tu encore attendre ?

— Pas moyen, je… Si tu as senti des sentiments de ma part pour lui, alors c’était une forme d’admiration ! s’écria Kang Mirae. Il agit toujours pour autrui, jamais pour lui-même, et il est plus puissant que tout ce que l’on connait de raisonnable et de sensé. C’est une personne rare possédant à la fois la puissance et la mentalité. J’ai beaucoup à apprend –

— Tout va bien, la coupa son père, pas plus convaincu par son excuse que précédemment. J’en ai dit assez. Maintenant, ce n’est plus mon problème si tu reviens pleurer dans mes pattes parce que Na Yuna te l’aura volé sous ton nez.

— …Qui va venir pleurer ?!

Elle tenta d’ignorer les mots stupides de son père, mais son visage resta figé. Na Yuna était définitivement magnifique, et arborait des sentiments évidents pour Yu Ilhan.

Bien sûr, Kang Mirae ne pouvait imaginer que l’ennemie réelle n’était pas une simple Na Yuna.

Si Yu Ilhan se présentait un jour, Na Yuna dans les bras, comment se sentirait-elle alors ? Elle imagina la scène pendant un moment, et se sentit mal. Très mal. Et elle secoua la tête. Kang Mirae n’était pas femme à se laisser mouvoir par ses émotions. Ils étaient partenaires commerciaux, nom d’un chien !

— Il ne se passera rien de tel, décida-t-elle en frappant sur la table. Yu Ilhan ne se laissera jamais aller vers une gamine comme elle, et je n’ai jamais noté d’amour ou… ou n’importe quelle autre émotion équivalente, entre eux ! Je m’en vais, maintenant !

Elle quitta immédiatement la pièce. Une fois père et fils seuls entre quatre yeux, ils échangèrent un regard et sourirent en coin. Tous deux savaient ce que l’autre pensait.

— Si Mirae s’associe à Yu Ilhan, ce sera parfait au regard de la puissance. Hajin, ça va être ton tour, maintenant.

— Je m’en occupe, heh. Le Grand Cataclysme va nous propulser au top du top.

Père et fils s’envoyèrent à nouveau un sourire entendu. Père et fils stupides et délirants.

Tout ceci n’était qu’une spirale infernale de malentendus et de délires.

En réalité, ces terres étaient difficiles à gérer. Elles ne valaient pas d’argent, et ce n’était pas comme s’ils pouvaient les vendre. Qu’elles finissent entre les mains de Yu Ilhan était sans doute la conclusion la meilleure qui fût.

Raka
Les derniers articles par Raka (tout voir)
EER : Chapitre 119
EER : Chapitre 121

Related Posts

5 thoughts on “EER : Chapitre 120

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com