EER : Chapitre 121
EER : Chapitre 123

Chapitre 122 – Combiner nos forces ! 6/8

 

— Leurs puissances doivent être à peu près égales, supposa Liera.

— Je pense toujours que Mir doit être le plus fort, jugea Herta.

— Oui, bon. C’est notre Mir, après tout, concéda Liera.

Quatre Elfes, Yumir et la dernière venue Ericia. Le regard posé sur les subordonnés de Yu Ilhan, Liera et Herta avaient décidé de sérieusement soupeser leurs différents niveaux.

Bien sûr, il s’agissait là d’un jugement objectif sans biais dû à leur affection pour Yumir. En tout cas, c’était ce qu’elles pensaient.

— Je pense que tu sais très bien pourquoi tu es entré ici, déclara Liera en déposant sur ses cheveux le chapeau rouge que lui avait fait Yu Ilhan, Ange d’une beauté brillante qui s’était révélée à tous les membres présents.

— Je… ne comprends honnêtement pas, avoua Ericia. Ce que je sais, c’est que cet endroit est similaire à un atelier de forgeron, et qu’une étrange magie s’est activée à l’instant.

Yu Ilhan avait activé le sablier sans donner d’explications et il était raisonnable de sa part de se montrer dubitative. Cependant, Liera acquiesça avec grand sérieux.

— Je n’ai pas non plus envie de te l’expliquer, alors il faudra que tu découvres ça par toi-même.

Voilà qui faisait une assistante très irresponsable.

— Peu importe, continua-t-elle. Désormais, vous allez vivre un entraînement intense sous mes ordres. Vous êtes toujours bien trop faibles ! Si vous ne voulez pas être des boulets aux pieds de mon Ilhan, alors préparez-vous à obéir sans poser de questions.

— Mais qui es-tu exactement, pour nous faire subir ça ? demanda Ericia.

Comme si elle s’était attendue à cette question, Liera bomba le torse.

— Vous pouvez tous me considérer comme le mentor de mon Ilhan, dit-elle fièrement. Bien que ce ne soit qu’au regard de la lance et du combat physique, mais cela ne m’empêche pas d’être bien meilleure que vous tous en archerie et au combat à l’épée.

— Elle est la preuve vivante que l’élève peut dépasser le maître, nota Herta dans son coin.

— Eiii !

— Hahahaha !

En entendant Herta se moquer d’elle, Liera vola naturellement, genou en avant et percuta son homologue à la hanche avant d’enchaîner sur une série de coups qui la firent rouler au sol, pliée de douleur. Il ne lui avait fallu que sept petites secondes. Les enchaînements des Anges étaient effrayants, tout compte fait.

— Tu… es vraiment une maîtresse du combat physique… nota quelqu’un.

— La maîtresse de Sa Majesté… Bien entendu que nous te suivrons !

— Je n’avais pas l’intention de… Argh… prouver ça en le payant de mon corps… gémit Herta.

— Est-ce que tout va bien, grande sœur ? s’enquit Yumir.

Personne d’autre d’écoutait les complaintes de l’Ange recroquevillée, mis à part lui.

— Vous comprenez sans doute à quel point la Terre est instable, après avoir fait l’expérience de la connexion entre vos mondes et celui-ci, n’est-ce pas ? intervint Spiera afin de recentrer la conversation. Ilhan combat en première ligne, dans un tel monde. Aussi, en tant que ses subordonnés, vous n’avez absolument pas ce qu’il faut pour égaler sa puissance, actuellement. Vous devriez déjà vous concentrer sur un art martial afin de le maîtriser avant d’obtenir votre troisième classe. Compris ?

— Oui, madame ! répondit une voix unie, composée des voix de tous.

Seule Herta, toujours à se masser la hanche, marmonnait tout bas, les yeux plissés.

— Même toi, tu n’en as que maîtrisés deux, alors que tu vis depuis des lustres…

— Alors il faut commencer tout de suite ! répliqua Liera. D’abord, je vais jeter un œil à votre niveau général, alors attaquez-moi tous en même temps ! Allez !

Le groupe hésita un peu en l’entendant, mais ne purent que changer d’avis une fois que Liera eût commencé à orienter la discussion sur un terrain plus… physique.

— Là, une ouverture ! cria-t-elle.

— Urgh ! répondit celui qui avait une ouverture et qui venait de se faire frapper.

— E… Elle arrive ! Elle vient par ici !

— Résistez donc un peu mieux que ça ! grogna Liera.

Tandis que des Anges, un Loup et un Dragon s’entraînaient joyeusement dans le sang et la sueur, Yu Ilhan commençait à s’affairer à créer des artefacts, Spiera l’observant attentivement.

— Tu devrais leur enseigner aussi, dit-il. Tu as même maîtrisé l’épée, non ?

— Mes méthodes sont trop violentes, répondit-elle. Si je les attaque, je risque de me faire bannir des Cieux.

— Et moi ?

— Ce n’est pas comme si tu avais besoin d’un vrai entraînement en combat réel… soupira-t-elle. Mais il te faut quelque chose te permettant d’apprendre une technique avancée. De plus, tu n’es pas du tout sur le même plan que ces existences inférieures.

Il fut légèrement ravi que Spiera l’eût considéré ainsi, mais se sentait en même temps un peu remonté par le fait qu’elle regardât ceux proches de lui de haut. Il n’en dit rien, et se contenta de frapper le métal de son marteau. S’il voulait faire entier usage de ces deux mois, il n’avait pas le temps de lambiner.

— C’est vraiment une technique incroyable, continua Spiera. Comment des objets d’une telle qualité peuvent-ils apparaître à un tel rythme… ? Oh, il n’écoute pas, hein ?

Yu Ilhan utilisait tout ce qu’il avait de matériaux des monstres de deuxième classe et des plus faibles des monstres de troisième classe, dans le but de créer de nouvelles armes standard pour l’Avant-Garde. Considérant le fait que la première génération desdites armes avait été façonnées à partir de monstres de première classe, c’était un changement absurde.

En exagérant à peine, les équipements que pouvaient utiliser les membres de l’Alliance étaient actuellement créés toutes les deux minutes. Et plus le temps passait, plus la vitesse augmentait.

Comme le travail trop rapide de Yu Ilhan faisait douter ceux qui l’observaient, qui se disaient qu’il devait terminer des objets de piètre qualité, Spiera sortit volontairement une épée finie pour en vérifier les informations.

[Épée de l’Appel du Sang en Dent de Loup]

[Rang : Rare]

[Puissance d’attaque : 3.200]

[Durabilité : 2.500 / 2.500]

[Option :]

[Capable de faire saigner les ennemis plus facilement.]

— Un rang rare pour quelque chose fait en deux minutes, hein… ? soupira Spiera.

Juste au cas où, elle vérifia également tout ce qu’avait créé Yu Ilhan jusqu’alors, et ses prédictions s’avérèrent toutes correctes. Sans exception, tout était au minimum de rang rare.

Peut-être était-ce parce qu’il existait une personne totalement absurde sur Terre que tant de choses démentes arrivaient à cette planète. Spiera se mit à sérieusement y réfléchir en le regardant travailler. Et concentré comme il l’était, il ne prit pas conscience de cette paire d’yeux qui le scrutait, tandis qu’il frappait le métal.

Clang, clang, clang…

La Flamme Éternelle dansait en réponse à chaque coup de marteau, quelque chose qui n’était pas si éloigné de ce qu’on aurait pu trouver dans les livres de contes et légendes.

Yu Ilhan en train de travailler offrait une scène magnifique. Spiera n’avait aucun intérêt dans la gent masculine, mais elle était malgré tout capable de juger qu’il ressemblait à une œuvre d’art, pour autant qu’un humain pût s’en rapprocher.

— Tu pourrais sérieusement faire trembler les cœurs des existences supérieures, murmura-t-elle en tournant les yeux vers Liera et Herta. Ce n’est pas très différent de l’observation d’un miracle…

Bien que ces deux-là n’en étaient pas elles-mêmes conscientes, elles avaient développé des sentiments à une vitesse phénoménale après avoir croisé la route de cet humain.

Si elles étaient devenues comme ça à cause des caractéristiques de la Terre, quelque chose aurait sonné faux, parce que tous les autres Anges envoyés ici-bas n’avaient jamais été affectés d’une quelconque façon similaire. Le seul élément qui restait était Yu Ilhan en personne.

Et Spiera s’était portée volontaire pour devenir la partenaire de cet humain en particulier pour découvrir la raison qui se trouvait derrière ce phénomène.

Pour l’instant, elle ne s’inquiétait que d’une chose. Elle aussi voulait devenir plus forte, comme Liera et Herta qui avançaient par monts et par vaux, et elle se demandait si côtoyer Yu Ilhan platoniquement était en réalité suffisant.

— Grumpf… Je ne peux rien y faire pour l’instant, alors continuons d’observer, grommela-t-elle en posant à nouveau les yeux sur Yu Ilhan, actuellement en train de sculpter un os de Loup.

Finalement, il ne lâcha son outil que douze heures après l’avoir pris en main. Six cent équipements plus tard, ses compétences de forgeron se voulaient proches de celles d’une légende.

— Alors, se hâta Spiera en le voyant ranger son matériel. Tu as finalement décidé de commencer l’entraînement ?

— Non, répliqua-t-il. Il faut que je vérifie le seau.

— Ce satané seau ! éclata Spiera.

Elle était plutôt bruyante, pour quelqu’un qui se délectait de Souffle et de viande de Dragon. Yu Ilhan renifla et alla voir ce qu’il en était de la viande et de l’alcool dans le précieux récipient.

La chair de Dragon avait maturée de manière fantastique, le poison totalement dissipé. La viande de Loup, en revanche, n’était pas si fortunée. Bien que la qualité de celle-ci se fût améliorée, l’aura empoisonnée qui s’en dégageait était suffisante pour qu’on pût s’en servir d’armes…

Y avait-il un souci avec le sang de Dragon ? Sinon cela, devait-il utiliser un autre liquide, et non du sang ? Il allait devoir effectuer des recherches sur le sujet.

— Ooh, l’alcool a l’air déjà bon, par contre, nota-t-il.

Bien sûr, ce n’était pas du Souffle, et ne possédait presque aucune capacité de récupération. Cependant, c’était délicieux ! Et puis ça sentait les fruits doux, contrairement au Souffle. C’était étrange !

— Huh, attends, pourquoi est-ce que ça a ce goût ? s’interrogea-t-il quand même.

— J’y ai mis des pommes ! confessa soudain Yumir, qui se reposait après son entraînement.

Les boissons alcoolisées faites à partir de viande et de pommes étaient une nouveauté, mais en gardant les compétences du seau à l’esprit, ce n’était pas chose impossible. En tout cas, ça avait réussi.

C’était une grande découverte. L’univers du possible des recettes venait de s’agrandir encore.

Mais d’où venaient ces pommes ? Yu Ilhan réalisa que quelque chose n’allait pas, ce à quoi Herta avait une réponse.

— Nous effectuions des recherches sur la magie d’invocation, expliqua-t-elle gentiment. Et…

— Ah, alors il existe une telle magie également, acquiesça Yu Ilhan en riant, tout en tapotant la tête de son fils.

Soudain, il se figea.

— Mais nous sommes dans la barrière.

— C’est vrai, confirma Herta. Il semble que ce soit possible. C’est également la première fois que je conduis des recherches à l’intérieur du Sablier de l’Éternité, alors je n’en savais rien.

Plus de cent pommes flottaient dans le seau. D’après les explications de Herta, il semblait qu’elles eussent été invoquées depuis un magasin à proximité.

Autrement dit, c’était du vol.

— Mir ne peut qu’invoquer ce qu’il a directement vu auparavant, continua l’Ange. Je lui ai dit d’essayer avec quelque chose de petit, et il a choisi ces pommes, qu’il a vues au marché…

— Les pommes sont délicieuses ! s’écria Yumir comme pour se justifier.

— Et c’est moi qui vais payer pour tout ça… se plaignit Yu Ilhan. Bien que le goût du vin rende ça très acceptable.

Il attrapa une pomme dans le seau. Elle avait l’air parfaitement saine à l’extérieur, mais sa chair était totalement affectée. Elle n’avait pas supporté le poison du sang de Dragon, et s’était transformée en pomme empoisonnée, qui tuerait quiconque la mangerait sans une bonne résistance au poison.

Cela dit, ce qui importait actuellement n’était pas cette pomme empoisonnée.

— Alors comme ça, il est possible de faire entrer des choses de l’extérieur pendant que la barrière est activée…

— Mais ça ne veut rien dire, nota Herta. La magie d’invocation n’a aucune vraie utilisation. Elle ne fait que faire apparaître des objets. C’est une tout autre chose que d’invoquer des esprits.

— Alors, reprit Yu Ilhan, il est également possible de les en faire sortir ?

— Je peux le faire ! s’écria Yumir en souriant de toute ses dents, avant de pointer du doigt vers la pomme empoisonnée, qui disparut.

Yu Ilhan se surprit lui aussi à sourire, légèrement.

— Où l’as-tu envoyée ? demanda-t-il.

— Là où elle était avant !

— Mir est gentil, n’est-ce pas ? reprit Yu Ilhan, l’air un peu crispé. Alors rappelle cette pomme immédiatement, s’il te plaît.

Si la barrière était soudainement annulée, ils auraient commis le crime parfait. Et c’était un souci. Yumir invoqua immédiatement la même pomme en entendant son père, et il s’agissait définitivement de la bonne.

— Pfiou, mon garçon était sur le point de tuer quelqu’un…

— Ça ne sert vraiment à rien, insista Herta.

— Au contraire, la rattrapa Yu Ilhan tout en désignant le vin créé à partir du sang des Dragons de troisième classe, celui-là même qui laissait échapper une légère fragrance de pomme. C’est la compétence ultime pour créer divers types d’alcools durant les deux prochains mois !

— Et tu demanderais à Yumir de voler ?! s’offusqua totalement Herta.

Ben, il pourrait simplement payer les marchands une fois sorti de la barrière. Et en utilisant exactement la même méthode !

— Papa, est-ce que j’ai bien fait ?

— Bien sûr que oui. On devrait pouvoir augmenter la variation de la magie d’invocation. Qu’en dis-tu ?

— Ouais !

Les erreurs de Yumir seraient retenues comme autant de grandes découvertes à l’avenir… Enfin, probablement. Peut-être. Oh, ils verraient bien. En attendant ce jour, Yu Ilhan sortit un gobelet de son inventaire et le plongea dans le seau…

— Entraînons ! Nous !

…et fut traîné en arrière par Spiera. Tandis qu’il se faisait tirer, il vida son gobelet avec plaisir en ne manquant pas de grommeler, avant de se faire jeter en avant.

— Si tu es aussi embêtante, je te ne filerai pas de vin, décréta-t-il.

— Ce n’est pas que je veux t’embêter. Je commence simplement à douter de ta passion pour mon art de la lance.

Alors elle voulait picoler, hein ? Yu Ilhan se mit à rire tout en jetant son gobelet au loin ; ce dernier disparut, collecté par son inventaire avant de toucher le sol. Ce qui le remplaça fut une lance en bois, spécialement facturée pour les entraînements.

— La Grande Lance Trancheuse de Cosmos est trop compliquée à cerner avec une arme de piètre qualité, critiqua Spiera.

— J’aime les lances en bois aussi, rétorqua Yu Ilhan sans se laisser démonter.

Bien entendu, il était vrai que les armes possédant une valeur d’attaque plus élevée étaient meilleures, mais cette logique ne s’appliquait qu’aux combats durant lesquels il devait affronter des ennemis puissants.

Et il s’était entraîné pendant si longtemps avec des lances fabriquées à partir de branches en bois… Il se sentait parfaitement à l’aise avec cette arme entre les mains. Lorsqu’il prit position, Spiera acquiesça avec une expression satisfaite.

— Tu possèdes vraiment la fondation d’un guerrier, jugea-t-elle.

— Et ? Que suis-je supposé faire pour apprendre cette technique qui me file la chair de poule rien qu’en en prononçant le nom ? Dois-je abattre ce gros machin de métal avec cette lance ?

Naturellement, la raison pour laquelle il ne supportait pas de prononcer le nom de cette technique était l’embarras immense dans lequel il se trouvait à chaque fois qu’il le faisait. Cependant, Spiera sembla prendre sa remarque pour un compliment, et son expression s’illumina.

— La Grande Lance Trancheuse de Cosmos est un art qui infuse la puissance nécessaire pour trancher le cosmos en un seul coup. Le nom est vraiment fait pour l’effet, tu vois. Il faut garder à l’esprit le tranchant d’une épée, le poids d’une arme contondante, la rapidité d’un fouet. Il faut pouvoir se servir de toutes ces caractéristiques en un coup de lance, grâce à un corps entraîné à l’extrême. C’est pourquoi maîtriser ces cinq compétences est essentiel.

— Ooh, alors c’est ça !

C’était donc une technique illogique qui lui faisait presque tourner de l’œil, alors qu’il n’en avait qu’entendu l’explication théorique.

Le niveau d’incompréhension était facilement le même qu’un Pok*mon capable de méga-évoluer et de reprendre sa forme normale, juste parce qu’il était ami avec un humain.

— Ce sera compliqué dans l’immédiat, continua Spiera, mais avec ton talent, tu pourrais y arriver si tu y investis à peine 25 ans. Je t’enseignerai également du mieux que je puisse le faire. On commence immédiatement !

À Spiera, qui parlait en l’observant de ses yeux brillants de passion, Yu Ilhan ne pouvait certainement pas simplement répondre qu’elle lui balançait une salade de conneries sauce foutage de gueule.

— Je ferai de mon mieux ! s’écria-t-il, tentant de paraître le plus joyeux et motivé possible.

Raka
Les derniers articles par Raka (tout voir)
EER : Chapitre 121
EER : Chapitre 123

Related Posts

5 thoughts on “EER : Chapitre 122

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com