EER Chapitre 58

EER Chapitre 57
EER Chapitre 59

Chapitre 58 : Tout se taper 6/9

 

Fort de sa compétence de repos, il récupéra ses forces en une seule nuit. Il était désormais grand temps de partir pour la Chine.

– Tu sors encore ? Hmm… Je vais peut-être partir quelques jours pour Yomin1)Yomin est la planète sur laquelle sa mère avait été envoyée, pour rappel., lui annonça sa mère.

– Tu repars chercher des fruits de mer ? lui lança Yu Ilhan en plaisanterie.

– Quelque chose comme ça, oui…

Sa mère était un exemple parfait de la capacité qu’avait l’être humain à s’adapter à toute situation. Elle prenait un réel plaisir à cette situation, et lui tout autant à découvrir de nouveaux mets. Son repas terminé, Yu Ilhan prit une rapide douche et partit aussitôt pour son atelier. Son propulseur de lances était si efficace qu’il avait tiré sans compter… Du reste, il tenta de réparer le mieux du monde son lance-pieux, tout en sachant qu’il ne pourrait plus lui servir que 10 fois. Enfin, il s’affaira à entretenir quelque peu ses autres armes et son armure, dont la puissance d’attaque et les capacités défensives semblaient augmenter chaque fois qu’il y touchait. Étonnamment, le détail lui passa complètement au dessus de la tête.

– Tu sais, même si tu en utilises une pour l’arme de l’Impératrice, il te restera toujours une pierre magique de troisième classe, lui signifia Herta.

– Oui, mais je n’ai aucune inspiration. Changer mon armure maintenant ne servirait à rien, et ma lance est bien assez puissante comme ça. Je ne vais pas m’amuser à créer pour créer, l’informa Yu Ilhan.

– Pourquoi ne pas faire quelques accessoires ? eut pour idée Lita.

– Des… des accessoires ? s’étonna-t-il, d’une voix si faible que c’était à se demander si Lita ne venait pas plutôt de lui envoyer un uppercut.

– Ben… oui ? se surprit-elle à son tour.

Son rythme cardiaque s’emballa tout à coup. Les accessoires ne servaient à rien d’autre qu’à décorer dans la vie de tous les jours, mais dans les jeux vidéo… certains pouvaient s’avérer tout aussi puissants qu’une arme ou une armure.

– Explique-moi ça en détail, trancha-t-il alors.

– Les artéfacts ne se limitent pas aux seules armes et armures. Le manartisanat sert à charger un objet du pouvoir du mana et de l’intention de son créateur. Cet objet, ça peut être n’importe… commença-t-elle.

– Attends, on ne s’est pas compris du tout, la coupa-t-il. Quand je dis en détail, je veux dire “viens-en aux faits”.

– Huh… Eh bien…

– Héhéhé… se mit à ricaner Herta.

– Ton équipement est loin d’être complet, voilà, conclut Lita.

– C’est beaucoup plus clair comme ça ! se satisfit Yu Ilhan.

De fait, même dans les romans d’heroic fantasy, il n’était pas rare que les héros se sortent d’un mauvais pas grâce à un quelconque pouvoir ancestral contenu dans un bijou. Pour les deux anges, il ne faisait aucun doute que le jeune homme pourrait construire un objet à même de rivaliser avec leur puissance. De plus, si l’équipement standard permettait simplement d’attaquer ou de défendre, il y avait fort à parier qu’un accessoire pourrait avoir pléthore d’autres fonctions.

– Alors, tu vas t’y mettre ? lui demanda Herta.

– Ouaip !

– J’adooore les bagues ! s’excita Lita.

– Moi pas. C’est très long à faire, la refroidit-il.

– Hum… je suppose, oui…

Ainsi le puceau millénaire rejeta-t-il une nouvelle fois sa tentative de rapprochement. En lieu et place d’un anneau, c’était un bracelet qu’il comptait concevoir. Pour ce faire, il ôta une partie d’aile, étrangement intacte, de l’un des rapaces de foudre et en fit un cuir fin. Il le laça ensuite de sorte à pouvoir le porter sous son armure. En fait, l’objet tenait plus du poignet de force que du bracelet d’ornement, mais en dépit de son apparence assez sommaire, son cuir était si résistant qu’une épée ordinaire ne serait jamais parvenue à le découper.

– Je pense que tu aurais eu du mal à faire un bijou avec les matériaux que tu as récolté, de toute façon, intervint Herta.

– J’en suis pas aussi convaincu que toi. C’est juste que c’était le plus rapide à faire, répondit-il.

– Si tu le dis…

Herta s’offusqua quelque peu à son tour… l’occasion pour lui de commencer à raffiner ce nouvel équipement. Tenant le poignet de force d’une main et une pierre magique de l’autre, il se concentra en fermant les yeux. Après quelques inspirations et isolé du reste de la réalité, il se représenta le vortex de foudre qui, plus tôt, avait menacé de détruire son précieux lance-pieux. Il était aussi gigantesque que terrifiant… ce bracelet devait l’en protéger.

Et puis, pénétrant ses minces paupières, une lueur puissante le sortit de son rêve éveillé. Les artisans ne voyaient en principe un tel flash qu’après des années de pratique. Ce n’était pas dû à la chance, mais bien à sa compréhension parfaite du manartisanat. Du reste, il devait aussi son succès au fait que c’était lui qui avait tué la bête. Il l’avait parfaitement cernée, et son intention s’était transmise sans la moindre interférence.

Poignet de force d’Agilité Doré des Tempêtes
Rang : Unique
Défense : 1700
Options :

·         +20 % à la vitesse de récupération du mana.

·           ?? % de chances de lancer un sort Tempête de Foudre quand touché.

Durabilité : 1150 / 1150
Un artéfact chargé de la puissance de la foudre. La force d’un monstre terrible réside en son sein.

 

– Wouah !!! s’exclama-t-il.

L’option que désirait tant Kang Mirae était partie intégrante de son bracelet. Bien sûr, en l’absence de mana, elle n’était d’aucune utilité à Yu Ilhan, mais après avoir longuement réfléchi, il décida de le garder pour lui-même. La raison en était très simple. L’appât du gain était certes intéressant, mais sa sécurité primait sur tout, or avec sa poisse habituelle, pour avoir obtenu un objet si puissant, il allait nécessairement en avoir besoin sous peu…

– Comment tu peux construire des trucs aussi complexes sans sourciller ? en vint à s’abasourdir Lita.

– Et encore, t’as rien vu. Il a réussi à percer le cuir d’un monstre de deuxième classe avec du fer… réagit Herta.

Lita risquait d’avoir besoin d’encore un peu de temps avant de tout à fait réaliser, et accepter, les capacités de son protégé. Quant à lui, justement, il se sentait enfin prêt à sortir, même si Réta Kar’iha devait à nouveau lui apparaître.

Sa destination, c’était la province de Shandong, en Chine, où se trouve en sa péninsule la ville de Qingdao. Il se dirigea pour ce faire vers l’aéroport d’Incheon, en se faisant la promesse de ne boire aucune Tsingtao, la célèbre bière chinoise. L’aéroport, d’ailleurs, était bondé. Les hommes d’affaires étaient bien sûr en majorité, mais il y avait aussi de nombreux initiés en armure, et des soldats. Maintenant que la deuxième classe des initiés se faisait plus accessible, le ciel était à nouveau ouvert et sûr pour tous. Quelque chose, pourtant, inquiéta un peu Yu Ilhan. Il avait reconnu quelqu’un…

– Dès que j’ai fini ce maudit service, je me marie et deviens femme à la maison !

– Je doute fort que le pays vous laissera partir, Lieutenant Han.

– Le pays tout entier ne m’empêchera pas de me marier ! cria-t-elle encore.

C’était le Commandant Yoon Daehan et le Lieutenant Han Yolang, qu’il avait rencontré dans les débuts de l’apocalypse. Yu Ilhan n’imaginait pas les trouver ensemble, en raison de leurs différences de rang, mais à en voir leurs uniformes sombres, ils devaient faire partie des forces spéciales… mais oui, bien sûr, c’était l’équipe de Suppression, que d’aucuns s’amusaient à appeler Dépression.

Il faudrait peut-être que j’aille leur parler… pensa-t-il.

Son objectif principal étant d’aider la population à mieux se défendre, son avis était resté inchangé : il devait apporter son soutien à l’escouade Suppression. L’opportunité s’étant présentée à lui sous la forme de deux personnes qu’il avait déjà rencontrées, il n’y avait plus qu’à la saisir. Oui, mais non. Un sale pressentiment l’empêcha d’agir, comme s’il craignait de se retrouver embarqué dans une quelconque mission l’éloignant de la sienne. Il lui semblait évident qu’ils ne décolleraient pas d’un avion civil, aussi en vint-il à se rassurer.

Mouais, on verra ça plus tard, hein… pensa-t-il encore.

Un doute lui traversa toutefois l’esprit : pourquoi n’étaient-ils pas à l’aéroport militaire ? Le gouvernement cherchait-il à ce point à les gêner ?

[Les forces de l’équipe de Suppression sont appelées à bien vouloir se présenter porte d’embarquement 4. Décollage dans 30 minutes.]

En entendant cette annonce, Yu Ilhan comprit que seul l’aéroport d’Incheon était vraiment protégé par leurs troupes. Ni soldats, ni budget… mais où donc passait le budget de la défense ? Enfin, les ignorant, il se rendit à sa porte d’embarquement. Bien sûr, personne n’en remarqua la présence.

– J’aurais peut-être dû faire un passeport, en fait… lâcha-t-il.

– Eh oui. Te revoilà dans le rôle de l’oublié, ricana Herta.

– Zzzzz… balbutia quant à elle Lita, profondément endormie.

Quelques minutes plus tard, l’avion décolla. Le vol se déroula sans encombres et il posa le pied sur le sol chinois assez rapidement. Herta endossa le rôle de GPS vivant une nouvelle fois, et le dirigea à travers la ville jusqu’à leur destination finale.

– Quel bordel, ici… grogna le jeune qui ne l’était plus tant que ça.

Si on ne pouvait décemment dire que la Corée du Sud gérait en virtuose la crise à laquelle le monde faisait face, la Chine était dans une situation plus dramatique encore. De Qingdao, il ne restait pour l’essentiel que des ruines. Les gratte-ciels s’étaient effondrés comme des dominos, les ponts et les routes s’étaient affaissés, et des milliers de personnes vagabondaient, en vain, à la recherche d’un endroit où passer la nuit. Quoiqu’ils ne le virent pas, Yu Ilhan sursautait un peu chaque fois qu’il voyait quelqu’un. La scène lui rappelait à s’y méprendre sa rencontre avec l’ours… Dire qu’il était mal à l’aise aurait été un euphémisme scandaleux.

– Il appartient à chacun de prendre en main sa propre vie. Ne prête pas attention à eux, lui dit doucement Herta.

– Oui, contente-toi de faire attention à toi, abonda en son sens Lita, depuis peu réveillée.

– Hmm… Ok, répondit-il d’un ton glacial.

Le fait était qu’il désirait plus que tout les assister. Son regard se fit dès lors mauvais envers les deux anges… Comment pouvaient-elles l’appeler à ignorer la souffrance de ses propres pairs ? Du reste, il aimait aider les gens. N’en restait pas moins qu’elles avaient raison, il ne pouvait se mettre en danger. N’en déplaise à son ego, il ne parviendrait pour rien au monde à les sauver tous.

La vie est trop courte et trop fragile pour que je fasse passer qui que ce soit avant moi, tenta-t-il de se convaincre.

Enfin, pour chasser ces pensées désagréables, le mieux restait encore de se jeter dans la mêlée. Peu lui importait d’avoir à affronter un titan pour ça… enfin, non. En fait, il désirait en affronter un.

– Tu es sûr de toi ? C’est dangereux, quand même, lui lança Lita, qui avait lu dans ses pensées.

– Qu’est-ce qui est dangereux ? s’étonna Herta.

– Ouais, qu’est-ce qui est dangereux ? reprit Yu Ilhan. Tu semblais certaine de toi. Il y a un monstre de quatrième classe, ou quoi ?

– Quelque chose d’approchant, oui, répondit l’intéressée en hochant de la tête.

– Je n’ai rien perçu du tout… Lita, tu veux bien t’expliquer ? lança Herta, perdant patience.

– Il y a un donjon, tout près d’ici, mais il est caché. Je crois qu’on a retrouvé la trace du traître, mais ça semble plus sérieux que ce que je pensais… s’expliqua-t-elle alors, le ton inquiet.

Herta fronça elle aussi les sourcils. Pour que même Lita, habituellement d’humeur guillerette, en vienne à tant de solennité, il devait véritablement se tramer quelque chose de grave.

– Ouf… Tu m’as fait peur, Lita ! Enfin, heureusement qu’on est arrivés avant, se satisfit pour sa part leur véhicule-humain.

– Je ne vois pas trop ce que ça change ? se surprit Herta, sortie de sa torpeur par la bêtise de sa réponse.

– Tu veux rire ? Ça change tout, au contraire !

Car cette fois, il avait un coup d’avance. Personne ne l’avait encore repéré…

Nostra

Administrateur, traducteur d'EER, IATM et SSN. Nostra est un personnage obstiné, perfectionniste et dont seul l'ego parvient à rivaliser avec son talent.
Nostra

Les derniers articles par Nostra (tout voir)

EER Chapitre 57
EER Chapitre 59

References   [ + ]

1. Yomin est la planète sur laquelle sa mère avait été envoyée, pour rappel.

13 Commentaires

  1. Hinomura kid

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  2. TikyWii

    Merci pour le chapitre 😉

    Répondre
  3. PoloZore

    merci pour le chapitre 🙂

    vraiment cool comme ln 😀

    Répondre
  4. KryllaKrylla

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  5. Higanbana

    Merci pour ce chapitre

    Enfin le retour de EER, j’étais à deux doit de craquer et de le lire en anglais.

    Répondre
  6. PML

    Merci beaucoup pour le chapitre

    Répondre
  7. Cèlen

    Welcome Back Nostra!!!!! Un plaisir de te lire a nouveau!!

    Répondre
  8. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  9. Mélody

    Bonjour Nostra bon retour et merci beaucoup pour ce chapitre tant attendu j’espère que les choses s’améliorent de ton côté j’ai hâte de te lire

    Répondre
  10. noname.exenoname.exe

    Merci pour le chapitre
    Ouiiiii le retour d’EER

    Répondre
  11. Newkan

    Merci pour le chap nostra ^^ bon retours eer manquer ♡

    Répondre
  12. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  13. gutsguts

    Merci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com