LDO : Chapitre 12

LDO : Chapitre 11
LDO : Chapitre 13

012     Plus grand que je ne le pensais

 

 

Après quelques heures de marche, l’endroit où j’avais décidé de me diriger n’était toujours pas tout près. Je continuais donc à longer le mur de cette gigantesque caverne à la recherche de cette puissance étrange qu’avait ressentie Zhou Xuefang.

– On arrive bientôt ?

Non.

– Et maintenant ?

Non.

– Pfff…

Au bout de deux minutes de plus…

– Et maintenant ?

…Bientôt… Cesse de demander.

– Tu m’as bien dit que c’était tout près, non ? Alors pourquoi n’y sommes‐nous pas encore ?

Ta cultivation est si faible, Osumba, je fais ce que je peux pour détecter ce qui peut être détecté. Ne m’en veux pas à moi si je suis imprécis…

Il avait raison. J’étais faible. S’il avait eu son corps et sa cultivation quasi divine, il aurait pu me donner une distance exacte en plus de me dire avec certitude ce qui était à l’origine de cette puissance qu’il avait ressentie.

J’espérais que ce n’était pas un monstre. Ou pire, une famille de monstres.

Pas que je sache, non. Je ne ressens aucun mouvement, maintenant que nous approchons, donc à moins que ce soit une créature profondément endormie, on dirait que cette puissance est projetée par un objet inanimé.

– Ah, c’est parfait dans ce cas. Qu’est-ce qu’on attend ? Ah… Regarde ! Il y a une petite caverne dans le mur !

Il y avait effectivement une grotte juste devant moi. Sachant que j’étais déjà dans une immense grotte, être dans une grotte à l’intérieur d’une grotte, est‐ce que je pouvais toujours appeler ça une grotte ?

– …grotte, grotte, gr…AH !

Il y avait un mur qui en fermait l’entrée. Mais un mur étrange, semi‐transparent, comme la formation dans laquelle j’étais passé pour entrer dans ce nouveau monde. Je commençais à soupçonner que tout ici était lié au Bagua du Taiji, et que celui‐ci me permettait de les traverser.

Osumba, ça vient de là. Dans cet endroit, tu trouveras l’origine de la puissance inconnue, et je suis à peu près certain qu’il ne s’agit pas de quelque chose de vivant. Je ne ressens aucun signe de vie.

– Alors c’est décidé, on entre.

Je n’attendis pas son autorisation et franchis le mur transparent d’un pas. Evidemment, je passai à travers comme s’il n’avait pas été là, et à l’intérieur de ce qui semblait vraiment être une petite caverne, mes yeux mirent un moment à s’habituer à l’obscurité.

– C’est plutôt grand, ici. Je m’attendais à me trouver dans un trou, mais on pourrait presque y bâtir une grande maison.

J’étais émerveillé. Si j’avais trouvé ce genre d’endroit près de mon village, en imaginant qu’il ne soit pas habité par des prédateurs, j’en aurait assurément fait une espèce de base secrète pour Faya et moi. Quelles aventures on aurait pu vivre là !

Mais je n’y étais plus, et je n’avais actuellement aucun moyen d’y retourner. Réprimant l’envie soudaine de verser une larme, je me contentai d’enfermer ces sentiments dans mon cœur. Un jour, oui, un jour, j’allais faire mon grand retour et rendre mes ancêtres fiers de moi.

Attiré par quelque chose qui brillait dans une petite pièce séparée de la caverne principale, je m’aventurai tout au fond des lieux.

– Ouah !

Osumba !

– Mais… C’est…

Oui ! OUI ! C’est ça !!

– Oui ! …C’est quoi ?

J’étais face à un tas de pierres des toutes les couleurs. Mais il ne s’agissait pas de pierres spirituelles, elles n’y ressemblaient absolument pas. Mais elles m’attiraient vraiment ! Je me demandais bien ce qu’elles étaient.

Osumba, tu as décroché un gros lot, un sacré gros lot. Ce sont des pierres spirituelles. Tu vas pouvoir cultiver ici.

– Des pierres spirituelles ? Mais elles ne ressemblent pas à ça. J’en ai déjà vu. J’en ai même déjà avalé.

Tu crois que les pierres mineures que tu as eues entre les mains sont tout ce qui existe au monde ? Tu as encore bien des choses à apprendre… Ces pierres‐ci sont des pierres spirituelles classiques, des vraies, et non pas des mineures. Elles contiennent bien plus de Qi. Tu vas en profiter.

– Vraiment ? D’accord.

Des pierres spirituelles de meilleure qualité que celles que j’utilisais précédemment… C’était une bonne trouvaille, en effet. Mais…

– Tu ne crois pas que si je cultive ici, je risque d’être en danger ? Et si jamais une bête, ou quelqu’un… Brrr…

Tu vois cette formation qui protège l’entrée ? Elle empêche quiconque ne maîtrisant pas le Bagua du Taiji de passer. Et si j’en crois mon intuition, cet endroit n’est pas caché et recèle de trésors, ce qui veut dire que personne n’y est entré depuis qu’ils ont été déposés ici, sans doute par la même personne qui a scellé l’entrée tout en haut. Et si personne n’y est entré, c’est que personne n’en a les capacités.

– Je comprends. Et des bêtes ? Elles ne sont peut‐être pas soumises aux mêmes restrictions ?

Elles le sont. Ce sont des créatures de Qi, tout comme les humains. Et les monstres ne maîtrisent pas de techniques, en tout cas pas des monstres si faibles… Alors elles ne passeront pas. D’ailleurs, si elles avaient pu, elles auraient déjà dévoré ces pierres depuis bien longtemps.

– Plus d’objection. Bon, ben… Je crois que je vais pouvoir commencer le festin.

Commençant à trier les pierres par couleurs, je mis de côté celles qui me correspondaient : les pierres spirituelles de ténèbres. Il y avait vraiment toutes sortes de cailloux, et quiconque serait arrivé ici aurait pu y trouver son bonheur. Seulement, j’y étais et j’étais seul, alors je séparai les pierres de ténèbres du reste, pour commencer.

– Tu es sûr que je ne peux pas raffiner les autres aussi ?

Complètement certain. Tu le peux, mais ça ne te sera d’aucune utilité. Le Qi va simplement disparaitre dans ton corps, car il ne correspond pas à celui de ton dantian.

– C’est dommage. Tu imagines la quantité de Qi que j’aurais pu accumuler avec toutes ces pierres ?

Oublie‐les. On reviendra les chercher plus tard lorsque tu auras de quoi les transporter. Pour le moment, cultive celles‐ci.

J’avais terminé de faire un tas avec les cailloux qui me concernaient. Chacun d’eux avait la taille d’un pouce, j’allais vraiment devoir les avaler ? On aurait bien dit que je n’avais pas beaucoup le choix.

M’asseyant en tailleur face à mon tas de pierres, je commençai la longue et ennuyeuse tâche qui marquait une étape dans mon parcours vers la toute‐puissance.

 

***

 

Presque dix jours plus tard, j’avais terminé de raffiner toutes les pierres et j’avais passé tout mon temps libre à cultiver afin de renforcer mon corps. Grâce à la technique de cultivation que le vieux m’avait enseignée, je sentais que chaque cellule de mon corps, de mes orteils jusqu’à la peau de mon crâne, en passant par mes organes et même mes yeux, était plus puissante qu’avant. Plus dure, plus endurante, plus cohérente.

Je me sentais fort.

Et si j’en croyais ce qu’il me disait de sa technique, ceux de mon niveau avec une technique moins puissante avaient un corps moins solide que le mien. Est‐ce que ça voulait dire que j’étais plus fort que ceux de mon niveau ?

Le 5ème jour, le Qi dans mon dantian était si dense et puissant qu’il força l’ouverture de la 3ème Porte Terrestre, l’obligeant à déverser encore un torrent de Qi en moi ; et ayant passé tout mon temps à le renforcer, je sentais que mon corps était probablement capable dans son état actuel de supporter l’ouverture de trois Portes de plus même si je ne cultivais plus pour ça.

Maintenant, il me fallait juste des ressources. Du Qi. Il me fallait du Qi… Je commençais à me demander si je ne devenais pas accro au Qi, tout doucement. Ou peut‐être à la puissance qu’il apportait. Ou les deux… Peu m’importait, il me fallait encore du Qi, mon dantian n’était pas rassasié. Il pouvait en engloutir encore et ouvrir d’autres portes, et moi j’avais envie de lui donner ce qu’il voulait pour devenir de plus en plus fort.

– Bon. Ce n’est pas tout, mais il va falloir qu’on parte explorer les lieux, maintenant que je suis devenu plus puissant.

Je n’étais qu’au troisième niveau Terrestre, mais je sentais déjà que je pouvais faire des choses qui m’étaient impossible précédemment.

Où as‐tu décidé de te rendre, maintenant ?

– J’aurais bien aimé retourner vers cette forêt. Tu y as ressenti une formation, alors peut‐être qu’il y a un autre endroit comme celui‐ci, avec d’autres ressources de cultivation.

Je me levai d’un bond.

– Allez, c’est parti. Fuuu…

Je sortis de la grotte en traversant à nouveau le mur infranchissable par tous sauf par moi, décidé à retourner sur mes pas, à rebrousser chemin jusqu’à cette forêt que j’avais vue en entrant dans ce monde souterrain.

Et à peine dehors, j’entendis un grognement sourd et vrombissant venant d’un fourré à proximité. Tournant instinctivement la tête dans cette direction, je vis sortir, d’un fourré, une tête humaine. Puis un bras. Puis une jambe, le reste du corps et il s’avançait vers moi. Mais il marchait vraiment étrangement, comme s’il souffrait, ou qu’il était… handicapé.

– Non, ce n’est pas un humain… Il est étrange, mais c’est un monstre.

Il n’avançait pas bien vite, d’ailleurs, et traînait une jambe derrière lui. En s’approchant de moi, il m’obligea à constater sa lenteur couplée à son envie de m’attraper. Il grognait et bavait un peu, et je crus remarquer qu’il dégageait une odeur nauséabonde. Une odeur de pourriture.

Hmm ? Osumba, qu’est-ce que tu fais ? Il y a un cadavre ambulant qui arrive droit sur toi, tu as envie de de faire mordre ?

– Mordre ? Cadavre ? Hein ? HEIN ?!

Il y a un zombie à deux doigts de t’attraper et de faire de toi son déjeuner. Tu es sûr que tu ne veux pas reculer ? Il ne m’a pas l’air très amical. Non mais, tu m’écoutes ? Tu veux vraiment te faire bouffer ?

L’entendre parler comme ça, sur un ton vulgaire et irritant me tira de ma confusion. J’étais resté bloqué sur le « cadavre ambulant » et « zombie », pensant qu’il me racontait encore des conneries et me remémorant toutes les vieilles histoires concernant les morts revenus à la vie.

Je fis rapidement quelques pas en arrière et trébuchai à l’intérieur de la grotte protégée par une formation transparente. Reculant toujours sans prendre le temps de me relever, je vis le monstre s’écraser contre cette fine barrière qui nous séparait, comme s’il ne remarquait même pas qu’elle nous séparait. Il essayait d’avancer à tout prix, tout en tapissant ce mur transparent de sang, de chair en décomposition et de morceaux de peau blanchâtre.

C’était écœurant.

Au bout de peu de temps, alors que je l’observais faire son petit manège, il avait tellement entamé son visage que je pouvais voir le crâne fêlé en‐dessous. Et ça n’avait pas l’air de le déranger outre mesure, ses dents cassées et noircies claquaient les unes contre les autres alors qu’il rêvait très probablement de goûter à un morceau bien choisi de mon corps si appétissant.

Soudain, alors que je ne savais pas ce que je devais faire, j’entendis un PloutchCracProtch et il cessa de bouger, affalé en l’air contre la formation qui me servait de garde du corps de fortune. Il glissa au sol et devint inerte, définitivement.

Ne comprenant pas ce qui venait de lui arriver, je m’autorisai à jeter un œil à l’extérieur, par‐delà les traces dégueulasses qu’il avait laissées et qui semblaient presque flotter en l’air, et y vit une silhouette, un peu plus loin. C’était une fille qui s’approchait.

Elle n’avait pas l’air d’avoir remarqué ma présence, parce que j’étais un peu caché dans ma grotte, et lorsqu’elle se pencha sur le cadavre pâle en décomposition, elle murmura :

– Encore un pauvre. Bon sang, cette journée n’est pas rentable.

Elle avait fouillé dans ce qui restait de vêtements au zombie et en avait profité pour retirer une flèche de l’arrière de sa tête pour la ranger dans une petite pochette qui pendait à sa cuisse. Elle l’avait donc tué ! Elle venait de me sauver bien des ennuis, je pouvais le sentir.

D’un seul coup, alors qu’elle s’apprêtais à repartir d’où elle venait, sans doute, elle perçut peut‐être un mouvement dans ma direction, ou peut‐être entendit‐elle mon cœur battre aussi vite que court la gazelle, mais elle fit volte‐face et me jeta un regard froid, comme s’il pouvait percer à travers la pénombre de la grotte.

– Il y a quelqu’un. Je sais qu’il y a quelqu’un. Montre‐toi.

– …

J’étais censé faire quoi ? Et si elle voulait me tuer comme ce zombie ? Après tout, rien ne me garantissait qu’elle ne pouvait réellement pas entrer ; et que même si elle ne le pouvait pas, je n’allais pas être coincé ici sans savoir si elle ne montait pas la garde en attendant que je sorte.

– …Sans doute mon imagination. Personne ne peut pénétrer cette grotte, de toute façon.

Quelque chose dans son regard, une étincelle de tristesse peut‐être, ou bien était‐ce ce fond de bienveillance que j’y avais vu, mais quelque chose me poussa à répondre.

– Je suis Osumba.

Elle se retourna à nouveau, vive comme le vent, ses longs cheveux noirs tourbillonnant autour de sa tête alors qu’elle posait à nouveau le regard vers moi. Je ne m’étais pas montré, évidemment, j’étais noir et je savais bien ce que ça provoquait comme réactions dans le coin. Mais je continuai à lui parler, caché dans les ombres. Je ne savais pas trop quoi lui dire, aussi lui posai‐je simplement la première question idiote qui me passa par la tête.

– C’est toi qui a tué ce truc ?

Elle, par contre, ne se fit pas prier pour répondre sans attendre.

– Montre‐toi. Sors de là. Qui es‐tu ? Comment es‐tu entré dans cette grotte ?

– Euh… Tu sais, ça fait beaucoup de questions d’un seul coup, tout ça. Je t’ai dit, je suis Osumba. Je ne veux pas me montrer pour ne pas te faire peur. Et je suis entré dans cette grotte en mettant un pied devant l’autre et en recommençant.

Je me rendis compte qu’elle allait sans doute très mal prendre ce que je venais de dire en toute sincérité. Evidemment, à bien y repenser, ça sonnait comme une moquerie !

– Euh, non, non, ce n’est pas ce que…

– Ha ha ha ha !

Elle éclata de rire, contre toute attente.

– Tu es comique, j’aime bien ça. Je m’appelle Dai Lin. Tu es Osumba ?

– Oui…

Elle avait arrêté de rire, mais son visage était toujours illuminé d’un sourire.

– Tu peux te montrer. Evidemment que je n’aurai pas peur de toi.

– Tu… Tu es sûre ? Parce que jusqu’à présent, je…

– Oui ! Je suis sûre ! Montre‐toi, maintenant, je n’aime pas m’adresser à des ombres.

Hésitant, je fis un pas en avant, dans la lumière qui inondait l’entrée de la petite caverne. Evidemment, quelle ne fut pas ma surprise quand elle ne poussa pas le moindre cri, et qu’elle ne bondit pas sur place. Non, au lieu de ça, elle se contenta de me demander :

– Oh ! Quelle étrange couleur. Est‐ce la couleur naturelle de ta peau ?

Elle n’était pas affolée ?! Elle n’avait réellement pas peur de moi !

– Tu ne… Un contrôlé… ? Non ?

Face à mon bégayement, elle inclina légèrement la tête, semblant ne pas comprendre ce que je voulais dire.

– Contrôlé ? Contrôlé par qui ? Quoi ? Qu’est-ce que tu racontes ?

Evidemment ! Dans cette immense grotte souterraine, ils étaient enfermés depuis tant de centaines d’années, voire de millénaires, et ils n’avaient pas la même faune qu’en haut ! Ils ne connaissaient sans doute pas ces fameux insectes que je n’avais jamais vus mais qui étaient la cause de bien des malheurs pour moi ! Et elle se contentait d’être surprise par ma couleur. Ce n’était pas encore le genre de réaction que je désirais inspirer, mais il y avait déjà une amélioration, alors je pris ça à défaut de mieux.

– Non, ce n’est rien. Je divague. Tu as tué ce machin ?

– Oui… C’est un mort‐vivant de moins dans les parages. On en viendra peut‐être à bout un jour si on s’en donne les moyens et qu’on n’abandonne pas. Mais dis‐moi, je ne t’ai jamais vu, tu n’es pas du coin ? Je me serais souvenu d’un personnage aussi marginal que toi.

Pas du coin ? Je ne venais pas de si loin, si elle savait…

– Non, je ne suis pas du coin. Et toi ? Mais, attends, des morts‐vivants ? Je n’en reviens toujours pas. Il y a des morts‐vivants ici ?!

Elle gloussa.

– En effet, tu n’es clairement pas du coin, huhu.

Elle m’avait l’air parfaitement digne de confiance. Elle ne m’avait pas menacé, elle avait ri à une blague qui n’en était pas une au départ, et elle n’avait pas peur de moi… Je commençais enfin à me sentir à nouveau un peu plus normal, un peu plus humain. Pour la première fois, j’avais rencontré quelqu’un dont les réactions auraient pu être celles auxquelles on aurait pu s’attendre sur Terre !

Je me sentais un peu plus proche de chez moi, même si ce n’était qu’un tout petit peu.

Sans trop y penser, je fis encore un pas en avant et sortit de la grotte en esquivant adroitement le sang et les morceaux de chair encore collés sur la formation.

Le visage de Dai Lin s’illumina une fois de plus, elle avait des étoiles dans les yeux.

– Ouah ! Tu peux la traverser ! Tu peux passer à travers ! Incroyable ! Tu viens… Tu viens du monde d’en-haut ?!

– Le monde d’… Ah, oui. Il y a également là‐haut une formation que l’on ne peut pas traverser, mais moi, je peux. Alors je suis venu ici pour trouver un moyen de sauver le doyen, pour lui rendre sa couleur parce qu’il ne me laissera jamais remonter sinon…

Sa tête penchait à nouveau de côté. Elle avait l’air perdue dans le flot de mes paroles. Son visage exprimait parfaitement bien le niveau d’incompréhension dont elle faisait preuve à ce moment précis. Toutefois, elle sembla ne pas vouloir relever ce que je lui avais dit, et reprit :

– Oh, bon. Il va falloir que je te présente à l’Ancien du village. Il sera ravi de rencontrer quelqu’un qui peut passer à travers ces formations.

Elle m’attrapa par le bras et me tira déjà en arrière.

– Il faut à tout prix que tu le voies ! Allons‐y !

– Awa ! Mais attends ! Et le zombie ?

– Le qu… Ah ? Lui ? Laisse‐le là, on s’en fout. Il pourrira et sera dévoré par une bête quelconque.

– Mais attends ! Et… Et… Pourquoi des morts‐vivants ? On est censé être dans une contrée peuplée d’animaux et de monstres étranges, non ?!

Elle s’arrêta et se retourna pour me regarder droit dans les yeux.

– Tu es sérieux, là ? Tu ne les connais vraiment pas ?

– Ben, non.

– Il n… n’y a pas de morts‐vivants, en haut ?

– Pas que je sache. Mais je ne connais pas vraim…

– Allons voir l’Ancien.

Elle me coupa la parole et me tira à nouveau rapidement par la main, comme si elle voulait à tout prix se dépêcher. Peut‐être qu’elle avait peur qu’un autre zombie ne se pointe. Mais elle avait tué l’autre d’un seul coup, alors qu’est-ce qui l’inquiétait ?

– C’était une personne vivante, avant ?

– Oui. Ils… Ils l’étaient tous. Les morts‐vivants ne sont pas une race. Ils sont… Ils sont ce qu’on devient après la mort.

– Ouah. Je crois que ça me fait un peu peur. Et lui, il m’aurait mangé, c’est ça ?

– Oui. Ils ne sont pas connus pour réfléchir. Ils veulent uniquement se nourrir de ce qui est vivant, chaud, et empli de sang. Bêtes, humains, … ils ne font pas de différence.

– Mais je suis fort !

Je venais de me souvenir que j’avais ouvert la troisième Porte Terrestre quelques jours plus tôt. J’étais maintenant sans doute capable de m’occuper d’un tas de viande ambulant.

Elle s’arrêta à nouveau et me regarda encore une fois.

– Tu es fort ? Tu en es sûr ?

– Je viens d’ouvrir ma troisième Porte Terrestre, tu sais, et…

– Troisième ? Tu es encore un débutant ? Mais quel âge as‐tu ?! Tu croyais pouvoir affronter un mort‐vivant, surtout celui‐là, avec ton niveau ? Mon pauvre, allez, suis‐moi maintenant.

Elle voulait clairement que j’arrête de poser des questions à tout va. Mais j’étais trop curieux, et je ne parvins pas à retenir ma langue bien longtemps.

– Il était de quel niveau, celui que tu as tué ?

– Tu as vu son apparence ? Il était plus grand que toi, sa chair était pourrie sur ses os, et il trainait une jambe. Il devait être quelque part entre le quatrième niveau Terrestre et le sixième niveau Terrestre. S’il avait été plus bas, il aurait été beaucoup plus petit car il aurait été né du cadavre d’un enfant. S’il avait eu une cultivation plus haute, il aurait été en meilleur état.

– En meilleur état ?

– Oui. Ils se régénèrent et évoluent en gagnant des niveaux de cultivation. Même si on ne sait pas comment des morts‐vivants parviennent simplement à appréhender l’idée même de la cultivation, d’ailleurs.

– Mais alors, il…

– On arrive. Tais‐toi, maintenant. Ne parle pas de morts‐vivants en la présence des villageois, c’est un sujet tabou. Tu te ferais simplement rosser.

Ah, j’en avais assez de me faire battre, frapper, humilier et torturer. Je me promis sur le moment de ne pas aborder le sujet en public.

Alors que Dai Lin me tirait toujours par la main, je constatais qu’il y avait vraiment un village ici, perdu à la lisière d’une forêt. Les quelques dizaines d’habitants dans la rue me regardaient tous passer avec curiosité, mais je ne décelai aucune peur dans leurs yeux. C’était magnifique ! J’avais envie de rester vivre là pour toujours, et tant pis pour Wang Wei, et tant pis pour mon village sur Terre !

Osumba… Et moi ? Je te fais confiance, tu sais.

Mais il avait raison. Je lui avais promis de tout faire pour rentrer, et lui permettre de reposer dans sa Chine natale. Même s’il était tentant de ne pas être vu comme un monstre, il fallait que je sois fort ; je ne pouvais pas me permettre de flancher. Ce village n’allait être qu’une étape de plus lors de ma longue quête.

– On y est.

Dai Lin me tira de ma réflexion lorsque nous arrivâmes devant une maison plus grande que les autres. Nous étions visiblement à l’entrée d’une cour extérieure, au fond de laquelle se trouvait le bâtiment principal. De mon point de vue, c’était un véritable manoir, mais je ne possédais pas vraiment de notions très objectives, sachant d’où je venais.

Dai Lin ne se préoccupait pas de tout ça, et m’entraîna à sa suite à travers la cour dans laquelle des bêtes picoraient, une espèce de volaille ressemblant de près ou de loin à des trucs bizarres et pas plus hauts que ma cheville. J’en observai un en passant, c’était une grosse boule blanche, j’étais incapable de dire si cet animal était recouvert de fourrure ou de plumes – ou d’autre chose ; deux yeux globuleux pointaient à l’avant, juste au‐dessus d’un bec long et acéré comme celui d’un oiseau de proie. La bestiole se déplaçait sur quatre pattes… C’était invraisemblable.

Dai Lin frappa à la porte devant laquelle elle venait de s’arrêter, avec conviction et urgence.

Une voix résonna presqu’aussitôt de l’autre côté.

– Qui est‐ce ?

S’inclinant devant la porte close, elle répondit.

– Dai Lin, de la famille Dai, fille de Dai Bei. Puis‐je entrer, vénérable Ancien ?

La réponse ne se fit pas attendre.

– Entre, jeune fille. Entre, bien sûr.

Elle poussa la porte et sans me lâcher la main, ne me laissa d’autre choix que de la suivre.

Il régnait là une ambiance chaleureuse, j’aurais parfaitement pu m’asseoir immédiatement et fermer les yeux pour me sentir bien, pour me sentir accueilli, pour me sentir chez moi. Une douce lumière tamisée filtrait à travers des volets entrouverts et les meubles attirant l’œil laissaient planer une sensation de confort et de luxe. Mais à bien y regarder, ils n’étaient que richement décorés, à défaut d’être réellement haut de gamme. Tout était si parfait dans cette maison, j’aurais pu esquisser un sourire sincère et prendre une bouffée d’air revigorante…

…si ça ne sentait pas le vieux à plein nez. L’odeur était la même que dans les huttes des très vieilles personnes dans mon village, c’était une odeur qu’il fallait supporter sans rien dire parce que c’était celle que les habitations prenaient lorsqu’on vieillissait, comme une malédiction contre laquelle on ne pouvait aller. Je fus surpris pendant quelques secondes, mais heureusement, j’avais l’habitude et je pus retenir toute expression malvenue. Je ne savais pas ce qu’il aurait dit si j’avais fait la grimace en entrant chez lui.

Et une voix s’éleva d’un coin de la pièce.

– Ohhh… Mais que nous amènes‐tu là, jeune fille ?

Une ombre bougea, et comme sorti de nulle part, un vieillard se matérialisa hors de la pénombre. Je ne l’avais pas vu avant, il était assis dans un coin sombre comme quelqu’un de sournois ! C’était lui, l’ancien ? Il était très ancien, donc il y avait fort à parier.

Dai Lin me lâcha la main pour joindre les siennes devant elle en s’inclinant.

– Je présente mes respects à l’Ancien.

Puis, tournant le regard vers moi, elle continua.

– Je l’ai trouvé alors que je pourchassais un mort‐vivant que je venais de repérer près de la Grotte Inaccessible. Il… Il était… dans la grotte.

Le visage du vieux prit un air des plus surpris.

– DANS la grotte ? La formation protectrice a disparu ?

– Absolument pas, Ancien. Elle est toujours présente. Mais de la même manière qu’il a pu traverser la formation de scellement du monde, il a pu traverser celle de la Grotte Inaccessible. Il vient…

– …d’en haut, n’est-ce pas ?

Elle hocha la tête et se tut. L’Ancien me dévisagea pendant un long moment, avant de sourire et de reprendre la parole.

– Alors comme ça, pendant tout ce temps, les gens d’en haut ont changé de couleur de peau, hein ?

Je pris évidemment ça comme une question, me rendant compte au milieu de ma réponse que ce n’en était pas vraiment une, mais plutôt une observation étrangement tournée.

– Ah, non, non, je suis seul et je ne viens pas vraiment de… Ah… Désolé.

– Je t’en prie, parle, mon garçon. N’aies pas peur. Mais dis‐moi, comment peux‐tu passer à travers les formations de scellement ?

La question était tendue. Devais‐je lui parler de ma technique ?

Oui, Osumba, lance‐toi. Je sens qu’il est sincère, il ne cherche pas à te rendre les choses compliquées, il désire simplement savoir.

– Je… Je possède une technique liée à ce monde souterrain, et qui me permet de passer à travers les formations. Je n’en sais pas plus.

– Oho, une technique, hein ? Je vois. Quel est son nom ?

– Il s’agit du Bagua du Taiji, Ancien.

Il fut choqué par ma réponse.

– Le… C’est le nom de la technique légendaire maîtrisée par le fondateur de ce monde ! La technique perdue… Alors comme ça, elle existe toujours ! Peut‐être que… Peut‐être qu’il existe alors un moyen pour nous de sortir enfin de là…

Il se rassit dans un fauteuil et se mit à réfléchir, le menton posé sur sa canne noueuse. Je ne savais pas si je pouvais bouger, ou parler, mais comme Dai Lin n’en faisait rien et attendait, je fis de même.

Au bout de quelques minutes, l’Ancien me regarda, une lumière brillant sur son front, et me dit simplement :

– Tu es bienvenu dans ce village. Nous allons tout faire pour te rendre la vie plus facile. D’une part, nous allons te traiter comme l’un des nôtres. D’autre part, nous allons faire en sorte de te faire cultiver car ton niveau est faible, et tu ne peux pas survivre hors du village actuellement. Si tu rencontres le moindre monstre, tu mourras à coup sûr. Les ressources de cultivation que nous amenons régulièrement de nos chasses seront partagées avec toi équitablement, jusqu’à ce que tu sois assez fort pour te débrouiller seul.

– Oh ? C’est très gentil, merci.

– Quel est ton nom, jeune enfant ?

– Je suis Osumba.

– Osumba, hein ? Parfait. En échange de notre bienveillance, j’aimerais te demander une chose. Tu n’es pas obligé de t’y plier, mais j’aimerais que tu acceptes, de tout cœur, car il en va peut‐être de notre avenir sur le long terme. En effet, nous ne pouvons pas rester dans ce monde souterrain pour l’éternité, car les ressources se font de plus en plus rares et nous ne pouvons pas survivre sans elles. Alors j’aimerais que, lorsque tu seras plus puissant, tu fasses un tour à notre bibliothèque, dans nos archives, et que tu recherches tout ce qui te parait ressembler de près ou de loin à ta technique, ce qui pourrait être utile, tout ça pour trouver un moyen de détruire ces formations. Nous voulons sortir d’ici, Osumba.

– Ah, je vois. Oui, je ferai assurément ça si j’en ai l’occasion lorsque je serai plus fort. Après tout, si vous m’accueillez et m’aidez, alors je peux bien faire ça pour vous.

– Tu as un bon fond, mon garçon. Mais avant tout, Dai Lin va te montrer un bâtiment vide où tu pourras loger. Ce n’est pas du grand luxe, mais il y a au moins une couchette pour dormir… Va te reposer un peu, et pense à tout ça.

Il me fit un dernier sourire en agitant sa main pour nous dire de nous en aller comme s’il chassait des mouches.

Et après avoir quitté les lieux, Dai Lin se tourna vers moi et s’exclama :

– Je savais que ça allait lui plaire, je le sentais ! Ha ha, Osumba, tu vas peut‐être réussir à répondre aux demandes de milliers de générations avant nous ! Je suis heureuse d’être vivante aujourd’hui ! Viens, allons voir l’endroit où tu vas loger !

Alors que je lui emboîtais le pas, je mis un coup de pied à l’une de ces cocottes étranges dans la cour. Elle poussa un glapissement et se mit à tourner en rond en battant des ailes que je n’avais pas vues avant, cachées sous sa fourrure bizarre. Soudain, elle se retourna vers moi et me regarda d’un air menaçant avant de se ruer sur moi.

– Awa !!

Je l’esquivai au dernier moment, sinon elle m’aurait fait sacrément mal avec son bec pointu. Elle se retourna à nouveau et voulut repartir à la charge. Faisant la seule chose que je pouvais faire, j’invoquais ma lance par réflexe et la brandis devant moi. C’était un monstre qui m’attaquait, après tout, je pouvais tout de même me défendre ! Même s’il était apprivoisé, il voulait me blesser !

Je frappais en avant d’un mouvement d’estoc alors que la bête s’était jeté vers ma poitrine en sautant. Elle vint s’empaler directement sur mon arme, mais… ce fut ma lance qui se désintégra au contact, ne freinant pas une seule seconde mon assaillant. Je l’esquivai encore une fois, tout en sentant carrément la douceur de son pelage frotter contre mon torse au passage. J’avais eu chaud !

Mais je ne pouvais pas vaincre une poule ?! Même les animaux de basse‐cour étaient plus forts que moi, ici ?! Je fis alors la seule chose sensée qu’il me restait à faire.

– Awawawawawawawawaaaaa !

Je courus de toutes mes forces vers la sortie de la cour pour rattraper Dai Lin qui était déjà partie sans même regarder si je suivais. Je voyais de loin qu’elle était en train de me parler, sans doute persuadée que je la suivais de près.

Lorsqu’elle m’entendit crier, elle se retourna et m’observa d’un air surpris, sans doute incrédule face à une scène ou un noir se faisait poursuivre par une volaille qui voulait le tuer.

Lorsque j’atteignis la sortie de la cour, la bestiole s’arrêta et me regarda, tout en soufflant puissamment.

– Hmpf !

Elle se retourna et reprit son activité favorite, picorer çà et là au sol, comme si elle ne s’était jamais énervée.

– Elle est folle, elle est folle, cette bête.

– Tu es plus faible qu’un Graak ? Tu devrais avoir honte. Mais on va bientôt régler ce problème, ne t’en fais pas.

– Plus faible ? Mais à quel point est‐ce que ces trucs sont puissants ? Ce sont des animaux de basse‐cour !

– Quoi ? Tu es fou. Ce sont des animaux de garde. Et ils sont tous les quatre du sixième niveau Terrestre, je te signale.

– Oh…

Je me sentis tout à coup plus faible qu’un asticot rampant au sol. Pourquoi est‐ce qu’à chaque fois que je me sentais fort, il fallait que je tombe sur des ennemis encore plus forts qui me rappelaient à quel point j’avais encore du chemin à parcourir ?!

Je suivis Dai Lin, tout en me posant des questions.

L’Ancien avait dit que les ressources étaient de plus en plus rares, sans doute parce que ce monde souterrain était fermé ; en tout cas, c’est ce que je supposais. Il restait dans la grotte une grande quantité de pierres spirituelles, et même si je doutais qu’elles représentaient beaucoup pour eux, j’aurais pu les leur offrir, ou échanger, contre leur accueil. Je me sentais déjà redevable de la façon dont il m’avait reçu.

Un peu plus loin, j’entendis des bruits d’impacts métalliques. Naturellement, je tournai la tête pour observer et vis un petit groupe d’une dizaine de personnes en train de balancer des trucs par terre, devant eux.

Sans trop y penser, je demandai :

– Hmm ? Mais qu’est-ce qu’ils font ?

Dai Lin se tourna et répondit, comme si la question lui était adressée.

– Ben, ils jouent.

– Ils jouent ? Mais à quoi ?

– Tu vois ces boules métalliques ? Ce sont des armes. Certains guerriers chassent avec ; et lorsqu’ils ne chassent pas, ils s’en servent pour s’amuser, lorsque le temps n’est pas à la cultivation. On jette un petit caillou blanc au loin, et deux équipes doivent jeter les boules métalliques le plus près possible de ce caillou.

J’avais d’un seul coup la désagréable sensation d’avoir déjà lu ces règles dans un livre, sur Terre…

– Tu veux aller voir ? Tu pourras sans doute faire une partie. Ça peut être amusant et tu pourrais faire connaissance avec quelques habitants de cette façon.

– Hmmm…

 


 

Et nous voilà à la fin d’un chapitre conséquent.
Pour commencer, parlons un peu des résultats précédents, et des choses qui ne se sont pas passées.

60 lecteurs ont choisi de partir sur la droite, vers la puissance inconnue, qui s’est avérée être un tas de pierres spirituelles, choix qui a enchaîné sur la découverte d’un village.
8 lecteurs (seulement !) avaient choisi ce que j’aurais personnellement préféré développer, à savoir l’avancée vers le lac. S’il avait été par là, il aurait découvert un temple au sein de l’eau, dans lequel il aurait trouvé une rune. Je n’en dis pas plus, mais elle était très, très sympa, et maintenant il va devoir attendre pour, peut‐être, avoir la possibilité de la récupérer à nouveau.
23 lecteurs avaient choisi la forêt. Dans la forêt se situait une formation entourant une espèce de cabane, qui lui aurait servi de « base de fortune » afin de se renforcer par lui‐même, en chassant et en apprenant tout seul, comme un ermite. Il n’allais pas rencontrer de gens avant bien longtemps, pas dans ce chapitre en tout cas, et sans doute pas les mêmes personnes.

 


 

Et maintenant, concernant les choix de cette semaine, les voilà, ils ne sont pas bien compliqués, mais ils ont, comme d’habitude, des conséquences cachées qu’on peut plus ou moins chercher ou deviner en réfléchissant un peu. Trop de votes sont fait en mode « Oh, tiens, il va faire ça, point » sans réfléchir à ce qu’il pourrait se passer derrière. C’est vous qui voyez, après tout 🙂

Vous avez jusqu’à vendredi soir 23h, comme toutes les semaines ! N’oubliez pas de vous connecter pour pouvoir voter.

Sorry, there are no polls available at the moment.
Raka

Raka

Mélange satyrique de Daria et Docteur House, élevé à grands coups de Fluide Glacial pendant un peu trop longtemps, le cynisme n'est égalé que par l'excès d'humour noir et de sarcasme quotidien dont je fais preuve.
Mais on s'en fout, pas vrai ?
Raka

Les derniers articles par Raka (tout voir)

LDO : Chapitre 11
LDO : Chapitre 13

23 Commentaires

  1. Sawshier

    Merci bien, bon courage et bonne inspiration pour la suite 🙂

    Répondre
  2. Storm

    Super chap comme d’hab !

    Répondre
  3. Higanbana

    Merci pour ce chapitre

    Répondre
  4. Kante

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  5. nereosky

    perso je pencherais pour qu’il se balade aléatoirement dans le village seul.
    Qui dit seul et aléatoire dit événement aléatoire donc il y une chance qu’il y ai du très bon comme du très mauvais ! petit coup de poker^^

    Répondre
    1. TesaYuuTesaYuu

      J’ai choisit pareil ^^
      Mais j’espère qu’il va pas se faire tabasser par quelqu’un …

      Répondre
  6. TesaYuuTesaYuu

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  7. Shirosuu

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  8. hollowrebel

    merci pour le chapitre

    Répondre
  9. Alanska

    Merci pour le chapitre.
    C’est moi ou il y avait beaucoup de références cachées ?
    Quant tu as parlé de cadavre ambulant, j’ai directement pensé à une des invocations de The Elder Scrolls III Morrowind. Ou encore le poulet, ça m’a fait penser à Zelda.
    J’ai beaucoup rit durant ce chapitre, c’est vraiment géniale. 😉

    Répondre
    1. RakaRaka (Auteur de l'article)

      Il y a des clins d’œil sur tout et n’importe quoi tout au long de l’œuvre

      Répondre
  10. blackstarblackstar

    la violence même du poulet de garde ^^et bientôt Osumba champion de pétanque 🙂 .
    Encore un grand merci pour ce chapitre

    Répondre
  11. KingloanKingloan

    Merci pour le chapitre ^^

    Raka une question comment est habillé Osumba ? Car je le vois toujours en pagne …

    Répondre
    1. RakaRaka (Auteur de l'article)

      Comment ?

      Ben, en pagne.

      Répondre
      1. sai1905sai1905

        sérieux ? la guilde lui a pas filé des vêtements ?

        Répondre
        1. RakaRaka (Auteur de l'article)

          Non. Il a rien demandé, non plus.

          Répondre
  12. gutsguts

    merci pour le chapitre

    Répondre
  13. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  14. sai1905sai1905

    c’est pas plus mal qu’il est pas eu la rune au lac, car les runes et la technique sont censé être extrêmement rare, mais ça m’aurait un peu refroidi qu’il en trouve 2 (soit 25% de la bagua) dans les 12 premier chap de l’histoire.

    Répondre
    1. RakaRaka (Auteur de l'article)

      Comme il a été dit plus haut, il existe des centaines de runes, qu’il peut remplacer à volonté.

      C’est un peu comme les compétences dans les jeux vidéos, c’est pas parce que tu débloques la 2eme au niveau 2 que t’as fini le jeu au lvl 5 avec 5 compétences 🙂

      Répondre
  15. sai1905sai1905

    c’est normal que je puisse pas voter ?

    Répondre
    1. Heindall

      Je ne peux pas voter non plus.

      Répondre
      1. RakaRaka (Auteur de l'article)

        Les votes se terminent le vendredi soir à 23:00, comme indiqué en toute fin de chapitre.
        Donc oui, c’est sans doute normal 🙂

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com