LVL1S : Chapitre 52

LVL1S : Chapitre 51
LVL1S : Chapitre 53

Chapitre 52

 

J’avais sélectionné mes cent meilleurs soldats et les avais préparés pour le départ. Durant les dix-huit derniers mois, nous avions utilisé les Sabords du Vide situés sous la Fosse pour nous entraîner et augmenter notre puissance. J’avais également recruté des créatures exemplaires parmi les nombreuses races qui avaient rejoint notre grande cité.

Notre unité de cent têtes, totalement aéroportée, était composée de plusieurs espèces. Une Demi-Liche, un Dragon, 30 Haut-Antilliens, 30 Arachnides Anciens, 20 Asmodiens, 10 Haut-Orques et 8 créatures rares qui nous avaient rejoints un peu plus tard.

Mes troupes étaient pour la plupart dans la fourchette des rangs D à E et étaient à peu près du même niveau que l’ancien Roi de la Fosse. Si ce dernier devait faire face à une telle puissance, il n’aurait d’autre choix que de tourner les talons et partir la queue entre les jambes.

Bien sûr, j’étais toujours à des kilomètres au-dessus d’eux en terme de potentiel de combat, mais je ne pouvais pas m’amuser à faire ployer une paire de pays juste comme ça, tout seul. J’étais fier de mon équipe d’élites, que j’avais mis un point d’honneur à chouchouter durant un an et demi.

Naturellement, celle qui en avait le plus profité était Valenor, ma compagne. Elle avait résolument ravagé les Sabords jusqu’à ce que son rang passe à B+. La différence entre une créature de rang B- et une de rang B+ était aussi grande que la distance entre les cieux et la terre. Elle avait également comblé une de ses plus grandes faiblesses, à savoir sa faible santé. Avec ses tous nouveaux vingt millions de points de vie et une compétence de régénération passive obtenue à force de chasser divers monstres, elle était désormais une force sur laquelle il fallait compter.

J’avais moi aussi travaillé sur le niveau de mes compétences. Mais malheureusement, il y en avait certaines, comme la Création Magique et la Création de Morts-Vivants, qui n’augmentaient pas en les utilisant à répétition. J’allais devoir trouver une autre approche pour celles-là, et Gnoss ne semblait avoir aucune idée.

« On ne peut pas y aller, juste nous deux ? »

« Non. Je préfèrerais que nous voyagions tous ensemble pour combattre comme une unité possédant un semblant de cohésion. »

Selon mes sources, les armées du Roi Démon qui étaient dirigées par Lorina et Roslin étaient engagées sur de multiples fronts contre l’Alliance Humaine et le Messie qui les aidait. Quand j’appris que l’Alliance avait besoin d’aide, nous partîmes immédiatement à leur rescousse, voyageant à des vitesses extravagantes.

Quand mes forces arrivèrent, nous nous positionnâmes entre plusieurs châteaux relativement vulnérables, que nous supposions être des cibles de choix. Si n’importe lequel devait souffrir une attaque, un système de flambeaux était mis en place pour alerter les alliés et nous pouvions espérer y répondre aussi vite que possible.

« Johra, ils sont par là ? »

La vision de Valenor était supérieure à la mienne et elle pouvait voir une partie d’un château brûler au loin.

« Allons-y ! »

Nous fûmes les premiers à arriver sur place et Valenor alla se percher en haut de la plus grande tour.

« Ha ha ha ! Ça fait longtemps, Lorina ! »

Je me mis à rire outrageusement en voyant la misérable personne sur laquelle j’avais rêvé de me venger depuis tout ce temps. Sa précédente armure aux semblants héroïques était ébréchée et couverte de sang humain et son air de supériorité et de vanité avait depuis longtemps disparu.

J’étais vraiment excité par la scène.

« Putain de mort-vivant, ce piège était de ton fait ? »

Elle avait tranché dans la masse d’humains qui l’entourait d’un large coup d’épée avant de la pointer vers moi avec colère.

« Un piège ? Ha ha ha, si tu peux appeler ta vie de merde actuelle un piège, alors oui, évidemment. »

« Toi ! »

Lorina me fixait, furieuse et prête à se battre.

De la même manière, Roslin et Sigmund étaient tout près, mais épuisés par une longue bataille.

Devons-nous tous les tuer, Seigneur ?

Les Asmodiens, en tant qu’armée, étaient aussi plutôt costauds, mais rien de plus qu’un paquet d’expérience à mes yeux et face à mes forces armées supérieures.

« Eliminez tout le monde, sauf ces Guerriers, là. »

« Compris ! »

Instantanément, mes subordonnés leur tombèrent dessus et les taillèrent en pièces. Ils n’utilisaient même pas la magie et se contentaient de les découper en se frayant un chemin à travers leurs rangs. Les Asmodiens lanceurs de sorts du côté du Roi Démon avaient disparu dans le silence de la nuit, n’offrant que si peu de résistance.

« Que… Mais qu’est-ce que c’est que ces monstres ? Sigmund ! »

Lorina appela son camarade le tank en panique. Il activa le bouclier d’Aegis en toute hâte mais il s’avéra insuffisant. J’avais ordonné à mes forces de ne pas se servir de la magie parce que j’étais conscient du fait que mes ennemis avaient des capacités pour la contrecarrer, c’était uniquement pour ça que nous les avions massacrés en ne se servant que de notre force brute.

« Puis-je juste garder l’un de ces humains appétissants pour moi ? »

« Désolé, même si tu es ma femme, je ne te donnerai pas le moindre os de leurs corps. Ils sont à moi, rien qu’à moi. »

Valenor éprouvait des difficultés pour contrôler sa soif de bataille, mais cette vengeance était la mienne.

* Keek ! *

L’un des Asmodiens à mes côtés, qui n’avait pas appris la discipline avec grande attention, avait frappé Roslin dans le dos par erreur. Je lui envoyai un regard qui le fit tomber au sol, paralysé, dans la seconde.

« Johra, tu es vraiment sans merci. »

Valenor était surprise de me voir agir ainsi.

« Ils sont à moi. »

Lorina, Roslin et Sigmund gardaient une posture défensive tout en regardant autour d’eux à la recherche d’une solution pour sortir de cette situation. Je devais leur accorder qu’ils possédaient une excellente capacité à rester debout face à mon Aura de Terreur et mon Regard Paralysant, mais ils avaient déjà atteint leurs limites.

Même si le bouclier Aegis de Sigmund réduisait quelque peu les effets de mes compétences passives, ça ne signifiait pas pour autant qu’ils pouvaient s’échapper.

« Hmmm… On dirait que c’est réglé. Je vais descendre, Valenor, continue d’observer d’ici. »

Je m’envolai nonchalamment pour atterrir face à Lorina.

« Sais-tu quels sont tes péchés, Lorina ? »

« Quels péchés ? Si j’en avait le moindre, ce ne serait que d’avoir trahi la race humaine pour les combattre ensuite. »

« Oui, oui. Je pensais que ça pourrait être le cas. C’est pourquoi j’ai décidé de t’accorder un traitement spécial. »

« Tu es complètement tordu, espèce de mort-vivant ! Même si tu peux tromper le reste du monde, je sais ce que tu es vraiment ! Même si tu me tues aujourd’hui, quelqu’un d’autre se lèvera pour te punir un jour ! »

« Lorina, même à la toute fin, tu ne peux toujours pas reconnaître que tu es dans le tort. Pourquoi crois-tu que même Gnoss a choisi de s’opposer à toi ? »

« …Gnoss ? Es-tu, d’une manière ou d’une autre, connecté à ce Sage Suprême ? »

« Ce n’est pas très important. Que diriez-vous si je commençais par vous deux, Roslin et Sigmund ? Même si vous avez tous deux péché contre moi, vous n’étiez que des outils, alors je veux bien vous accorder une mort rapide. »

Je m’envolai et attrapa simplement Roslin par le cou.

« Je te maudis, mort-vivant ! Tu mourras de la main d’un autre ! »

« Oui, oui, un jour, sans doute. Mais pas aujourd’hui. »

* Puishhh ! *

Roslin fut instantanément détruite par mon toucher mortel.

* Thump *

Sigmund tomba à genoux.

« Je ne te connais pas très bien, mais mon plus grand regret sera de mourir en tant que le méchant de l’histoire… Gu Aaaaaaah ! »

Sigmund également se transforma en une pile de cendres.

[Vous avez acquis une nouvelle identité.]

« Meurs ! Apparais et montre ta puissance, Doombringer ! »

* Clang *

Lorina avait utilisé sa compétence unique de Guerrier élu pendant que je m’occupais de Sigmund et que j’avais le dos tourné. Malheureusement pour elle, j’avais prévu son coup et l’avais simplement bloqué avec Excalibur.

« Qu… Quoi ? Comment as-tu bloqué mon épée ? »

« Ne pense pas que ta compétence est invulnérable. C’était bien plus marrant de combattre les Dragons, tu sais. Téléportation ! »

* Snatch ! *

J’attrapai Lorina par derrière et tendis la main pour atteindre sa veine de vie, la faisant tomber dans un état critique dans la seconde.

« Lorina, n’imagine même pas une seule seconde que je vais t’accorder une mort simple et rapide. »

« Keohok ! Je ne laisserai pas même ça passer, mort-vivant maléfique ! »

« Création de mort-vivants ! »

Je transformai la mortellement blessée Lorina en un guerrier squelette de niveau 1. Evidemment, grâce à ma compétence, j’aurais pu la changer en une créature de plus haut niveau mais ça aurait ruiné tout l’intérêt de la punition.

* Clac, clac, clac *

Elle tenta de dire quelque chose mais ne parvint qu’à claquer des dents. J’avais un étrange sentiment de déjà-vu.

« Alors ? Que penses-tu du fait d’être un mort-vivant ? Tu aimes ? »

Lorina essaya de se jeter sur moi en me rouant de coups de poings et pieds, mais c’était inutile.

« Pardon ? Désolé, je ne t’ai pas entendue, hahaha ! »

Je me mis à rire face au spectacle qu’elle m’offrait avant de lever les yeux.

« Valenor, tu peux l’attraper, s’il te plait ? »

« Bien sûr ! »

« Assure-toi de ne pas la tuer, par contre. Compris ? »

« Je sais ! »

« À toutes mes troupes, localisez le Roi Démon et informez-moi de sa position. J’irai m’occuper de lui moi-même et tout ça sera terminé. »

Un autre flambeau s’illumina dans un château à proximité. Le Roi Démon avait séparé ses forces et attaquait différents lieux. Après avoir envoyé mes hommes, Valenor et moi-même décidâmes d’emmener Lorina pour une agréable promenade dans ses griffes et je me délectais de la voir souffrir de son nouveau statut.

« Allons-nous à cet endroit ? »

« Oui. »

Après avoir voyagé jusqu’au nouveau continent que nous avions découvert lors de notre lune de miel, Valenor balança Lorina dans une plaine abandonnée et nous fîmes demi-tour.

« La prochaine fois qu’on se voit, j’espère que tu auras évolué un peu, ha ha ha ! »

Grâce à ma Domination des Morts-Vivants, j’avais un contrôle absolu sur mes créations. Peu importe la distance qui me séparait de Lorina, je pouvais en permanence savoir où elle se trouvait et voir ses informations. Et même de façon encore plus intéressante, j’avais accès à la vue à la première personne, pour observer par ses yeux. De cette manière, la jeter sur ce continent allait être une source d’amusement constant ; j’allais pouvoir la regarder lutter pour sa survie, un peu comme une bonne vieille émission de télé.

« Ha ha ha ! La regarder lutter en tant que niveau 1 est tellement rafraichissant ! »

« Johra, je veux voir aussi ! »

« Désolé, Valenor !  Je suis incapable de partager cette compétence. »

J’adorais regarder Lorina et je passais presque tout mon temps à ça tandis que Valenor faisait route vers chez nous.

Johra, si tu te concentre trop sur cette vue-là, tu risques de tomber.

Oh, stop, Gnoss. Je parie que toi aussi, tu as souri quand tu as vu ce que je lui ai fait.

Quand donc ?

Arrête d’essayer de le cacher, je te connais trop bien.

Bon… Je ne me sens pas trop mal, je l’admets.

Ha ha… Gnoss, ça va mieux, maintenant ?

Il était certainement très enthousiaste par rapport à la façon dont les choses avaient tourné. Lorina avait été la cause principale de ses malheurs et de son sceau, ainsi que tout ce qui lui était arrivé par la suite. Il était normal de s’attendre à ce qu’il soit satisfait d’avoir été témoin d’une telle revanche.

« Nous sommes presque arrivés. Je les vois. »

De loin, je pouvais voir le Roi Démon et ses forces se confrontant à mes 97 subordonnés et les forces humaines alliées. J’avais seulement subi une seule perte, et il s’agissait du type que j’avais paralysé moi-même.

« Ooh ! Un Dragon ! »

« C’est le Dragon aux écailles d’argent, le gardien de Necropolis ! »

« Génial ! »

« Oh ! Regardez ! Est-ce le légendaire squelette rose doré, le Roi de Necropolis, sur la tête du Dragon ? »

Des cris de joie s’élevaient de la foule humaine tandis que nous approchions.

« Valenor, tu es sacrément populaire ! »

« Je ne m’inquiète que de ce que tu penses, je pourrais réduire le monde en cendres et n’en avoir rien à faire. »

« Ok. Juste, ne tue pas ces pauvres âmes, parce qu’ils ont l’air de bien m’aimer aussi ! »

« Oui. Si c’est le cas alors ils vivront. »

Les joues de Valenor rougissaient légèrement.

« Mon Roi ! »

Nous arrivions devant mes subordonnés.

Raka

Mélange satyrique de Daria et Docteur House, élevé à grands coups de Fluide Glacial pendant un peu trop longtemps, le cynisme n'est égalé que par l'excès d'humour noir et de sarcasme quotidien dont je fais preuve.
Mais on s'en fout, pas vrai ?
Raka

Les derniers articles par Raka (tout voir)

LVL1S : Chapitre 51
LVL1S : Chapitre 53

8 Commentaires

  1. Gunts92Gunts92

    merci pour le chapitre bon ce n’est pas le moment de te croire invincible je RA ne fais pas de bêtises

    Répondre
  2. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  3. Mélody

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  4. PoloZore

    Merci pour le chapitre 🙂

    Répondre
  5. Shirosuu

    Il commence à prendre trop la confiance faut qu’il fasse attention. Merci pour le chapitre

    Répondre
  6. Higanbana

    Merci pour ce chapitre

    Je sens comme un poids qui s’enlève de mes épaules.

    Répondre
  7. gutsguts

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  8. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com