MWLU : Chapitre 59 Bonus

MWLU : Chapitre 58 Bonus
MWLU : Chapitre 60 Bonus

Encore un grand merci à Gael ! La série continue ! Il reste encore deux chapitres bonus qui suivent celui-là !
Bon, ça sera plus pour ce soir par contre hein 🙂

 


 

 

〈 59. Le présage (3) 〉

 

Les choses avançaient rapidement.

D’abord, avec l’aide de la fondation de l’Aube, Sae-Jin put sereinement négocier les consultation complexes avec le gouvernement Coréen ainsi qu’avec d’autres organisations. Bien entendu, la personne qui s’occupait de ces rencontres était Jo Hahn-Sung en lieu et place de Kim Sae-Jin.

Cependant, des informations filtrèrent et arrivèrent en première pages de plusieurs journaux nationaux, ce qui propulsa Sae-Jin vers l’obligation de donner une conférence de presse et plus tard, fournir des images de Muffin effectuant des tests en vol.

Comme prévu, l’opposition eut une voix lourde. Les organisations relatives aux monstres l’approchèrent avec une ferveur délirante, alors que plusieurs Chevaliers se montrèrent, l’épée à la main, clamant qu’ils venaient tuer le monstre.

Mais à peine une semaine plus tard, la plupart de ceux qui s’opposaient à tout ça furent réprimés et oppressés quand Sae-Jin mit en ligne un enregistrement sur son profil SNS.

Dans cette vidéo, on pouvait voir Muffin, les yeux arqués et le regard doux, souriant comme un bec pouvait permettre de sourire. L’adorable bruit de gloussement capturé dans ce clip s’avérait être un bonus parfait.

On pouvait également voir Jo Hahn-Jung afficher un visage quelque peu amer alors qu’il regardait Muffin pendant l’enregistrement, mais pour Sae-Jin, son nouvel animal était le plus adorable au monde.

Face à cet aspect parfaitement apprivoisé, les académiciens qui débattaient vivement à propos des pours et des contres de cette histoire étaient perplexes. En fait, ils s’imaginaient que cette relation maitre-esclave était temporaire, appuyée par la nourriture promise à l’animal. Mais de cette vidéo était sortie une vérité criante : il semblait bien que le monstre avait réellement accepté son propriétaire et adorait la présence des humains.

Et quasi unanimement, les médias votèrent tous « oui ».

Au milieu de tout ça par contre, une étrange opinion apparut soudain de nulle part. Et c’était suffisant pour que Sae-Jin passe en mode ‘panique’.

Ce qui était à l’origine de tout ça était étrangement une émission de télé.

– Alors, vous dites qu’il pourrait potentiellement parler au Héros Orque, également ?

C’était une émission basique, un talk-show pour Chevaliers qui venaient à l’antenne et partageaient leurs idées. Yu Sae-Jung était invitée cette fois-là, et le présentateur lui posa naturellement des questions à propos de Sae-Jin.

– Eh ? Ben, probablement. Mais je ne sais pas ce qui est quoi, exactement. Je ne suis qu’un laquais, vous savez. Oui, c’est ça, un laquais. Je ne sais jamais ce qu’il se passe. Et il ne me dit jamais rien, de toute façon. Mais c’est parce que je ne suis qu’un laquais, vous savez ?

Elle était vexée par le fait que Sae-Jin ne lui avait pas dit le moindre mot à propos de ce qu’il se passait dans la Société. Et quand on commençait à lui parler de son cher président, elle parlait toujours d’un ton très contrarié.

– …Ahhh, alors c’est comme ça.

Et ce sujet toucha à sa fin après seulement trois échanges. Seulement, les conséquences de ces phrases furent extraordinairement sauvages.

D’abord, voir Yu Sae-Jung s’autoproclamer laquais sur ce ton d’autodérision devait avoir laissé une impression tenace, des micro-vidéos de ce moment fusèrent sur internet quasi immédiatement ; et naturellement, le contenu de l’interview fut une source d’intérêt notable.

Comme il n’avait jamais tué personne et qu’il avait même fini par sauver des vies, ne serait-il pas possible de parler à ce Héros Orque ? Un professeur de l’université de Hankook vint rendre visite à Sae-Jin pour lui parler de ce point en particulier.

Bien entendu, en tant que détenteur de la vérité, Sae-Jin était plutôt frustré par l’absurdité de tout ça.

« En fait, même moi, je suis curieuse de savoir si c’est possible ou pas. »

Kim Yu-Rin demanda prudemment à Sae-Jin tout en tentant de déchiffrer ses réactions. Ils étaient actuellement en train d’honorer la promesse qu’ils s’étaient faite trois semaines auparavant.

« …Même toi ? »

« Ha, haha. Je suis désolée. Evidemment, c’est ridicule, hein ? Hahaha, même moi, j’ai fini par dire un truc pareil… »

Etrangement, il trouva tout de même son comportement pendant le diner plutôt étrange, pour ne dire que ça. Chaque fois qu’elle parlait, et à chaque fois qu’elle bougeait, ses yeux observaient avec attention le moindre mouvement de Sae-Jin, la moindre saute de son humeur. C’était tellement différent de la Yu-Rin qu’il avait l’habitude de voir, fière et fonceuse.

« Ben… Ce n’est pas complètement absurde, je suppose. Si nous pouvions discuter correctement, cet Orque pourrait nous être d’une grande aide. »

« Ahaha, n’est-ce-p… Aouh ! »

Peut-être trop tendue, elle finit par se mordre la langue.

« Uhm, tu vas bien ? »

« Ahh, oui. Je vais bien… Juste… Excuse-moi. Je dois, les toilettes… »

Au bout du compte, elle se leva promptement de son siège et s’enfuit vers la salle de bains.

Mais c’est quoi mon problème ?!

Se tenant face au miroir au-dessus du lavabo, Yu-Rin soupira profondément. Même si elle était venue seule après s’être encore pris la tête avec Chae Young-Ho… Mais maintenant, elle avait juste envie de pleurer.

Les terribles mots que lui avait dit Chae Young-Ho – le blabla du genre « C’est quelqu’un d’important », « Ce mec est la clé de tout », « Le Monstre est déjà sur les trace de Trilogy » – continuait à occuper son esprit.

Et pour ne rien arranger, il y avait cette incroyable nouvelle, comme quoi il aurait apprivoisé un monstre, ce qui avait tendance à la rendre encore plus nerveuse et empêchait les mots de sortir de sa bouche correctement…

« Ahhhhhh… J’ai juste envie de m’enfuir. »

Pour Kim Yu-Rin, vivre ce genre de chose était une première en 27 ans de vie. Elle avait toujours été directe, n’avait jamais eu rien à cacher…

« Fuu… »

Mais elle ne connaissait pas non plus la signification du verbe « abandonner ».

Elle se passa rapidement le visage à l’eau froide une fois de plus et quitta la salle de bains en serrant les dents.

 

***

 

Au sein de la salle de conférence de l’équipe numéro 1 de l’Ordre de l’Aube.

Suivant la consigne gouvernementale qui ordonnait à tous les Chevaliers de rester alertes et prêts à agir, il devait y avoir un minimum de Chevaliers présents à toute heure et même tard dans la nuit, il y avait du personnel à l’intérieur de la salle de conférence.

« …Fuu. »

Mais ce qui emplissait la salle à ras bord était une atmosphère lourde et un silence de plomb.

Les Chevaliers dans la pièce restaient tous silencieux, occupés à observer l’humeur amère de l’une d’entre eux.

« Ha… »

Yu Sae-Jung soupirait en boucle en affichant une expression des plus crispées.

Bien qu’il fut quelque peu étrange de voir les sept Chevaliers présents se préoccuper d’un seul Chevalier de niveau moyen inférieur, elle n’était nulle autre que Yu Sae-Jung.

Elle était non seulement la fille du Maître de l’Ordre, mais aussi un membre fondateur du Monstre. Cela étant dit bien qu’elle montre une certaine dérision les derniers temps, en répétant sans cesse qu’elle était la plus basse forme de laquais dans la Société.

Tahng !!

Yu Sae-Jung claqua soudainement son téléphone contre la table. Tous ceux présents dans la pièce sursautèrent d’un coup.

« …Sérieusement. »

… Il ne va même pas me rappeler ?

Les poings serrés de la jeune fille tremblaient.

Bien entendu, elle était fâchée avec Kim Sae-Jin. Beaucoup. Genre, vraiment beaucoup.

Même si ce n’était que de nom, elle était tout de même un membre fondateur. Mais alors, elle devait entendre les histoires concernant sa propre Société, quelles qu’elles fussent, d’autres gens et d’émissions de télé… Une ou deux fois, ok, elle pouvait comprendre, mais tout le temps ? Est-ce qu’il essayait délibérément de la mettre à l’écart ?

Des pensées négatives commençaient à se former dans son esprit.

Si on voulait être technique, alors sans nul doute, l’Ordre et la Fondation de l’Aube avaient aidé Sae-Jin de façon incalculable, et ne l’avait pas une seule fois mis dans une situation délicate ou difficile. Et tout avait été possible parce qu’elle avait toujours tout demandé à son père et à son grand-père. Et il la mettait hors-circuit comme ça ?

C’est pourquoi Yu Sae-Jung avait coupé tout contact avec Kim Sae-Jin durant les deux semaines qui précédèrent.

Mais malheureusement pour elle, elle était celle qui en était frustrée, pendant que lui allait d’aventure en épreuve de force. Quasiment tous les jours, il mettait des photos en ligne, se montrant en train de se la couler douce avec les ‘membres’ de la Société comme Joo Ji-Hyuk et Jo Hahn-Sung…

Et au bout du compte, elle avait envoyé un trèèèèèès long message à Kim Sae-Jin à peu près deux heures plus tôt.

Ce message contenait toutes ses déceptions – mais elle avait placé quelques smileys çà et là pour s’assurer de ne pas paraitre trop froide.

« Sérieusement, c’est putain d’énervant. »

Elle serra les dents de plus en plus fort et s’ébouriffa sauvagement les cheveux avant de vérifier le message qu’elle avait envoyé à Sae-Jin.

Il ne l’avait toujours pas lu.

Elle laissa échapper un autre très long soupir et cette fois, vérifia son profil SNS. Il y avait une nouvelle publication.

Quoi encore ?

[Terminé ma première chasse avec l’épée courte de l’Orque. Au président Kim Sae-Jin, je souhaite vous remercier de tout cœur pour m’avoir vendu cette arme. Je l’utilise avec reconnaissance. Veuillez s’il vous plait transmettre mes salutations à monsieur le Forgeron Orque également.]

C’était un message d’Angela. Elle avait acheté une arme, effectivement. Elle avait publié une photo d’elle souriant à côté du cadavre d’un monstre sur le profil de Sae-Jin.

« Ouah ?! Sérieusement ? »

À cet instant, sa frustration creva le plafond. Il avait plus de 950.000 abonnés, ce qui signifiait qu’il lui collait déjà aux talons… Non, ça, ce n’était pas important, nope.

Yu Sae-Jung balança le téléphone et se couvrit le visage.

Son message contenait toutes ses pensées les plus intimes – no, il aurait même été honnête d’appeler ça une lettre – et il avait été sciemment ignoré pendant plus de trois heures et elle trouvait ça simplement insupportable, embarrassant, décevant et très irritant.

Quand bien même… Elle lançait des regards en direction du téléphone trop régulièrement… en espérant qu’il finisse par répondre.

« …Ouuuuh, ce putain de… »

Un sentiment de honte extrême l’envahit, et elle finit par s’étaler sur la table.

Et à ce moment…

Vrrrrrrr…

Le téléphone… vibra…

Le mouvement trop agile pour son corps n’aurait pas pu être plus précis et acéré que lorsqu’elle se jeta sur l’appareil à cet instant précis.

Elle bougea si vite qu’elle faillit faire voler la table et la chaise tout de go en attrapant le téléphone. Les mots affichés sur l’écran indiquaient un appel de Sae-Jin, et son cœur loupa un battement.

« Euh, euh… »

Cependant, elle se retint désespérément. Il fallait qu’elle supporte ça. Elle ne devait pas répondre immédiatement. Elle devait ignorer son premier appel, et seulement au second, …

Mais, et s’il ne rappelle pas ?!

Yu Sae-Jung décrocha sans prendre le temps de retourner la question dans sa tête.

« …Allô. »

Au début, elle répondit sur un ton froid et sec.

– Hé, j’ai vu le message. Désolé. Je ne savais pas que tu avais autant d’attentes envers moi, et que je t’avais déçue. Tu me connais, mes talents de compréhension humaine n’ont jamais été mon fort.

Sa voix de baryton était aussi calme qu’à l’accoutumée, mais Sae-Jung était déterminée à ne pas se laisser influencer, cette fois. Elle avait prévu de rester aussi fâchée que possible, aussi longtemps que possible…

– Ça te va si on se voit pour discuter ?

Son cœur oublia à nouveau de battre l’espace de deux secondes.

« …M, m, mais pourquoi ? Non, mais pourquoi ? Pourquoi se voir et discuter ? C’est déjà trop tard, tu sais. »

– Non, ça, il y a quelque chose dont je dois te parler.

« C, c’est cool, mais, pourquoi tu n’as pas répondu à mon message les trois dernières heures ? Je l’ai envoyé à 9 h, et il est minuit passé ! »

– Désolé. J’étais vraiment occupé avec quelque chose.

Pour Sae-Jin, c’était quelque chose dont il ne pouvait pas parler. Le diner avec Kim Yu-Rin s’était terminé à 9 h mais quand il était rentré chez lui, il ne lui restait plus vraiment de temps sous forme humaine, alors il ne pouvait juste pas lui répondre, pas en tant que monstre…

« C’était quoi ? »

– Ah, ça. Je parlais avec Yu-Rin…

« Quoiiiiiii ? Pourquoi est-ce que tu l’as rencontrée ? Pourquoi ? Quel était ton but !! »

– Rien de spécial. On a parlé à propos de l’Ordre du Corbeau, des poupées Athany, des armes de l’Orque, etc.

« … »

Suite à cette réponse, Yu Sae-Jung plissa le front, insatisfaite. Elle retint de justesse la question « Tu étais seul avec elle ? » qu’elle avait sur le bout de la langue. Elle ne voulait pas paraitre obsédée, après tout. Ce n’était absolument pas de l’obsession, mais de l’envie, mais…

…honnêtement, c’était juste ça, et rien d’autre.

– Alors ? On peut se voir ?

« …Ouais, ouais, bien sûr. Mais je suis de garde de nuit alors pas maintenant. Demain… Non, comme il est minuit passé, aujourd’hui. On se voit à 7 h du matin. Dès que ma garde est terminée, je file au QG de la Société. »

Et elle raccrocha brusquement sur ces mots.

« Hah, prends ça et goûte à ton propre comportement, et dis-moi comment ça fait. »

 

***

 

« Huh ? Tu es déjà là ? »

Il était très tôt. Aussitôt que Kim Sae-Jin ouvrit la porte de son bureau, il remarqua Sae-Jung qui attendait sur une chaise.

« …Tu es là ? »

Bâiiille…

Maintenant qu’il était arrivé, elle s’étira et chassa le reste de sa fatigue.

« Ouais. »

Il gloussa légèrement et s’assit en face d’elle. Ses cheveux en bordel, ses yeux injectés de sang… C’était là une formidable démonstration de ce que pouvait être le boulot d’un garde de nuit.

« Attends une seconde… »

Elle fouilla dans son sac et en sortit un petit miroir ; choquée par son apparence, elle se cacha le visage et se leva.

« Uhm, je devrais me doucher… Non, non, laisse-moi juste me laver rapidement. Je suis vraiment pas présentable, là. »

« Vas-y. »

Il le lui permit gracieusement. Ce qu’elle était sur le point d’entendre… allait être pour le moins choquant. Il lui fallait bien ça pour qu’elle puisse se préparer.

Et dix minutes plus tard, Yu Sae-Jung retourna dans le bureau et se rassit, le visage toujours humide.

« …Alors, de quoi tu veux parler ? »

Les bras croisés, elle lui demanda froidement la raison de sa venue, comme si elle voulait ouvertement lui montrer à quel point ses sentiments étaient encore à vif.

Sae-Jin sourit gentiment en montrant l’épée qu’elle portait à la hanche.

« Donne-moi ton épée. »

« Hein ? P, Pourquoi ? Tu veux en faire quoi ? Tu, tu ne vas pas me frapper avec, hein ? »

« … ?? Non, je ne suis pas fou. Je veux juste y jeter un œil. Alors laisse-moi voir. »

Sa voix douce contenait une sorte de charme auquel il était difficile de résister. Même si elle était incertaine de ce qu’elle faisait, elle dégaina tout de même son arme pour la lui tendre.

« Ça… J’ai fabriqué cette épée. »

Cependant, elle ne comprit absolument pas ce qu’il voulait dire ensuite.

« …Pardon ? Ah, ben, oui, un membre de la Société l’a fabriquée. »

« Non, non. Ce n’est pas ça. Keum. Bon. Sors une potion de ta sacoche. »

Cette fois, Sae-Jin désignait le sac dans lequel elle rangeait ses potions. C’était un fait reconnu, depuis qu’elle était guérie de sa paralysie, grâce à l’aide de l’Alchimiste Gobelin naturellement, elle n’avait plus jamais utilisé une potion venant d’un autre Alchimiste. C’était une cliente fixe et inébranlable – une fan de la première heure.

« … ?? »

Yu Sae-Jung était confuse et fronça les sourcils. Mais elle obtempéra tout de même sans dire un mot, et lui tendit une fiole. Quand il l’attrapa, il prononça les mêmes mots.

« Ça… J’ai concocté cette potion. »

« …Grand frère. Qu’est-ce que tu essayes de me dire, là ? J’ai l’air d’une gosse, dis-moi ? »

Elle était bien sûr furieuse qu’il lui parle comme ça. Elle était venue parce qu’il avait quelque chose d’important à lui dire, mais maintenant, il lui semblait qu’il essayait juste de se foutre de sa gueule.

Mais Kim Sae-Jin ne perdit pas son sourire et continua sur sa lancée.

« Qu’est-ce que tu veux dire, une gosse ? Tu as dit qu’il y a trop de choses que je te cache, non ? C’est pourquoi je partage avec toi le plus gros secret de ma vie. Tu ne dois jamais le dire à personne, compris ? »

« Eh ? Quoi ? Ce n’est pas un secret, c’est juste absurde. »

« Comme je l’ai dit, l’Orque qui fabrique des armes, le Gobelin qui distille des potions – je suis ces deux personnes. »

« ……….. »

Le visage entier de Sae-Jung était crispé. Les mots qu’elle entendait étaient ridicules, et aussi incroyables, complètement. Alors pourquoi est-ce qu’il gardait toujours cette expression sérieuse ?

« Tu dis la vérité ? »

« Ouaip. »

« …Tu mens. »

« Fuuuhut. »

Au bout du compte, Sae-Jin éclata de rire. Voyant ça, Sae-Jung se dit directement, Je le savais, et était sur le point de répondre quelque chose, mais soudain, ses lèvres se figèrent.

« Chère mademoiselle Yu Sae-Jung. J’ai fabriqué une épée bâtarde, infusée avec une compétence miraculeuse qui dépassera tous les autres enchantements sous la forme d’une arme qui évoluera en même temps que vous… Je vous soutiendrai toujours, en tant que votre fan. »

« …Uh ? Eh ?! QUOI ?! »

Ce qu’il venait de dire, c’était le contenu exact de la lettre écrite de la main du Forgeron.

« C’est ça, non ? Ça fait un bout de temps, alors ma mémoire peut me jouer des tours. Ce sont les parties dont je me souviens. »

« …Huh ? Non, non, une minute. C’est… »

« Tu vois, cette arme, je l’avais fabriquée juste pour toi. Ton arme principale a toujours été une épée bâtarde, non ? Je t’avais même demandé quel était le type d’arme exact que tu utilisais, quand nous allions chasser ensemble. Tu ne te souviens plus ? »

Elle vit tout blanc, et puis tout noir, pour un moment. Pas une seule pensée ne parvint à se former correctement dans sa tête. Mais quand elle revenait en arrière, tout s’emboîtait. Tout prenait du sens. Tout concordait.

Elle avait considéré ça comme une coïncidence à l’époque, mais maintenant… la vois de l’Orque à ce moment… C’était vraiment cette voix. La voix de l’homme assis en face d’elle.

Mais plus que tout, sur cette lettre, écrite par le Forgeron, mêmes les erreurs de grammaire étaient les mêmes…

Complètement démontée, elle continua à le fixer sans même songer une seule seconde à fermer sa bouche grande ouverte.

Raka

Raka

Mélange satyrique de Daria et Docteur House, élevé à grands coups de Fluide Glacial pendant un peu trop longtemps, le cynisme n'est égalé que par l'excès d'humour noir et de sarcasme quotidien dont je fais preuve.
Mais on s'en fout, pas vrai ?
Raka

Les derniers articles par Raka (tout voir)

MWLU : Chapitre 58 Bonus
MWLU : Chapitre 60 Bonus

20 Commentaires

  1. Storm

    Oklmm

    Répondre
  2. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  3. Cèlen

    haha ce cliff!!!! Merci pour le chapire ^^ !!!

    Répondre
  4. drak

    merci pour les chapitres

    j’adorerais voire sa tête à le fin

    Répondre
  5. Shirosuu

    Mdrr le choc qu’elle a subit d’un coup, elle était pas prête , merci pour le chapitre

    Répondre
  6. newkan

    enfin il lui avoue , mais punaise j’espere vraiment que de colère elle ne finisse pas par le balancer … fichue cliff merci pour le chap ^^

    Répondre
    1. Gunts92Gunts92

      Bien sur que non

      Répondre
  7. tang san

    merci pour les chapitres
    vivement le prochain chapitre

    Répondre
  8. tang san

    merci pour les chapitres
    vivement le prochain chapitre 😉

    Répondre
  9. Mazz

    Merci pour ce chapitre !!

    Répondre
  10. Danicool

    Merci pour le chapitre 🙂

    Répondre
  11. Miriatha

    Raka je t’aime

    Répondre
  12. Soumsoum

    merci beaucoup pour le chapitre

    Répondre
  13. gutsguts

    merci pour le chapitre

    Répondre
  14. Gunts92Gunts92

    Merci pour le chapitre

    J’espère qu’il va allez plus loin et lui parler du monstre qui sommeil en lui

    Répondre
    1. RakaRaka (Auteur de l'article)

      Au fait, je suis Hulk, et c’est moi qui t’ai pété la gueule.
      C’est vrai qu’elle risque de tellement bien le prendre :,)

      Répondre
      1. LauvelLauvel

        C’est pas de sa faute 😮
        C’est de l’auto-défense :p

        Répondre
  15. Higanbana

    Merci pour ce chapitre

    Ce non dit entre les deux me démangeait, j’attendais ce moment avec impatience.

    Répondre
  16. Zhexiel Kurokage

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  17. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com