DMS : Chapitre 11

DMS : Chapitre 10 Bonus
DMS : Chapitre 12

Chapitre 11 – Mise à niveau

 

La première chose que je vis en ouvrant les yeux fut le plafond de ma chambre. Dans la pénombre du matin, je n’avais pas remarqué tout de suite, et je crus pendant un instant être à nouveau dans la caverne des gobelins, sans doute captive. Mais je revins vite à la raison, bien évidemment que j’étais morte là‐bas. En plus, je n’avais plus mal nulle part, et une rapide inspection tactile de mon corps me confirma que j’allais parfaitement bien. L’inspection dura un peu plus longtemps que prévu, et une fois terminée la fouille au corps très approfondie, je me sentis bien mieux, plus à l’aise.

En me levant, encore un peu engourdie, je constatais que la bague de l’illustre inconnu était toujours dans ma poche. Alors comme ça, en me réincarnant, je conservais tout ce que je portais, très bien. C’était parfait. Je ne savais pas ce qui lui était arrivé, mais je n’avais plus besoin de lui désormais. J’expliquerais au vieux ce qu’il s’était passé, et voilà.

Et je m’apprêtais à aller le voir immédiatement.

En sortant de la maison, un pincement au cœur me fit savoir que Thomred était mort à nouveau. L’enfoiré venait de le démonter une deuxième fois et s’en allait vers le coffre. Sérieusement, il se croyait où ?

Je me sentis déchirée. Je savais qu’il n’allait pas rester mort, mais voir ce type se promener dans mon donjon comme s’il était chez lui et tuer mon pauvre bébé encore et encore me laissait une boule douloureuse, là, tout au fond de mon estomac.

Le soleil brillait déjà entre les nuages quand je retrouvai enfin la ruelle maudite. J’avais retrouvé le chemin étrangement facilement.

Entrant dans la boutique du vieux, je lui adressai un large sourire en brandissant la bague devant moi.

« J’ai ce que tu voulais, vieux ! Regarde ! »

Mon sourire s’effaça quand je vis l’empoté sortir de l’arrière-boutique.

« Hé, mon amie ! Je ne peux que te remercier encore de m’avoir sauvé la vie ! Sans toi, je serais probablement déjà mort ! »

Le type était rentré tranquillement au beau milieu de la nuit ? Est‐ce que ça avait seulement du sens ? Evidemment, il aurait eu le temps, s’il s’était réveillé immédiatement après ma mort et qu’il avait réussi à ne rencontrer aucun monstre en chemin, il aurait pu… Mais était‐ce vraiment probable ? Comment pouvait‐il s’être laissé capturer par les gobelins, dans ce cas ? Décidément, ce monde était vraiment empli de mystères, et je n’avais vraiment pas envie de les connaître, je sentais que c’était un aller simple pour une violente migraine.

« Oh, tu m’as ramené ma bague ! Je te remercie ! Je ne sais toujours pas pourquoi tu en avais besoin, cela dit, mais peu importe. »

Il se saisit du bijou dans mes mains alors que je le regardais d’un air sidéré. Il n’avait plus du tout l’air du jeune homme gauche et timide que j’avais rencontré là‐haut. Il y avait anguille sous roche, mais je m’en cognais royalement. Tout ce que je voulais, c’était ma récompense. J’étais quand même morte pour la gagner, il avait intérêt à ne pas être radin.

« Alors, j’ai réussi, non ? J’ai sauvé le gamin. »

Le marchand était toujours aussi stoïque alors même que son gosse venait de sortir vivant d’une situation qui aurait pu rapidement tourner en fête du village – sauf que les villageois étaient les gobelins, et le cochon à la broche, j’osais à peine y faire allusion.

Il leva la main sans un mot et un torrent de connaissances se déversa à nouveau dans ma tête, comme lorsque j’avais ouvert le Starter Pack. Je pouvais maintenant placer la Fontaine des Vœux gâchés dans mon donjon !

« Hé hé, merci. Je peux voir le catalogue à nouveau ? »

Il avait dit qu’on ne pouvait pas avoir deux articles différents, mais je ne perdais rien à essayer, pas vrai ? Contre toute attente, il me répondit :

« Bien sûr. Voici. »

Il me l’avait vraiment donné ! Je m’empressai de poser mon doigt sur le premier article en demandant :

« Il faut que je fasse quoi pour ça ? »

Mais tout en gardant le sourire, il secoua la tête d’un air désolé.

« Je vous avais prévenue, demoiselle… Un seul article par client. Vous pouvez encore regarder, mais vous ne pouvez plus acheter. »

« Bon. Je m’en doutais, » lui dis‐je en lui rendant le vieux livre. « Merci quand même et prenez soin de vous, tous les deux, et toi ne va plus te perdre dans les montagnes. »

« Vous aussi, demoiselle, prenez soin de vous. »

 

***

 

Je me rendis ensuite au Palais des Mille Miroirs. Je n’avais rien ressenti d’autre, ce qui signifiait probablement que personne n’était entré dans le donjon après les deux passages de l’aventurier solitaire.

En arrivant devant un des miroirs, je vis l’intérieur de mon donjon de l’autre côté, avec la dalle de sortie. Sur la surface argentée était inscrit [Niveau 2 / 345 crédits.]

Alors comme ça, les deux types m’ont rapporté tout ça. Bon, je doute que ce soit grand‐chose, cela dit. Par contre, je suis niveau 2 ! Je vais voir ce que ça change.

Je me jetai dans le miroir et arrivai dans mon donjon. Tout était parfaitement en ordre, exactement comme je l’avais laissé. Les tomtes qui montaient la garde, ceux qui vaquaient à leurs occupations au sein du petit camp, et mon bon vieux Thomred et sa clique.

« Niveau 2, hein. Est‐ce que mes capacités ont doublé ? »

M’approchant du mur du fond, celui par lequel l’eau s’écoulait, j’entrepris de faire s’ouvrir le mur, comme la mer rouge s’écartant devant Moïse, sauf que c’était un mur, pas une mer, et que ce Moïse se trouvait être une nana à la peau rouge. Un couloir s’enfonça rapidement vers une nouvelle salle caverneuse, couloir également emprunté par ce qui était devenu un cours d’eau et jaillissant d’un mur de la nouvelle pièce.

Je plaçais des torches aux murs afin d’éclairer quelque peu les lieux, et me retrouvai vite avec un donjon deux fois plus grand qu’il ne l’était précédemment. Habillant la deuxième salle comme la première, en mode habitat pour hommes des cavernes adorant la fourrure, Je retournai dans la première salle et y supprimai mes tomtes, sans le moindre scrupule. Ah, quand c’était moi qui le faisais, ça passait quand même terriblement mieux !

Ainsi avais‐je récupéré tous les points dépensés dans les tomtes, et j’en vins même à changer le coffre de place, il finit dans la pièce du fond, bien protégé par tout un donjon. Tout un donjon de deux salles et qui allait bientôt être rempli de gobelins…

Je fis tout d’abord apparaitre un premier petit monstre, et sans y faire attention, il prit vie sur le feu de camp.

« Merde. Désolé, mon gars. »

Je me disais qu’il allait brûler, et puis j’en invoquerais un autre. Mais pour ne pas changer, mes prédictions étaient foireuses. Au lieu de se consumer, il continua à brûler et les flammes se changèrent en une robe rouge incandescente, puis léchèrent sa tête chauve pour former une capuche masquant les trois quarts de son visage.

Sa peau devint d’un noir d’encre, brûlée peut‐être, quoi que cela m’aurait étonné, et un bâton de bois noir apparut dans sa main, suivi de son nom, au‐dessus de sa tête.

〈 Dugnekk le pyromancien – Niveau 4 〉

J’avais créé un sorcier gobelin de niveau 4 ! Fière de moi, je retournai dans la première salle, de laquelle j’avais retiré le petit village de tomtes, et y plaçai ma Fontaine des Vœux gâchés, en plein milieu. Je me frottais déjà les mains, en pensant à tous ces explorateurs que j’allais arnaquer dans un futur proche.

Enfin, de retour près de Dugnekk, qui s’amusait avec les flammes du feu de camp, les faisant tourner et tournoyer, danser et virevolter grâce à son bâton, je me mis à invoquer plusieurs autres gobelins sur le feu de camp, espérant créer une armée de sorciers.

Mais il fallait s’y attendre, le sorcier n’était que le boss… A la place, ceux que je fis apparaitre restèrent enflammés au niveau des épaules et du sommet du crâne, et se retrouvèrent équipés de petites bombes artisanales rondes accrochées à la ceinture. Je venais de créer quatre gobelins incendiaires, bestioles surexcitées dont la tête bougeait frénétiquement de droite à gauche à la recherche, sans doute, d’un truc à exploser ou à brûler.

Tentant ma chance, j’invoquais ensuite deux gobelins dans le petit étang. Ils ne changèrent pas, restant des petits monstres verts, et je dus me résigner au fait qu’il n’existait sans doute pas de gobelins aquatiques. Les nouveaux‐venus se contentèrent de sortir de l’eau, d’attraper des bâtons pointus et de partir arpenter le donjon. Il me restait encore un peu d’énergie, aussi tentai‐je une dernière expérience, en invoquant des gobelins dans une zone d’ombre.

Cette fois fut la bonne ! Leur peau devint immédiatement d’un gris sombre et ils se transformèrent en Assassins gobelins. Bon sang, c’était peut‐être à cause de la nouvelle salle que j’avais creusée, et surtout de la Fontaine que je venais de placer, mais je me sentais déjà vidée. Les gobelins étaient plus chers que les tomtes, c’était certain. Je n’avais réussi à en invoquer que huit : le boss, trois incendiaires, deux peaux‐vertes et deux assassins.

Au final, tout ce que j’espérais, c’était que tout ça passe l’épreuve du feu.

Je me concentrai pour modifier les paramètres du donjon, et l’Antre de Thomred devint La Caverne des Gobelins. C’était maintenant un donjon de niveau 1~4, avec une somme de niveaux limitée à 4.

« Bien. Très bien. »

Au moment où je posais le pied sur la dalle de retour et où tout s’effaçait autour de moi, j’aperçus la lumière vacillante d’une torche descendre depuis la surface. J’avais failli rencontrer un explorateur ! Merde ! Ils pouvaient entrer dans le donjon à n’importe quel moment une fois qu’il était ouvert… Je n’avais pas pensé à ça.

J’aurais pu y laisser ma peau et perdre tous mes crédits. Non pas que j’en avais beaucoup, mais quand même.

Ressortant du miroir, je me mis à observer ce qui se passait. Je n’avais pas besoin de regarder à travers la surface argentée, je pouvais me contenter de fermer les yeux, et je voyais tout ce qui se passait dans mon donjon, comme si j’étais équipée de mille yeux pouvant scruter chaque recoin en permanence.

L’aventurier qui venait de descendre dans le donjon était le même qui avait tué Thomred deux fois la veille ! Je ne savais pas s’il avait prévu de se le farcir une fois de plus, ou s’il était même au courant que le donjon avait changé, mais j’allais le découvrir bien vite.

Il s’avança en direction de l’ancien village tomte où se trouvait maintenant ma Fontaine. Il était perturbé et regardait autour de lui en se posant des questions. Il était sans doute entré dans le donjon juste avant qu’il ne change de nom et n’avait pas remarqué.

Cela dit, ça me convenait. Il n’y avait pas de gobelins dans la première salle et tout ce à quoi il pouvait s’intéresser était ma Fontaine. Il s’en approcha et lut ce qu’il y avait marqué sur le petit panneau. Je savais ce qu’il y avait marqué dessus :

[Fontaine des Vœux : Si vous jetez dans cette fontaine divine l’un de vos objets, il y a une chance sur quatre qu’il en ressorte amélioré par la puissance des dieux. Si vous échouez, il sera perdu.]

Il se tenait le menton, et je le voyais perdu. Il envisageait la possibilité de jeter l’un de ses objets ! Je savais qu’il en avait, parce qu’il avait pillé mon donjon à plusieurs reprises.

Il sortit une dague et la balança dans l’eau. Quelques secondes après, il baissa les bras et repartit en direction de la deuxième salle. Alors que je le voyais avancer prudemment, une épée brillante dans une main et un bouclier rond dans l’autre, la surface du miroir se troubla et la dague qu’il avait jetée en sortit et tomba au sol.

« Alors c’est comme ça ! Mais c’est génial ! Ce truc est bel et bien un piège légendaire ! »

En arrivant dans la salle des gobelins, il ne fit pas trois pas. Les deux gobelins verts qui faisaient leur ronde l’aperçurent immédiatement et je les vis crier, alertant le reste de la tribu avant de retourner vers les huttes en courant. Les incendiaires avaient l’air fous, et couraient déjà vers le nouveau‐venu, des bombes allumées dans les mains et un sourire carnassier aux lèvres.

L’aventurier en décapita un et envoya bouler son corps d’un coup de pied frontal vers les deux autres. L’un d’eux roula au sol en se faisant toucher mais l’autre esquiva le cadavre de son frère et se jeta en avant, les quatre membres écartés. D’un mouvement circulaire, l’intrus ramena son épée vers lui tout en coupant le bras gauche de la bombe vivante.

Mais c’était trop tard. Il eut beau lever son bouclier pour se protéger de la déflagration, il roula plusieurs mètres en arrière et cracha du sang en se relevant, un genou au sol, des entrailles de gobelin pleuvant autour de lui. Pendant ce temps, le troisième gobelin incendiaire s’était remis sur pieds, et était prêt à bondir lui aussi.

Mais il n’en eut pas le temps et l’épée fonça en avant pour lui percer la poitrine, le type avait profité de son élan en se relevant pour appliquer plus de force dans son attaque. Repoussant le gobelin mort sur le coup, il regarda autour de lui. Ce fut à ce moment que j’appris que les bombes des gobelins incendiaires n’explosaient pas si leur porteur était mort, elles se contentaient de s’éteindre.

L’explorateur avança en direction du boss qui arrivait lui aussi, mais ni l’un ni l’autre ne put entamer le combat.

L’aventurier solitaire cracha une nouvelle gerbe de sang et baissa les yeux. Il vit apparaître deux gobelins à la peau grise et vêtus de noir, qui venaient de sortir de l’ombre en silence pour le frapper de leurs dagues, dans l’estomac et dans la poitrine.

« C’est fini, c’était un coup fatal, ça, » murmurai‐je.

Et effectivement, il tomba à genoux, déjà couvert de son propre sang et de celui des gobelins qu’il avait tués. Avant qu’il ne puisse s’effondrer complètement, les assassins l’avaient déjà frappé à de nombreuses reprises, le trouant comme une passoire.

« Ils sont quand même drôlement plus efficaces que les tomtes… J’ai bien fait de modifier le donjon. »

Et puis, il y avait cette dague. Je baissai les yeux sur l’arme que je tenais dans les mains.

« Cette dague, c’est… ! »

Raka

Raka

Mélange satyrique de Daria et Docteur House, élevé à grands coups de Fluide Glacial pendant un peu trop longtemps, le cynisme n'est égalé que par l'excès d'humour noir et de sarcasme quotidien dont je fais preuve.
Mais on s'en fout, pas vrai ?
Raka

Les derniers articles par Raka (tout voir)

DMS : Chapitre 10 Bonus
DMS : Chapitre 12

13 Commentaires

  1. Shirosuu

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  2. rhys974

    merci vivement la suite

    Répondre
  3. Gunts92Gunts92

    Super cette fontaine bidon
    Merci pour le chapitre

    Répondre
  4. Higanbana

    Merci pour ce chapitre

    Super cette fontaine, elle a trouvé un moyen de récupérer des objets gratis.

    Question : est‐ce que les monstres changent en fonction de l’attribut du boss ?

    Répondre
    1. RakaRaka (Auteur de l'article)

      Comme d’habitude. Tu verras. T’en poses beaucoup des question aux auteurs d’habitude ? 🙂

      Répondre
      1. TesaYuuTesaYuu

        C’est qu’il est curieux ^^

        Répondre
        1. RakaRaka (Auteur de l'article)

          Pourquoi vouloir tout savoir tout de suite et se spoil au lieu de simplement attendre comme pour toutes les autres séries ? 🙂

          Sans parler de ceux qui ne veulent pas savoir, c’est bien pour ça que je ne réponds rien.

          Répondre
  5. tang san

    merci pour le chapitre

    Répondre
  6. TesaYuuTesaYuu

    Merci pour le chapitre ^^
    L’idée de la fontaine est vraiment génial !!

    Répondre
  7. Coco

    …C’est une dague !!
    Merci pour le chapitre !

    Répondre
    1. RakaRaka (Auteur de l'article)

      Ça serait fun ! Haha !
      Mais les 8 prochains chapitres sont déjà écrits 🙂

      Répondre
  8. gutsguts

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  9. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com