LVL1S : Chapitre 34

LVL1S : Chapitre 33
LVL1S : Chapitre 35

Chapitre 34

 

C’était le matin de notre départ, et 30 aventuriers étaient réunis devant la Guilde, attendant que Tyr commence son speech.

« Bon, écoutez bien, espèces d’imbéciles. S’il y a une chose qui est bien vraie en ce monde, c’est que vous êtes aussi idiots que moi. À quel point sommes‐nous stupides pour nous rendre dans un endroit où les monstres se nourrissent d’humains ? Si vous pensez que les idiots peuvent faire la différence en ce monde, alors vous êtes les idiots parmi les stupides. De toute façon, le monde ne changera pas, nous le savons et nous y allons quand même ! N’est-ce pas ? Parce que nous sommes stupides ! »

De l’arrière de la foule, un vieil homme cria :

« Quelles absurdités est‐ce que tu nous sors là ? Comment pourrions‐nous êtes aussi idiots que toi ? Tous derrière lui ! »

« Hourra ! »

Le speech de Tyr était inspirant. Peut‐être que personne ne se souviendrait de nos sacrifices. Nous mettions nos vies en jeu pour quoi ? De l’argent et de l’expérience ? Si nous ne revenions pas, rien de tout ça n’aurait d’importance. Merde, même si nous vainquions, ce serait simplement un autre niveau à prendre.

Pourtant, j’avais quelque chose à dire à cette foule de gaillards bourrus. Parlant d’une voix grave mais puissante, je m’adressai aux aventuriers face à moi, ceux‐là mêmes qui venaient d’apprendre qu’ils étaient une bande d’idiots.

« Ce que nous nous apprêtons à faire ne va sans doute pas finir dans les annales. Peut‐être même que l’Histoire ne s’en souviendra pas, nous n’aurons pas droit à des poèmes épiques et des chants de guerre. Mais de nombreuses vies vont être sauvées, et rien que ça, c’est suffisant pour justifier ce que nous allons réaliser ! Alors en avant et surmontons ce challenge ! »

« Oui !!! »

La foule acclama d’une seule voix, rayonnante d’énergie. Et ça s’était passé aussi bien uniquement grâce aux mots de Tyr. Je m’intéressais de plus en plus à ce type.

« Tyr, merci pour ton merveilleux discours. »

« Oh, s’il te plait, ce n’était rien comparé au tien. J’ai senti mon cœur battre comme celui d’un vrai homme ! »

Nous levâmes officiellement le camp. Tyr avait préparé des chevaux pour accélérer le voyage et s’assurer que les troupes puissent arriver au combat reposées. Tandis que nous avancions, Kishande, Mirande et Ashe s’inquiétaient quant au fait que les autres aventuriers pouvaient avoir entendu les rumeurs les concernant, et qu’ils pouvaient les voir comme des femmes souillées. Mais ça ne pouvait pas être plus faux, ils s’asseyaient souvent autour du feu de camp pour partager des histoires.

« Demoiselles, savez‐vous ce que je me demande depuis longtemps ? À quel point Gaspard est‐il endurant pour arriver à satisfaire trois femmes chaque nuit ?! »

« Hé, stop ! Non non non ! »

« Hahahaha ! Mais d’un autre côté, la virilité de Gaspard doit avoir un souci, il essaye tout le temps de s’éloigner de vous, les filles ! »

« C’est vrai ! Tu n’as pas besoin de le préciser, c’est étrange ! Malgré le fait que nous partagions un lit toutes les nuits, il ne nous a pas une seule fois vues comme des femmes ! »

Miranda et Ashe étaient complètement bourrées et partageaient un peu trop leurs pensées avec les aventuriers.

« Assez, Miranda. Tu es constamment ivre, quand vas‐tu te décider à grandir ? Va dormir ! »

Kishande la rabat‐joie venait d’arriver et Miranda se rendit vers sa couche pour éviter de futures remontrances. Ashe, par contre, continua de parler.

« Rencontrer Gaspard a été le plus grand cadeau que nous ai fait la Déesse. Il y a une expression, seulement après avoir souffert peut‐on apprécier ce qu’est le bonheur. »

Quand Ashe buvait trop, elle parlait de manière bien plus religieuse et philosophique. C’était un peu dur à supporter, mais quand elle commençait comme ça, nous savions que ça ne durerait pas longtemps et qu’elle s’endormirait peu après. Finalement, Kishande la traîna jusqu’à son sac de couchage et la fête se termina sur ces auspices, quand tout le monde se résolut à aller dormir.

Je plaçai mon sac de couchage à un endroit éloigné de mes compagnons, dans une zone un peu isolée. J’avais l’intention d’attirer les Elfes qui nous avaient suivis depuis que nous avions quitté la ville.

Ils sont toujours là, Jenna ?

Elle avait traqué le moindre de leurs mouvements pour moi.

Ils ne sont pas loin, vous êtes sûr que je ne peux pas les attaquer ?

Tu ne dois absolument pas, la mission est claire, trouver leur camp principal, alors ne gâche pas cette opportunité. Compris ?

Oui, Seigneur, je trouverai leur base, en échange permettez‐moi de faire couler le premier sang !

Pas de problème.

Pendant que nous discutions par télépathie, les trois Elfes sur nos talons étaient cachés dans les buissons, à quelques mètres de moi à peine.

Hmm, ce sont vraiment des lâches, arrêtez de faire traîner le truc, et attaquez‐moi !

Ils étaient plutôt prudents, m’observant pendant plus de 10 minutes. C’était ennuyant parce que je devais me forcer à faire semblant de dormir et de ronfler.

Bien, est‐ce qu’ils bougent enfin ?

Malgré leurs compétences de camouflage, je pus voir leurs fenêtres de statut. Je lançai mon sort sans dire un mot.

Bouclier Divin !

[Bouclier Divin est actif. Vous pouvez choisir de libérer le sort au bout de 30 secondes.]

Même si je sentais que je pouvais me laisser attaquer, je voulais les écraser complètement avec cette compétence pétée que je possédais pour voir la frustration dans leurs yeux. Même si ça m’immobilisait, je voulais voir le désespoir dans leur regard.

« Humain diabolique, meurs ! »

« Apportez la mort à tout mal, Saint Elvenheim ! »

L’un d’eux lança un sort pendant que les deux autres se ruaient sur moi avec leurs dagues.

* Ting ! Ting ! Bong ! *

« C’est quoi, ça ? »

« C’était quoi, ce son ? »

« Je crois que ça venait de l’endroit où dort Gaspard ! »

Ils avaient essayé d’appuyer leur attaque à la dague de tout leur poids. Bien sûr, le résultat était contraire à ce qu’ils attendaient, et ils furent envoyés voler. Même si je restais immobile, ils étaient complètement incapables de me blesser. Et pourtant, sans comprendre la situation, ils réitérèrent.

« Meurs, sauvage ! »

Ils se jetèrent sur moi une fois de plus, et la conclusion ne fut pas différente.

* Ting ! Ting ! Bong ! *

« Qu… Qu’est-ce qu’il se passe, maintenant ? »

« Rihanna, il y a d’autres misérables humains qui approchent, nous allons devoir abandonner pour aujourd’hui. »

« Merde ! Nous devons nous échapper alors que l’ennemi est couché comme une merde par terre ?! »

Jenna, j’ai changé d’avis. Capture l’un d’entre eux et envoie quelqu’un l’escorter jusqu’à la Fosse, il sera un otage de plus.

J’avais initialement prévu de les laisser aller librement, mais leur arrogance m’avait touchée. Il semblait que toutes les options pacifiques n’étaient plus de mise. Quand Kishande et les autres arrivèrent, j’étais toujours immobile, feignant le sommeil.

« Oh, est‐ce que Gaspard dort bien, pour une fois ? »

« Regarde là, ces empreintes n’ont pas l’air humaines. »

Miranda, qui était une chasseresse, avait un regard acéré. Elle avait noté les différences même dans le noir. Mais quand ils me virent dormir comme un bébé, ils ignorèrent tout le reste.

« Nous devrions dormir ici, hein ? »

« Ben, Gaspard a dit qu’on ne devait pas le rejoindre ce soir. »

« Oh, vraiment ? Je ne me souviens pas de l’avoir entendu dire ça. »

J’étais inquiet quant à leur sécurité avant que les Elfes n’attaquent, alors je leur avais dit de rester loin de moi. Mais au bout du compte, les trois filles vinrent comme à leur habitude à mes côtés. Heureusement, l’incident était déjà passé.

Seigneur, j’ai appelé Mir pour emmener le prisonnier jusqu’à la Fosse. Je vais continuer à donner la chasse aux deux autres, c’est bon ?

Oui. Trouve rapidement leur camp principal. Mais n’attaque pas, donne‐moi simplement la localisation et rentre à la Fosse jusqu’à ce que je donne de nouvelles instructions.

Oui, mon Roi. Je sais que ma vie vous est précieuse.

Voyant le statut de Jenna disparaître au loin, je désactivai ma compétence d’identification et levai les yeux vers le ciel nocturne.

C’est parce que les étoiles brillent à ce point ce soir ? Elles ont un éclat… On dirait des diamants. On dirait la vue qu’on a depuis la Fosse.

Regardant les petits points briller dans le ciel, je tentai de les connecter pour reconnaître quelques constellations. Il y avait longtemps que je n’avais pas profité d’un sommeil réparateur, ou même normal. En fait, comme mon corps principal n’avait pas besoin de dormir, ça allait être la première fois que j’allais vraiment m’endormir dans ce monde.

J’étais si épuisé que je ne me souvins même pas du moment où j’avais sombré, simplement que je m’étais réveillé au petit matin en ne me souvenant pas du tout ce dont j’avais rêvé. La plupart des aventuriers avaient l’habitude de se lever tôt parce que la profession était basée sur la compétition, le plus grand nombre de quêtes remplies définissait l’homme le plus riche. En chassant pendant un jour de plus, on pouvait gagner plus d’expérience, ce qui permettait de rapidement dépasser les autres. Tout le monde était déjà debout, en train de remballer des affaires et de vérifier leur équipement.

Cependant, les trois filles à mes côtés étaient devenues plutôt gâtées sous mon aile, et étaient toujours profondément assoupies. C’était normal pour elles de se lever tard et de me chercher comme un oisillon affamé. Toujours un peu dans les vapes, je tentai moi‐même de dormir une heure de plus, au moins jusqu’au petit déjeuner. Ce serait comme d’habitude Kishande qui allait se lever la première pour préparer à manger et prendre soin de nous.

« Oh merde, regarde‐moi ces bébés encore en train de faire la grasse mat’, ça va être dur de survivre en tant qu’aventuriers, vous savez ? »

Tyr s’était arrêté pour se foutre de notre gueule. Evidemment qu’il avait raison, et j’aurais dû cesser de les chouchouter. Après tout, il y avait d’autres femmes dans le groupe, et elles étaient toutes bien plus dures et résistantes, toujours les premières réveillées.

Bon, je vais devoir changer ça au fil du temps, je ne peux rien y faire maintenant.

J’avais été doux avec elles pour tenter d’apaiser leur esprit meurtri, mais en entendant les piques de Tyr, j’en vins à réaliser que j’aurais dû couper court longtemps auparavant.

Les Elfes n’étaient pas revenus depuis leur échec. Soit ils cherchaient leur partenaire kidnappé, soit ils rentraient chez eux. Dans tous les cas, j’espérais que Jenna ne les perdait pas de vue.

Nous savions que le Roi Gobelin était en train d’attaquer un village à un jour de marche de notre position. Nous avions rencontré un villageois sur la route, qui s’était enfui après avoir vu l’armée de ces salopards approcher. Après avoir pris connaissance de ce massacre tragique, nous avons pressé nos chevaux, tentant d’arriver le plus rapidement possible.

Ian !

Oh, Johra !

Il y a des nouvelles de la Fosse ? L’Elfe captif est arrivé ? Des nouvelles de Jenna ?

Ouais, il est arrivé et Bianca s’en… occupe. Nous n’avons pas de nouvelles de Jenna pour le moment et…

En fait, je suis très occupé pour l’instant, on parlera plus tard.

Ah, juste une chose, alors ! Alpeon a trouvé comment nous entraîner en nous servant des Sabords du Vide. Nous nous entraînons tous très intensément et nous nous améliorons. On en parle quand tu as un peu de temps.

Je pouvais sentir à quel point elle était excitée. On aurait dit qu’Alpeon avait découvert un moyen pour attaquer ces monstres de haut niveau, je m’attendais à voir du changement en rentrant.

Je devrais me concentrer sur le Roi Gobelin pour l’instant.

Nous avions juste dépassé une colline et fîmes face à un village en feu et en cendres, des vagues de monstres verts – ou jaunâtres selon l’angle – couraient dans tous les sens.

« Le chaos est à votre portée ! Etes‐vous prêts à mourir, bande d’idiots ?! »

La voix de Tyr résonna alentours et tout le monde cria pour lui répondre.

« Tue ou crève ! Mais si tu crèves, tue d’abord ! »

C’était un slogan ridicule qui se répandit dans la foule tandis qu’ils s’élançaient déjà à l’assaut de l’armée de Gobelins.

« Boule de Feu ! »

« Trait de Glace ! »

« Double Slash ! »

« Flèche Magique ! »

* Kihic Kihec, Neighiing ! *

De l’arrière, des sorts magiques étaient lancés sans interruption, pendant que devant, Voleurs et Guerriers tenaient bon, fauchant facilement les saloperies vertes devant nous. Je sortis mon épée longue et tranchai proprement un Gobelin en deux.

[+214 points d’expérience.]

[Acquis : connaissance des Gobelins.]

Même si ces bestioles étaient bien plus faibles que les Orques, elles se surpassaient en terme de reproduction. Il y en avait des centaines devant nous et sans doute plus de dix milliers dans le village.

« Tenez la ligne de front ! N’en laissez aucun passer ! »

Suivant les commandements de Tyr, les Guerriers situés tout devant échangeaient leurs places quand ils étaient blessés ou fatigués. Et la ligne arrière plus dévastatrice continuait à faire pleuvoir des sorts, des flèches et des soins.

Nous n’étions que 30, mais des aventuriers de rang Fer étaient aussi forts que des dizaines de soldats ordinaires. En synergie avec le commandement tactique de Tyr, nous fûmes capables de représenter à nous 30 une force de frappe équivalente à plusieurs centaines d’hommes.

Pourtant, les vagues incessantes de Gobelins n’étaient pas faciles à gérer. Nous avions déjà une pile de monstres morts devant nous après en avoir tué un bon millier, mais notre camp se fatiguait rapidement. Les sorts d’attaque et les soins arrivaient avec intermittence à cause du mana qui se faisait plus rare et nous perdions l’avantage, petit à petit. Nous nous faisions repousser hors du village.

« Ne battez pas en retraite ! Si nous reculons encore, nous nous ferons encercler ! Continuez à vous battre ! La ligne arrière, continuez à supporter l’avant ! »

Cette fois, les instructions de Tyr ne furent pas suffisantes pour redonner le moral aux troupes bien trop épuisées. Pour empirer les choses, un cri retentit.

KooWooWoo !

Au milieu du village apparut un grand Gobelin, 50% plus grand que tous les autres, assisté par d’autres enfoirés tout aussi grands que lui. Des Elites.

« C’est le Roi Gobelin, il est accompagné de son Commandant et de ses Chamans ! »

J’entendis Tyr crier.

Prenant quelques secondes pour observer leurs statuts, je remarquai que le Roi Gobelin avait un nom doré et était de rang E+, tandis que ses élites oscillaient entre les rangs E et F+.

Je peux pardonner presque n’importe quoi, mais pas qu’on me vole la vedette !

Je grinçai des dents.

Raka

Raka

Mélange satyrique de Daria et Docteur House, élevé à grands coups de Fluide Glacial pendant un peu trop longtemps, le cynisme n'est égalé que par l'excès d'humour noir et de sarcasme quotidien dont je fais preuve.
Mais on s'en fout, pas vrai ?
Raka

Les derniers articles par Raka (tout voir)

LVL1S : Chapitre 33
LVL1S : Chapitre 35

12 Commentaires

  1. Bulloch

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  2. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  3. hollowrebel

    merci pour le chapitre

    Répondre
  4. Gunts92Gunts92

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  5. Cèlen

    Merci pour le chapitre ^^!!

    Répondre
  6. Zhexiel Kurokage

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  7. Higanbana

    Merci pour ce chapitre

    Répondre
  8. Gajeel

    Merci pr le chapitre
    Le prochain va être épique je sens^^

    Répondre
  9. Shirosuu

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  10. FenrirFenrir

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  11. gutsguts

    Merci pour ce chapitre

    Répondre
  12. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com