LVL1S : Chapitre 62

LVL1S : Chapitre 61
LVL1S : Chapitre 63

Chapitre 62

 

Je fis finalement capable de maîtriser mes émotions tumultueuses pour enfin me calmer et analyser la situation.

Cette compétence d’emprisonnement empêchait d’utiliser la magie dans cette zone de merde, et je devais me fier à celle contenue dans mes joyaux. Mais ils avaient une limite, eux aussi.

J’en vins à réaliser que j’allais vite être désavantagé si je continuai à n’utiliser que la magie et sortis Excalibur.

« Tu possédais une épée maudite, mort-vivant ? »

« Une épée maudite ? T’as fumé trop d’encens dans les temples, toi. Téléportation ! »

Tout en finissant de parler, je me retrouvai aux côtés de Valenor.

« Pourquoi es-tu revenu pour moi ? »

« Silence, toi. C’est ta faute, tu ne m’as pas écouté, plus tôt. »

* Slash ! *

Je brandis Excalibur et tranchai un grand coup en direction de ses entraves magiques.

Ça fonctionne !

J’étais exalté. Je parvenais à sectionner des entraves créées par des Anges, des créatures divines.

« Mort-vivant ! Tu vas payer de ta vie ! »

Michael hurla en se jetant sur moi.

« Désolé, mais ma vie n’est ni à vendre ni à louer. »

Téléportation !

À la seconde où son épée enflammée allait m’atteindre, je disparus grâce à mon joyau magique et tranchai toujours plus de liens autour de Valenor.

* Slash ! Slash ! Slash ! *

Et plus j’en détruisais, plus elle parvenait à bouger.

Téléportation !

Michael me chassait sans discontinuer et je m’évadai en me téléportant sans m’arrêter.

Tandis que nous jouions à cache-cache, les centaines d’Anges qui encerclaient Valenor avaient finalement perdu l’avantage. À cause des liens que j’avais brisés, leur formation se déséquilibra et elle trouva une ouverture.

Valenor, sauve-toi, et fuis, loin !

« Ok ! »

Elle se précipita aussitôt à une vitesse ahurissante en direction de l’ouverture qu’ils lui avaient laissée sans trop en avoir le choix. Les Anges, qui la pensaient toujours entravée par les chaînes divines, furent pris par surprises et traînés dans les airs.

« Hahahahahahahaah ! Ma Femme est incroyable ! »

Je ne pouvais pas m’empêcher de rire à plein poum… à pleines côtes en voyant les gueules que tiraient ces pauvres Anges incapables de tenir la cadence. On aurait dit des centaines de types en train d’essayer d’attraper un cheval sauvage avec leurs centaines de lassos et se faisant traîner dans la poussière.

Ce fut un sacré moment d’inattention.

Cependant, à mon niveau actuel, un seul instant de distraction pouvait s’avérer désastreux contre Michael.

Bien que j’eusse réussi à secourir Valenor, les deux secondes que j’avais passées à la regarder s’enfuir en ricanant comme un con étaient inacceptables dans un combat tel que celui-ci et mon adversaire ne laisse pas passer l’occasion.

« Créature damnée, tu devrais t’inquiéter à propos de ta propre vie ! »

Le bataillon d’Anges m’avait encerclé de toutes parts et ils avaient maintenant l’air d’un gigantesque filet bien tressé tout autour de nous. Pas même les rayons du soleil ne traversaient et si ce n’était pas pour l’épée enflammée de Michael, il aurait aussi bien pu faire nuit noire là-dedans.

« Que dirais-tu de mettre un terme à cette farce, Michael ? Jusqu’à présent, je n’ai fait que constater que tu parviens tout juste à m’égaler quand je m’amuse avec vous tous. Et si je vous faisais souffrir un peu ? »

Suite à ma provocation, sur le visage impassible de Michael se dessina enfin quelques rides ; il fronça les sourcils.

Victoire. J’ai réussi à faire naître la colère en lui. Quand un type sans émotion comme lui perd son sang-froid, il fait des erreurs et je peux compter dessus.

Bien sûr, le nombre d’Anges était important, mais le commandement de Michael l’était encore plus. S’il s’énervait, il serait sûr de commettre une faute et je saurais la rendre impardonnable lorsqu’elle arriverait.

Moi qui étais un peu coincé à cause de mon tempérament fougueux et moqueur, je voyais enfin un moyen de m’en sortir.

« Mort-vivant, toujours à croire en tes ridicules assertions. Ta mort est déjà décidée, et en tant que Messie je serai ton bourreau. »

Michael avait repris ses esprits et leva son épée de feu.

« Joignez-moi dans la bataille, mes frères ! Louez la gloire des Cieux ! »

Obéissant à l’ordre de Michael, tous les Anges m’entourant se mirent à chanter de concert. C’était un sort de purification qui, pour le mort-vivant que j’étais, représentait le risque de mettre un terme à mon existence.

« Merde ! N’étais-tu pas en colère il y a trois secondes ? Comment es-tu capable de les faire chanter un truc pareil dans une zone anti-magie ? »

Je fus pris au dépourvu par ce chant purificateur parce que je n’imaginais pas ça possible dans cet endroit. J’étais concentré sur l’épée enflammée de Michael et me préparais déjà à parer à l’aide d’Excalibur. Je n’avais pas prévu qu’il se mette à les faire chanter.

Heureusement, ce n’était pas aussi efficace qu’ils ne l’imaginaient et je pus utiliser un joyau magique pour m’échapper. Rapidement, je sautai de lieu en place et de place en lieu pour m’échapper.

Téléportation ! Téléportation !

« Continuez à le traquer, et que les Anges les plus proches de lui continuent de chanter ! »

J’avais réussi à échapper à l’encerclement avant le couplet final mais il y avait désormais un nouveau problème. Le joyau dans ma main était vide.

Si j’avais utilisé la téléportation d’emblée au lieu de de servir de ce joyau pour tout et n’importe quoi, le résultat aurait été différent. Il s’avérait cependant que je m’en étais trop servi pour balancer des conneries au début du combat et j’avais oublié de vérifier ce qu’ils contenaient encore comme puissance magique. Un choix si anodin avait mené à un résultat drastique.

Merde ! Il est déjà vide ?!

Je n’avais pas jugé utile de garder un œil sur le contenu du joyau et maintenant, j’allais en payer le prix. Le temps que je remarque que je ne pouvais plus me téléporter grâce à lui et que j’essaye de le faire avec mes propres pouvoirs, la zone anti-magie m’entourait déjà à nouveau. Une différence de 0.05 seconde avait annulé le lancement de mon sort, mais cette toute petite fenêtre changeait tout ; c’était aussi catégorique que la différence entre la vie et la mort.

« Continuez de l’encercler et de maintenir la zone anti-magie ! Ceux qui sont les plus proches, chantez sans vous arrêter. »

« UUhh !! Alors c’est là le véritable pouvoir de ce chant !! »

Je pouvais sentir les notes et les mots percer mon corps et le détériorer tandis que je luttais pour balancer le joyau vide et me saisir d’un plein dans ma poche. Leur chanson était néanmoins bien plus puissante et destructrice qu’avant et je ne pouvais plus bouger comme je le désirais.

Mon destin avait été décidé lors de cette différence de 0.05 seconde et un moment de distraction. J’étais maintenant dans une situation dans laquelle je ne trouvais plus d’espoir ; je lutterais néanmoins jusqu’au bout afin de m’échapper.

Allez !

J’avais complètement perdu le contrôle de mon bras droit, celui qui était si proche de se saisir d’un joyau neuf ! Je voulus utiliser mon bras gauche à la place mais le chant divin était trop oppressant et je me faisais écraser sous sa mélodie.

« Comment est-ce que ça peut être si puissant ? Je veux dire, j’ai une résistance magique si élevée ! Cough ! »

Mon corps se détériorait et je perdis ma capacité à voler. Mes deux bras tombaient comme des membres morts et je chutai moi-même vers le sol, impuissant.

« Les Anges au bas de l’encerclement, suivez sa vitesse de chute et assurez-vous qu’il reste au centre de la sphère, ne le laissez pas en sortir même pour un centième de seconde ! Les Anges du haut, continuez de chanter ! »

Ils maintinrent la zone anti-magie et n’en abandonnèrent pas le contrôle, leur encerclement était parfait. Et comme les Anges du haut rejoignaient le chant, la pression doubla.

« Gaaaah ! Ne devriez-vous pas vous entraîner au karaoké, d’abord ? S’il vous plaît, quoi ! Uhaaaa ! Comment je sors de là ?! »

Je hurlais de frustration tout en sachant que je ne pouvais pas m’échapper. Mes bras étaient foutus et ma magie scellée.

Je sentais mon corps brûler de l’intérieur par une puissance divine, leur chant purifiait mon corps de mort-vivant. Je vis les os de ma cage thoracique se séparer et se tordre, tomber en poussière et la dernière chose qui traversa mon champ de vision avant l’invasion des ténèbres fut…

Huh ? Folle.

…Valenor qui hachait menu leur formation à coups de griffes pour tenter de venir à mon secours, désespérée et furieuse.

Merde. Alors, c’est la fin ? Je vais au moins revenir à la vie, j’ai un réceptacle… Hein ?

Je sus que j’étais mort lorsque je me retrouvai dans un monde de ténèbres absolues, un vide sans fin. Cela aurait pu durer pour l’éternité, mais je rencontrai immédiatement une certaine existence.

Tu me fais penser à moi, il y a longtemps. Une soif qui ne disparaît pas même après avoir pris tant de vies… Après avoir détruit des civilisations… Après avoir détruit des mondes.

Tu as tort. Je ne ressens pas cette soif.

Menteur.

Je veux me venger de ceux qui m’ont fait ça.

Ok, tourne ça comme tu le sens, si ça te fait plaisir.

Je me sentis aspiré hors de ce vide… très vide.

Je ressuscite à mon réceptacle de vie ?

Lorsque j’ouvris les yeux, je gisais au fond du lac. Cependant, les Anges m’avaient déjà encerclé, le corps de Nymue était tranché en deux et l’un des Anges était couvert de son sang bleu, debout au fond du lac. J’étais totalement réprimé par la zone anti-magie et une fois de plus incapable de m’échapper.

« Comment avez-vous su pour cet endroit ? »

« Mort-vivant, Nymue est naturellement un membre de la maison Oberon, le Roi des Fées. Il a récemment été accepté parmi les Hauts-Dieux. »

« Quoi ? Non, Nymue avait une mauvaise relation avec lui. »

« Qu’est-ce que tu croyais ? Nymue n’a jamais trahi son roi, elle se jouait de toi. Elle a été envoyée ici par un Chaman des Fées afin de garder un œil sur toi. Elle t’a donné Excalibur pour gagner ta confiance et ça a parfaitement fonctionné puisque tu lui as confié ton bien le plus précieux, ton réceptacle de vie. Par sa traîtrise, elle a aidé son Roi à atteindre la position dont il rêvait et devait retourner à ses côtés pour l’épouser. Ceci dit, Titania, sa femme actuelle, en a eu vent et a obligé Oberon à la faire tuer. Nymue t’a trahi et s’est à son tour fait trahir par son propre roi. Vous n’êtes que deux pauvres victimes. »

« Putain de merde ! Alors vous avez tué tout le monde ? Et Valenor ? Les Dragons ? Mes citoyens ? »

« Quel pitoyable mort-vivant. Même face à la véritable mort, tu t’inquiètes toujours pour les autres. Si tu veux savoir, ils vont tous bientôt te rejoindre. Rassuré ? »

Valenor ! Alpeon ! Bianca ! Jenna ! Arin !

Je lançai des messages télépathiques de manière frénétique et désespérée mais tout ce que je pouvais sentir, c’était les forêts en feu et la ville en ruines.

« J’aurais pu te détruire avant même que tu ne reviennes. Mais je voulais te donner la chance d’observer la chute de tout ce pour quoi tu as travaillé si dur. Dans les annales de l’Histoire, tu seras connu comme un démon assoiffé de sang qui n’a fait que massacrer les humains. »

« Cette Histoire ne serait rien d’autre qu’un pur tissu de mensonges ! Je n’ai jamais attaqué personne à moins d’être provoqué ! »

« Et ça n’a aucune importance, l’Histoire est écrite par les vainqueurs. Tu n’es rien de plus qu’un monstre qui n’occupera que le bas d’une page dans le grand livre de la Gloire des Hauts-Dieux. Chantez avec moi, mes frères, pour la gloire des Cieux ! »

Je fus une fois de plus oppressé par leur chant divin et mon corps se désintégrait à nouveau. J’allais encore une fois mourir. Et sans retour possible.

« Non ! Valenor ! Ma Necropolis ! Mon peuple ! Mes amis ! Je dois les sauver tous, je ne peux pas mourir comme ça ! Je reviendrai me venger, tu entends ?! Je suis Johra, souviens-t-en ! J’écraserai ton arrogance ! Et je traînerai tes Hauts-Dieux aussi arrogants que toi au bas de leurs trônes ! »

Je me surpris à m’écrier tout ça tout en ricanant diaboliquement, mais je perdais déjà ma voix et ma force face à leur putain de chant. J’étais sous l’emprise d’une douleur extrême et je ne pouvais voir que ténèbres et vide face à moi.

Dans la mort, plus rien n’avait de sens.

J’étais de retour dans ce vide intersidéral et infini, à discuter avec cette mystérieuse existence.

Alors ? Désires-tu maintenant assouvir cette soif de vengeance ?

Non. J’ai tout fait pour ne pas tuer sans raison.

Mais tu as tué, et c’était agréable, n’est-ce pas ? Marrant ? Rafraichissant ? Parlons de ces 50 000 humains que tu as tués et transformés en marionnettes de chair morte ?

Ils tentaient de blesser et tuer mes amis. Il était donc naturel de les arrêter.

Mais avaient-ils réellement besoin de mourir pour ça ? tu aurais dû être conscient du fait que ce n’était qu’une armée qui recevait ses ordres et qui les exécutait.

Non ! Ils ne peuvent pas se cacher derrière autrui pour massacrer des gens ! Ils étaient ceux qui allaient agir, n’est-ce pas ?

Alors, c’est ton excuse pour les avoir tués de sang-froid ?

Je les ai simplement arrêtés avant qu’il ne commettent une atrocité.

Tu tentes de justifier ton acte en l’appelant un meurtre préemptif ?

La ferme ! Je n’ai jamais été heureux de prendre une vie !

Est-ce vrai ? N’étais-tu pas en extase lorsque tu les as massacrés ?

Je… J’ai simplement fait ce que j’avais à faire !

Cesse donc de toi-même te cacher derrière des mots.

Non ! Je voulais simplement profiter de ma vie et de mon royaume ! Pourquoi… devais-je tuer ces humains ?

Enfin une question qui a du sens. Parce que tu es un tueur né.

Non ! Tout ça est arrivé parce que je suis devenu une Liche !

Mais n’est-ce pas un choix que tu as fait toi-même, seul et conscient ?

Je n’avais pas le choix ! C’était une question de survie !

Tu ne cesses de ramener tes choix au destin, tout était prédestiné et inévitable, mais tu as toujours eu le choix, pourtant, une option bien plus confortable et sûre.

Non. Il n’y avait rien de tel. Jamais !

Si tu t’étais simplement arrêté, posé, et que tu avais construit une relation avec les autres… Tu n’y as jamais pensé ?

Comment pouvait-ce être une alternative acceptable ?

Faire un choix, c’est refuser. Laisser derrière toi toutes les autres options. Et il y en avait clairement une, paisible, depuis le début. Pose-toi la question. Tu sais que c’est vrai.

Eh bien… Ce n’est pas comme si je pouvais savoir de quoi l’avenir allait être fait. J’ignorais où mes choix me mèneraient.

Tu n’y as pas plus pensé que ça ? Il y a eu des signes depuis le début, des avertissements que tu as choisi d’ignorer du haut de ta propre arrogance.

C’est vrai, je l’étais… Et ça a toujours été mon plus gros problème.

Tu l’admets enfin ?

Oui. C’est vrai.

Que ferais-tu si l’on t’offrait une seconde chance ?

Je ne referais pas les mêmes erreurs.

Vraiment ? Sois plus honnête avec toi-même.

…Je referais probablement les mêmes choix…

Alors quel est l’intérêt de retenter le coup ? Tu désires réellement rester derrière, dans l’Histoire, de cette façon pathétique ?

Non. Je ne peux et ne veux pas le permettre.

Alors veux-tu une opportunité de faire les choses… mieux ?

Oui. Je désire la chance de vivre une nouvelle existence inutile.

Bien. Ce sera la toute dernière fois. Il n’y en aura pas d’autre et ceci mettra un terme à notre marché.

Notre marché ?

Oui, notre marché. Peut-être qu’un jour, si cette dernière chance te le permet, tu t’en souviendras. Après tout, chaque transaction possède son prix.

Ne devrais-tu pas plutôt me dire ce qu’est ce marché ? Eh ! Où es-tu ? Dis-moi !

Peu importe à quel point je m’égosillais, je n’obtins aucune réponse.

Je ne pus dire combien de temps dura exactement mon séjour dans ce vide mais je finis par me faire à nouveau aspirer hors de cet endroit.

« Seigneur, avez-vous ouvert à nouveau les yeux ? »

Lorsque j’y vis clair à nouveau, je vis Noradriana debout au-dessus de moi. Sa puissance et sa sagesse disparaissaient à l’œil nu et elle arborait une blessure mortelle.

« Noradriana ?! »

Raka

Mélange satyrique de Daria et Docteur House, élevé à grands coups de Fluide Glacial pendant un peu trop longtemps, le cynisme n'est égalé que par l'excès d'humour noir et de sarcasme quotidien dont je fais preuve.
Mais on s'en fout, pas vrai ?
Raka

Les derniers articles par Raka (tout voir)

LVL1S : Chapitre 61
LVL1S : Chapitre 63

10 Commentaires

  1. gutsguts

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  2. GoblesGobles

    Merci pour ce chapitre

    Répondre
  3. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  4. Gunts92Gunts92

    J’espere qu’il va se passer quelques chose de bien

    Répondre
  5. Mat

    Merci

    Répondre
  6. Shirosuu

    Merci pour le chapitre, enfaite les hauts dieux c’est un peu des enfoirés de première

    Répondre
  7. essitamessitam

    merci pour le chapitre

    Répondre
  8. Bibi

    Merci pour le chapitre.
    Il va enfin prendre le slime

    Répondre
  9. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  10. Higanbana

    Merci pour ce chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com