MWLU : Chapitre 164

MWLU : Chapitre 163 Bonus
MWLU : Chapitre 165
〈 164. Vagues (2) 〉

 

Le sol s’effondra et ne devint plus que poussière tandis que le ciel, au-dessus de ma tête, brûlait d’un rouge sauvage en se déchirant. De dégoûtantes substances gélatineuses mélangées à d’autres mucus remplacèrent le sol manquant et une chose d’un noir d’encre s’y tortillait, c’était écœurant. Recouvert d’une espèce de film noir comme s’il attendait d’éclore, cette chose me regardait avec des yeux injectés de sang.

Je ressentis la peur pour la toute première fois de ma vie, au moment exact où mon regard plongea dans ces yeux terrifiants. Je réalisai à ce moment qu’il n’y avait absolument aucun moyen de combattre une telle monstruosité.

Je devais m’enfuir, m’enfuir pour ma vie.

Laissant derrière moi souvenirs, regrets et souhaits – je devais m’enfuir vers un autre monde.

Mais je pensais sincèrement qu’aucun humain vivant ne permettrait à un Vampire de passer aussi facilement à travers un portail qui n’accepterait qu’un nombre fini d’individus. Après tout, nous étions la source de leurs problèmes actuels.

Mais il m’importait peu. Je m’avançai tout de même vers le portail en question, m’imaginant tuer tous ceux qui me bloqueraient la route.

Cependant… les humains se montrèrent étonnamment coopératifs.

Les Sorciers humains dispersèrent les vagues d’attaques qui arrivaient dans notre direction tandis que les Chevaliers humains bloquaient désespérément ces créatures noires non-identifiées. À mes yeux, ceci dit, ils ne se défendaient pas, ils se suicidaient, tout simplement.

« Qu’est-ce que tu fais, Ellie !! Déopche-toi et viens ici !! » 1)NdT : Ce n’est pas une erreur de traduction. Le passage est narré à la première personne du point de vue de Bathory, et l’auteur a changé son nom. Le Seigneur son parrain l’appelait sans doute ainsi à une autre époque.

Mon parrain me criait dessus alors que j’étais perdue en contemplation face à ces humains qui combattaient juste là. Je ne parvins pas à continuer à penser bien longtemps, je n’en avais pas le temps. J’entrai dans le portail et m’échappait de mon monde natal.

Ainsi, un tout nouveau monde, un genre duquel je n’avais jamais osé rêver, s’étendit devant mes yeux ébahis ;

« Es-tu un réfugié d’un autre monde ? »

Un autre humain, un tout nouveau, me fixait, sans peur, sans honte.

Mais… Pourquoi ne fuyaient-ils pas, paniqués ? Pourquoi nous avaient-ils aidés ?

Je ne compris pas leur raisonnement à cette époque, et même aujourd’hui, il me perd toujours autant.

« …… »

 

*

 

Capturée par ces souvenirs du passé, Bathory sentit son esprit s’enfouir de plus en plus profondément dans ces ténèbres sous ses pieds, ténèbres ou rien n’existait.

Soudain, une confiance sans fondement naquit en elle et s’éleva tel un oiseau qui étend ses ailes pour prendre son envol.

Son monde natal devait avoir surmonté la crise de la Fissure ; il devait à nouveau posséder ces paysages magnifiques qu’elle et ses compagnons avaient l’habitude d’admirer.

Ce monde natal qui l’attendait maintenant avec un sourire chaleureux, lui tendant des bras accueillants.

Désormais complètement en transe, elle fit un pas de plus en direction de la Fissure.

« Putain, qu’est-ce que tu fous ?! »

Mais quelqu’un l’attrapa par le bras. Ses yeux voilés et obnubilés reprirent conscience ; Bathory tourna la tête vers Sae-Jin, qui lui tenait fermement le bras avant de jeter un œil vers la Fissure une fois de plus, un vrai regard cette fois-ci. Mais le sol continuait de se dérober sous ses pieds. Même si c’était incomplet, ça ressemblait bel et bien à un portail, maintenant. Si elle plongeait dans ces vagues obscures, elle pourrait alors arriver dans ce monde qu’elle désirait tant retrouver.

Seulement… à ce moment, un bras puissant la maintenant avec conviction, et un autre lui entoura la taille sans lui demander son avis.

« Eh… !! »

« Tout le monde, accrochez-vous !! »

Sae-Jin cria en tirant Bathory vers lui. Confirmant que toute l’équipe était fermement agrippée à lui, il se changea aussitôt en Léviathan et activa la téléportation instantanée.

 

*

 

Comme si la vue de la Fissure s’étendant sous leurs pieds de manière presque infinie n’était rien de plus qu’un vilain rêve duquel on se réveille d’un geste, les membres de l’équipe retournèrent au sein de leur salle de conférence souterraine en une fraction de seconde.

Mais personne ne pipa mot ; ils souffraient du choc suite à ce qu’il venait de se passer, quelque secondes, quelques dizaines de secondes plus tôt.

Et merde, ces trucs qu’ils avaient vus, c’était quoi ?!

C’était comme si la surface entière de la Terre devenait une Fissure. Personne n’avait rien vu d’aussi gros.

« Qu’est-il arrivé, alors ? »

Kim Yu-Rin fut la première à briser le silence lourd qui pesait sur leurs têtes, et avec difficulté. Elle était effectivement brave et osa aborder le sujet sans attendre, et celle à qui elle posait la question et de qui elle attendait une réponse n’était autre que Bathory.

Avec une expression compliquée, la Vampire fixa Kim Yu-Rin avant de laisser un ricanement déchirer son visage.

« Quoi d’autre ? Ce putain de gosse a stimulé la Fissure en utilisant mon mana, son propre corps ainsi qu’une plume d’Effrit, voilà ce qu’il s’est passé. »

« Une plume d’Effrit ? C’est quoi ? »

« Tu sais, ce truc. Ce truc qui nous a presque tué, à l’instant. On dirait une pieuvre, avec les tentacules et tout le reste. »

« Ah. »

Kim Yu-Rin hocha stupidement la tête. Bathory secoua la sienne comme si elle désapprouvait la réaction de la jeune femme avant de continuer.

« Ce truc, c’est ce qu’il reste d’un ‘Dieu Démon’ qui vivait dans mon monde natal. Il ne disparaîtra jamais à moins que tu ne tues le corps originel duquel il vient, et son potentiel destructeur dépend de la qualité du mana qu’il absorbe. »

Bathory fit une pause pour un moment avant de laisser échapper un soupir de frustration.

« …Mais ce putain de truc à plumes a absorbé mon mana. Alors lui et le corps de ce connard de gamin vont être consumés afin de permettre à la Fissure de s’ouvrir pour de bon. Même si les choses peuvent être retardées, d’ici deux jours, tout sera terminé. »

Autrement dit, c’était bien la pire des situations possibles. Kim Yu-Rin serra les dents.

« Alors on fait quoi, maintenant ? »

« Eh bien, à vous de décider, mais faites-le vite. Abandonner votre monde et vous échapper… ailleurs. Ou alors… périr, en même temps que cette planète. »

Ses derniers mots eurent un impact fou et firent tituber Kim Yu-Rin qui s’assit brusquement sur le canapé, comme si sa force lui échappait.

Ce fut à ce moment. Sae-Jin, qui les écoutait parler sans rien dire depuis un moment, le regard fixé au sol, leva la tête.

« …Il y a quelque chose qui attise ma curiosité. »

Bathory lui rendit son regard et attendit qu’il développe.

« Est-ce que cette plume fonctionne comme quelque chose d’important ? »

« …Eh, toi. Elle vient d’un Dieu démoniaque. Un putain de Dieu Démon. Il y a le mot Dieu dedans, putain de bordel de merde. Comment peux-tu être aussi con pour ne pas en comprendre les répercussions ? »

« Peu importe. Alors tu dis que son rôle est crucial, c’est ça ? Alors, on a peut-être encore un peu plus de temps que tu ne le penses. »

« ……Tu es vraiment un idiot, c’est désespérant. Tu le sais ? »

Même sous l’assaut des mots secs de Bathory, Sae-Jin se contenta de glousser tout bas avant de sortir un objet qu’il avait emmené avec lui en partant.

C’était une chose qu’il avait attrapée dans la folie de l’instant, un plume noire et étrangement solide – la plume d’un Effrit.

En voyant ça, Bathory ouvrit des yeux grands comme des assiettes.

« Mais… Comment ? »

« Hah. On dirait que c’est le bon objet, si j’en juge ta réaction. Je savais, instinctivement, que ce truc représentait sa faiblesse. Alors, je l’ai simplement prise sans lui demander. »

« …Oh, bon. Bien sûr, tu as fait une bonne action, mais c’est trop tard. Au mieux, tu viens de retarder ce qui allait arriver demain… de deux mois, peut-être. »

Elle disait juste ; peu importe l’optimisme qu’ils mettaient en œuvre, ce fait ne pouvait pas être nié. Et il était suffisamment critique pour jeter à nouveau un froid silencieux sur l’équipe.

Ainsi, le temps fila, et bientôt, le jour laissa la place à la nuit.

Sae-Jin n’avait rien à faire. Il n’avait pas envie de tenir un autre meeting, pas plus qu’il n’osait rentrer chez lui. Pas encore.

Il tentait de résoudre le problème mais finit pas exacerber la situation encore plus qu’elle ne l’était déjà. Peut-être parce qu’il était trop pressé ?

Et comme si cette pensée était partagée par tout le monde, personne ne fit mine de quitter la salle.

Cependant, Bathory avait déjà disparue bien longtemps avant. Sae-Jin ne pouvait que sentir cette douleur dans sa poitrine, amas de frustration et de colère.

Il s’allongea sur le sofa et ferma les yeux.

Il n’aurait pas détesté que toute cette situation finisse par être un mauvais rêve. Pas du tout.

 

*

 

« …Hum, Maître de Guilde ? »

Une voix résonna dans la conscience de Sae-Jin, comme des ondulations à la surface d’un lac.

« J’ai quelque chose à vous dire. »

Lorsqu’il ouvrit ses yeux, rien qu’un peu, il vit Lillia. Comme un mirage né de son rêve qui s’effaçait déjà, elle avait l’air vraiment belle, couverte ainsi par les ténèbres.

« À propos de… ? »

« Pour l’instant, il faut m’accompagner. »

Sae-Jin se frotta les yeux et jeta un œil autour de lui.

« Je suis sûr que ça ira, tout le monde dort encore… »

Tout en grommelant tout bas, il prit la direction de la barrière d’isolation dans la pièce d’à côté, celle qu’Hazeline avait utilisée pour s’entraîner. Après être allé aussi loin et l’avoir activée, Sae-Jin prit le temps de bâiller bruyamment avant de rejeter toute son attention sur Lillia.

« Qu’est-ce que tu voulais me dire ? »

Lillia sourit légèrement.

Pour une raison obscure, Sae-Jin trouvait ce sourire incroyablement charmant et chaleureux.

« On dirait qu’il ne nous reste plus beaucoup de temps, n’est-ce pas ? Bientôt, la Fissure va s’ouvrir dans son intégralité. »

« Ah, ça… »

Et il était là, à presque l’oublier. Sae-Jin ne put que laisser échapper un grognement amer.

« Attends. Comment l’as-tu découvert ? »

Il ne pouvait pas se souvenir le lui avoir dit.

Son gentil sourire ne quitta pas ses lèvres tandis qu’elle lui balança simplement quelques mots énigmatiques.

« Ne vous en faites pas. Tout ira bien, pour tout le monde. Et pour la planète. »

« …Pardon ? »

Lillia était totalement confiante. Bien entendu, Sae-Jin ne comprenait plus rien.

« Une Fissure va tenter de détruire un monde en y insérant une espèce de brèche. Mais étonnamment… À cause de cette brèche, quelque chose qui ne peut pas exister dans une Fissure, quelque chose avec un pourcentage de chances si faible de devenir décisif, un miracle si miraculeux – eh bien, ce miracle va se produire. »

De sa poche intérieure, elle sortir un calepin passé par le temps qui semblait avoir été le témoin du pire de ce qu’on aurait pu offrir à un calepin. Puis, elle le plaça entre les mains de Sae-Jin.

« S’il vous plaît, lisez ceci. »

Sae-Jin l’accepta, le visage perplexe.

« Il va tomber en poussière si je l’ouvre… »

« Il a été traité avec la magie. »

« Oh, vraiment ? …Ceci dit, cette chose… Elle me semble affreusement familière. »

Quelque chose dans ce carnet lui avait vraiment l’air… connu. Sae-Jin tourna la première page en hésitant un peu. Et presqu’aussitôt, il comprit pourquoi.

Les dates écrites çà et là, les détails épars du quotidien et les sentiments posés à plats sur les pages désormais jaunes…

C’était le journal d’une certaine personne.

« C’est… C’est… »

La révélation fut un choc. Il venait de se faire frapper l’arrière du crâne par la fée Clochette version cloches de cathédrale, et son crâne vibrait sous les coups de milles tonnerres. Il ne pouvait plus parler, sans même imaginer penser correctement. Ce qui était écrit sur les premières pages, c’était le début de ce journal qu’il avait commencé à rédiger lui-même.

Lillia ne perdit pas son sourire. Et comme si elle tentait d’imprimer chaque mot dans la tête de Sae-Jin, elle parla prudemment, lentement et avec poids.

« Ce bloc-notes, c’est le vôtre. Pour être plus précise, c’est un journal écrit par une version future de vous-même… Quelque chose comme ça. »

« …………Huh. »

Le seul son qu’il parvint à esquisser fut un soupire vide, amer et impuissant.

Il était dit qu’on pouvait voyager dans le temps en traversant la Fissure.

Il le savait, bien sûr. Il le savait. Mais il ne pensait pas que les choses allaient tourner de la sorte, en toute honnêteté.

« S’il vous plaît, lisez tout. »

« Pour… Pour l’ins… tant… Allons ailleurs. »

Sae-Jin fit de son mieux pour tenir en laisse son esprit désormais fou et enfourna son journal dans la poche intérieure de sa veste.

 

*

 

Sae-Jin se rendit dans un hôtel proche et après y avoir loué une chambre, il se mit à lire. Il passa la journée à ne faire que ça. Il y avait là des choses qu’il avait honte de partager avec d’autres, il y avait des dates manquantes, aussi, comme s’il avait été trop pressé pour les coucher correctement et aux bons endroits. Et le plus important, la partie concernant la Fissure qui s’ouvrait, était vague et manquait de détails.

« Ce livre prophétique… Non… Ce journal a toujours été notre Livre Sacré, et il le reste encore aujourd’hui. Sans lui, nous serions toujours en train de rêver naïvement que nous allions un jour rentrer chez nous. »

« Ok, bien, mais… Au juste… Quand, euh, ‘ai-je’… Quand t’ai-je donné ce journal ? »

« Hmm… Probablement… Il y a à peu près 70 ans. Peut-être. »

« Tu as l’air sacrément jeune pour quelqu’un de ton âge. »

« Haha, c’est seulement mon apparence. »

« Ha, haha… »

Mais plus important, 70 ans. C’était un temps sacrément long. Non, peut-être que c’était même encore avant ça. Sae-Jin commença à sourire amèrement en y pensant.

Lillia lui tenait fermement la main. Et avec une expression quelque peu incertaine, elle s’exprima un peu d’un seul coup.

« La Terre, et nous, nous sommes tous destinés à être sauvés. Par vous. »

Sa voix contenait une révérence puissante. D’ailleurs, il avait remarqué que depuis quelque temps, elle s’était mise à le vouvoyer. De nombreuses personnes le faisaient depuis qu’il avait acquis sa puissance politique et industrielle et il n’y avait pas prêté attention mais elle… c’était définitivement étrange.

« …Je ne compte pas m’enfuir, alors pas la peine de me consoler. On dirait que c’est de toute façon gravé dans la pierre, de toute façon. Si je peux me sauver, sauver la planète, tous ceux qui me sont chers, alors c’est parfait, je suppose… Mais je ne me sens pas très bien en pensant à ce qui m’attend, tu sais ? »

Sae-Jin esquissa un sourire forcé et lui posa une question. Il était réellement curieux.

« Mais, qu’est-ce que ce journal avait à voir avec le Seigneur Vampire ? »

Cette chose qu’il avait dite, la prophétie qui restait gravée dans son esprit – comment ce livre pouvait-il avoir un quelconque rapport avec… ?

« Ce livre est le livre, l’original, et je l’ai gardé avec moi via Spiritualisation. Pendant ce temps, j’en ai fait une copie supposée ressembler à un ancien tome, et l’ai stocké quelque part sous terre, dans une chambre forte. Le Seigneur s’est emparé de cette copie pour l’étudier. »

« …Attends voir. Tu dis que les Vampires ont étudié mon journal ?! »

« Fuhut. Non. Bien sûr que non. Le seul qui a fait ça était le Seigneur. Les autres Vampires effectuaient des recherches sur un ancien tome que nous avions amené de notre monde natal. »

« Aha… Je suis à côté de la plaque. »

« Oui, on dirait. »

La conversation se teinta d’un peu d’humour qui ne dura que pour un bref instant avant de laisser sa place au silence.

Le cliquetis de l’aiguille de l’horloge avait l’air si tranchant, à cet instant. Le temps filait, inlassablement.

Après avoir observé son journal pendant encore quelque temps, Sae-Jin grommela tout bas, d’une voix qui laissait entendre son dégoût.

« Au fait, si les choses se passent comme ce journal le décrit, alors… ça risque d’être déprimant. Ah, peut-être que l’ennui serait un terme plus adapté… »

« …Quoi qu’il se passe, vous allez devoir abandonner un certain nombre de choses, en effet. »

Lillia le fixait d’un air doux. Sae-Jin croisa son regard sans le vouloir.

« Peut-être souhaitez… Souhaites-tu ma compagnie ? Je suis toujours prête… »

Elle avait visiblement pris ce regard pour tout autre chose et se mit à défaire les boutons de sa robe.

« Pas la peine. S’il te plaît, pars. J’aimerais rester seul, pour l’instant. »

« Eh ? Mais dans ton journal, nous… Ah, était-ce une blague ?! »

« …Fut. Pour l’instant, laisse-moi seul. S’il te plaît. »

Grâce à elle, il se sentait effectivement déjà un peu mieux.

 

*

 

Lorsque le soleil de l’aube se leva, Sae-Jin quitta l’hôtel. Il erra dans les rues, au hasard, sans but, tout en s’accrochant à cette plume. L’héritage du Dieu Démon… Les choses qui devaient être faites. Il était le seul à pouvoir les faire, et c’était plutôt clair.

Dans ce cas, pourquoi tremblait-il ? Pourquoi hésitait-il ?

Sae-Jin secoua la tête pour en chasser toutes les pensées inutiles avant de fourrer la plume dans sa bouche.

Comme écrit dans son journal, de nombreuses… NOMBREUSES fenêtres apparurent dans son champ de vision.

Cependant, il ne ressentait aucune joie, ce n’était pas comme pour toutes les autres évolutions, non. Il ne se sentait pas non plus déprimé. Pas même ce sens des responsabilités auquel il s’était toujours accroché ne brûlait en lui, à ce moment précis. Non, il sentait simplement que c’était une chose qu’il devait faire.

C’était comme ça.

[Condition remplie : Le Loup qui tue le Dieu, Fenrir.]

– Le potentiel dormant explose après avoir ingéré une plume d’Effrit.

– La quantité n’est pas suffisante, l’hôte ne peut devenir Fenrir que pour une journée.

Putain, Fenrir, de quoi on parle, maintenant ?

Un grognement naquit automatiquement tout au fond de sa gorge.

Raka

Mélange satyrique de Daria et Docteur House, élevé à grands coups de Fluide Glacial pendant un peu trop longtemps, le cynisme n'est égalé que par l'excès d'humour noir et de sarcasme quotidien dont je fais preuve.
Mais on s'en fout, pas vrai ?
Raka

Les derniers articles par Raka (tout voir)

MWLU : Chapitre 163 Bonus
MWLU : Chapitre 165

References   [ + ]

1. NdT : Ce n’est pas une erreur de traduction. Le passage est narré à la première personne du point de vue de Bathory, et l’auteur a changé son nom. Le Seigneur son parrain l’appelait sans doute ainsi à une autre époque.

11 Commentaires

  1. DarkramDarkram

    Merci pour ce chapitre !

    Euh c’est moi ou cette espèce de Dieu maléfique me fait affreusement penser à un Dieu du style lovecraftien. Non parce que là, je ne vois pas qu’est-ce que ça pourrait être d’autre et si c’est le cas, ils sont effectivement dans la merde ^^”…

    Euh d’accord… En gros, l’auteur nous fait le coup du voyage dans le temps. ça explique pas mal de chose ^^. Bon, je le savais déjà depuis longtemps vu que j’avais lu le novel en VA mais à relire ça, ça fait bizarre ^^”. ça peut être bien comme ça peut être une facilité scénaristique. Et puis, c’est toujours un sacré bordel quand on utilise le voyage dans le temps comme élément scénaristique ^^”.

    Bon ben Lillia fait officiellement partie du harem de Sea-Jin. Putain ! ça fait combien de nanas là ? Parce qu’on s’y perd maintenant XD !

    Sérieusement, Fenrir ??? Mais allez ! Rendons encore plus pété Sae-Jin qui n’était pas déjà assez pété comme ça ^^”… J’ai l’air médisant mais avouons-le : c’est pour notre plus grand plaisir :p !

    Vivement le prochain chapitre !

    Répondre
  2. Gunts92Gunts92

    Avec les derniers chapitres j’ai vraiment l’impression qu’il va mourir parce que je le vois pas finir avec Jung

    Répondre
  3. Cèlen

    Merci pour le chapitre!!

    Répondre
  4. Kyora

    Fenrir rien que ça.

    Répondre
  5. IsybileXiaoNovels

    Fenrir. Rien d’autre à dire, juste ce mot annonce la suite hahaha

    Merci pour le chapitre haha

    Répondre
  6. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  7. gutsguts

    Merci pour ce chapitre

    Répondre
  8. Aximili

    Merci pour le chapitre !

    Répondre
  9. GoblesGobles

    Merci pour ce chapitre

    Répondre
  10. Badich

    Merci pour le chapitre !

    Petite supposition (j’ai pas lu la VA). Mais Le MAh-In venu d’une fissure et qui est son grand-père (ou arrière)…. C’est lui même, non?(ça serait glauque) et finalement le monde d’origine des vampires est simplement le futur de ce monde : l’original qui fini mal et ou plusieurs espèce tente de fuir pour changer l’histoire… vue que le seigneur vamp. a une version plus ancienne de ce livre et que le monstre décrit par Bathory ressemble étrangement à l’oiseau bouffeur de mana ultra chiant qu’il croise tout le temps :D.

    PS : Je veux pas les réponses bien sur (j’attendrais la fin). Mais je trouve cette supposition pas trop mal :D.

    Répondre
    1. DarkramDarkram

      Je vais te répondre ! Vois-tu, … Non ! Je déconne :p !!!

      Tout ce que je pourrai te dire, c’est que la fin est assez surprenante dans un sens. Je n’en dis pas plus mais attendez-vous vraiment à être bien surpris ^^. Rien qu’avec ça, j’en ai peut-être trop dit mais je prends le risque :p.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com