ICDS - Chapitre 186

ICDS - Chapitre 185
ICDS - Chapitre 187

Et hop-là, bon beau gros cliffhanger pour la fin, mouhahahahaa

 

Chapitre 186 : Synthèse de Sort (5)

 

Je ne pouvais emmener qu’un seul Explorateur avec moi en utilisant Voyage Dimensionnel. Cependant, les êtres sous contrats comme les élémentaires ou les compagnons apprivoisés pouvaient m’accompagner sans restriction, tout comme je pouvais les emmener dans le donjon depuis la Terre.

Je pouvais toujours désinvoquer mes élémentaires si quelque chose devenait dangereux, mais pour Plene et Lotte, c’était un peu plus gênant. Bien sûr, elles insistaient toutes les deux pour venir mais Plene n’avait pas les compétences nécessaires pour notre expédition. Elle ne pouvait pas se défendre elle-même, et sa capacité n’était pas adaptée pour le combat direct. De plus, je ne savais pas si ses capacités fonctionneraient bien contre les vers de cerveaux. Bien que ça me peine de la laisser derrière, je n’avais pas vraiment le choix.

D’un autre côté, Lotte était suffisamment forte pour se défendre elle-même et elle pouvait se transformer en humain (j’étais curieux sur le pourquoi du comment de cette capacité), ses aptitudes s’en voyant étendues. Elle était un compagnon fiable pour cette mission.

Pour info, je m’étais assuré qu’elle porterait des vêtements adéquats sous sa forme humaine. Je lui avais donné des vêtements en cuir élastique. Bien qu’elle ait refusé de porter des vêtements au début, lorsque je m’étais mis à bouder et à agir comme si j’étais triste qu’elle n’accepte pas mon cadeau, elle avait froncé les sourcils en les enfilant. Hihi, je devenais de plus en plus doué pour manipuler mes subordonnées !

Lotte avait regardé Plene avec un regard hautain lorsque j’avais dit à cette dernière qu’elle ne pouvait pas nous accompagner.

« Huhuhu, tu vois, Poiscaille ? C’est le choix du Héros. »

« Je ne suis pas un poiscaille ! Je suis une sirène ! »

« Non… C’est juste que tes capacités ne correspondent pas à la mission, Plene. Souhaite-nous bonne chance. »

« Hic… Okay. »

« Tu es faible ! Tu sais pourquoi, Poiscaille ? »

« Je ne suis pas un poiscaille ! Et je ne suis pas faible ! Shin a dit que j’étais une bonne chanteuse ! »

« Tu es faible parce que tu manques d’entrainement ! »

« Entrainement ? »

« Ouais, ouais, allons-y, Lotte. »

Depuis qu’elle s’était transformée en humain, elle apprenait beaucoup de choses bizarres. En tout cas, il ne restait que 5 minutes avant mon rendez-vous avec Lebuik au bar. Je m’étais dépêché de quitter le Repos des Anges avec Lotte en me dirigeant vers la Zone Résidentielle du Premier Donjon. La première chose que j’avais faite était d’accepter la requête pour Mercenaire Dimensionnel. Puis, alors que je me dirigeais vers le bar, l’attention des gens s’était dirigée sur moi.

« C’est le Maître de Revival. »

« Le Héros de la Terre ? »

« Tu as regardé le rang de sa guilde ? Ils sont déjà rang B ! »

« Hey, ne pense même pas à emmerder cette guilde. Une guilde administrative la seconde. »

‘On est différent de Scorpion du Désert ! On a pas l’intention d’abuser de l’autorité des guildes administratives !’ Bien que j’aie voulu leur dire ça, je ne l’avais pas fait. Lotte s’était énervée à la place.

« Est-ce qu’ils insultent le Héros ? Non pas que je pense grand-chose de lui mais il a su me soumettre par la force. Quelle est leur force pour oser l’insulter en plein milieu de la rue ?! Je dois tester leur force ! »

« Lotte, s’il te plaît. Aussi, n’utilise pas de mots comme ‘soumettre’. »

« Mais tu devrais être fier, Héros. Réussir à me soumettre sans utiliser la force. Cela montre à quel point tu es grand ! »

Nos alentours s’étaient encore plus animés.

« Hey, vous avez entendu ça ? »

« Je me demandais si c’était une nouvelle femme. C’est bien ce que je pensais… »

« Sans utiliser la force… Ça veut dire… »

« Ugaaaaaaaaah ! »

« Héros ? »

J’avais attrapé Lotte par la main avant de courir vers le bar en utilisant Charge Déferlante. Là, j’avais vu Lebuik avec une expression solennelle sur le visage. Elle portait un set d’armure de meilleure qualité que celui de la dernière fois et une large claymore dans le dos.

« T-Tu es là. J’y ai pensé un long moment, mais si je peux voir le visage de Ren encore une fois, je n’aurais aucun regr-Kyak ! »

« Allons-y ! »

Si je restais plus longtemps dans la Zone Résidentielle, ma réputation dégringolerait jusqu’à qu’elle ne puisse plus s’en remettre ! Lebuik semblait essayait de justifier son choix de venir à Panan mais j’étais trop pressé et paresseux pour l’écouter. Elle aurait pu juste dire qu’elle voulait voir Ren !

« Bien, Voyage Dimensionnel ! »

« A-Attends ! »

« Trop tard ! »

La Zone Résidentielle s’était floutée, comme si elle avait été peinte à la gouache et qu’on avait créé un tourbillon dans la peinture fraîche. Lorsque la spirale de gouache s’était reformée, un nouveau monde était apparu. Le ciel était noir sans une seule étoile en vue. Tout était calme. Nous étions dans une petite clairière au milieu d’une forêt dense.

« Je t’ai dit d’attendre Gam… »

Lebuik, qui était sur le point de dire quelque chose, s’était soudainement arrêtée de parler. Elle s’était figée en regardant derrière moi. Puis, elle s’était effondrée comme si ses jambes ne la supportaient plus.

Je m’étais retourné et là, j’avais vu Ren qui me regardait avec des yeux comme des soucoupes.

« Ren. »

« Tu es vraiment… Tu es vraiment venu. Prince Couronné… ? Mais, je t’avais dit de ne pas venir, alors pourquoi ? »

Lorsque le Voyage Dimensionnel était utilisé pour une requête de Mercenaire Dimensionnel, l’utilisateur apparaissait naturellement à côté de la personne qui avait soumis la requête. Autrement, l’utilisateur serait invoqué près de la personne dans sa liste d’ami en contact avec ce monde. Dans tous les cas, je serais donc apparu à côté de Ren.

Sa voix était inhabituellement calme. En fait, se voix semblait être étouffée, comme si elle ne voyageait pas naturellement dans l’air. J’avais fermé les yeux un bref moment avant de les ouvrir de nouveau. J’avais analysé le mana des alentours.

« C’est un artéfact ? »

« Oui. Je l’ai obtenu afin d’empêcher que nous soyons repéré par l’ouïe. Le donjon est vraiment formidable. »

Ren avait alors sorti un pendentif pentagonal en souriant. Puis, il avait de nouveau froncé les sourcils. Il semblait s’être rappelé de ce dont nous parlions juste avant.

« Attends, ne change pas de sujet, Prince Couronné. Il n’est pas trop tard, tu devrais- »

« Si je pense que c’est trop dangereux, je partirais de mon côté, donc ne t’inquiète pas. »

« … Maintenant que tu dis ça, je me sens blessé. »

Ses oreilles de lion s’étaient affaissées. Mon poing avait hurlé face à cet acte mignon qui ne correspondait pas du tout à Ren, mais j’avais ravalé mon envie pressante de le tabasser.

« En tout cas,  je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour empêcher les El Patiz de te cibler, même au prix de ma vie. Je ne t’arrêterais pas pour le moment, mais si ça devient dangereux, je ‘en supplie, enfui toi à mon signal. »

« Ouais, ouais, compris. »

« Dans ce cas, laisse-moi te présenter aux enfants. Ils n’ont pas été en mesure de se reposer depuis longtemps, donc ils se sont quasiment effondrés au sol lorsque nous nous sommes arrêtés. Huhu, tu vas être surpris à quel point ils sont adorables. »

Ses oreilles dansaient au-dessus de sa tête, montrant son affection pour les enfants. A ce moment-là, j’avais parfaitement compris Ren. La raison qui le poussait à combattre aussi ardemment, c’était eux… J’avais hoché la tête sérieusement en tapotant légèrement l’épaule de Ren.

« Ren… Huuu, je comprends. Je comprends parfaitement. »

« Hein ? Merci pour ta compréhension… Mais ta compréhension de quoi ? Non, rien, oublie, dis-moi plutôt qui est cette magnifique jeune femme à côté de toi ? C’est une Mercenaire Dimensionnelle ? »

Ren, qui n’avait pas d’immunité face aux femmes, n’avait pas mis longtemps avant de remarquer Lotte avec un regard gêné. Je lui avais donc présenté.

« C’est mon animal de compagnie. »

« Mon nom est Lotte. Le Héros m’a nommé ainsi. N’embête pas le Héros, Lion. »

« Animal de compagnie ?! »

« Gamin, tu es le pire ! »

« …Hein ? »

C’était à ce moment que Ren avait enfin remarqué la femme accroupie derrière moi. Lebuik avait rapidement mis sa main devant sa bouche mais il était trop tard. Ren l’avait découvert et avait ouvert les yeux en grand.

« Sire… Lebuik… »

« V-Votre Majesté… »

Elle s’était rapidement relevé en s’époussetant son armure avant de témoigner son respect à Ren.

« Donc vous étiez vraiment en vie, Sire Lebuik. »

« M-Mes excuses… Même si j’avais dix bouches, je ne pourrais pas m’excuser suffisamment en une vie. »

Ses oreilles s’étaient affaissées en disant ça. Pour être honnête, regarder leurs oreilles à tous les deux était vraiment intéressant.

Cependant, Ren avait éclaté de rire. Ses oreilles à lui tressautaient de joie.

« Je suis heureux ! Je suis extrêmement heureux que vous soyez en vie, Sire Lebuik ! »

« Votre Majesté… »

« J’étais inquiet que vous ayez raté l’opportunité de retourner dans le donjon. Après tout, votre loyauté était la plus grande de tout le royaume. »

« N-Non, votre Majesté. Je ne suis qu’un chat vaincu qui est parti la queue entre les jambes en fuyant devant l’ennemi. »

Elle était donc un chat… ou plutôt une chatte. Alors que je m’imaginais l’image d’un chat courant pour fuir ses adversaires, Ren avait souri amèrement en lui tapotant gentiment l’épaule.

« Levez votre tête, Sire Lebuik. La seule raison pour laquelle je suis encore en vie, c’est l’art du maniement de l’épée que vous m’avez enseigné. De plus, je suis touché que vous ne m’ayez pas oublié et que vous soyez revenue. »

« Ren… »

‘Ah, sa queue bouge.’ Elle semblait bouger de gauche à droite pour indiquer sa joie. Être capable de démontrer l’amour d’une femme via un mouvement de queue, les hommes-bête étaient vraiment incroyable !

Inquiet par le fait que Lebuik se mette soudain à sauter sur Ren, j’avais rapidement mis mes mains entre les deux.

« Bien que je sois heureux de vos retrouvailles, pourrions-nous en rester là pour le moment ? Ren, quand est-ce qu’on part ? »

« Hmm, je voudrais que les enfants dorment plus longtemps, mais nous devrons probablement partir avant le lever du soleil. Les techniques de pistages des assassins sont vraiment vexantes. Pour être exact, les El Patiz se sont approprié nos techniques de pistage et d’assassinat. »

« Votre Majesté, je jure solennellement de vous protéger de tout danger ! »

« Je préfèrerais que ça soit vous qui surviviez. »

« Votre Majesté, non, je vais… ! »

« C’est hommes-bête sont étranges. Pourquoi est-ce qu’ils veulent tellement mourir ? »

« J’étais sur le point de poser la même question, Lotte. »

C’est ce que j’avais dit, mais je savais que Lebuik comptait se racheter pour avoir abandonné Ren et Panan.

Pour être honnête, lorsque je lui avais parlé de la situation, je m’étais qu’à moitié attendu à ce qu’elle vienne. Je ne comprenais pas complètement si c’était l’amour ou un nouvel élan de loyauté qui l’avait faite bouger, mais j’espérais que ses actions porteraient de bons résultats pour elle et Ren.

« Un fruit. »

Lotte semblait parfaitement familière avec sa forme humaine et avait sauté à la hauteur parfaite pour attraper un fruit pendant à la branche d’un arbre. Elle l’avait ensuite frotté avec sa manche avant de mordre dedans. Ses mouvements semblaient un peu sauvage, et on pouvait deviner une partie de sa nature en l’observant attentivement. Le meilleur exemple restait ses canines surdéveloppées. J’avais pris le fruit qu’elle tenait avant de mordre dedans moi-aussi. Puis j’avais demandé à Ren.

« Est-ce que le vol est une option ? »

« Nous n’avons aucun moyen de voler. Et même si c’était différent, le ciel est rempli d’ennemis. En fait, nous sommes dans la forêt afin de nous cacher des escouades aériennes.

« Ren, est-ce que tu pourrais me dessiner le chemin que nous devons prendre entre ici et la côte ? »

« J’ai une carte, je vais te montrer. »

« Gamin, tu sembles plutôt habitué à ce genre de choses… »

« Et toi, Lebuik ? Pour un chevalier, tu ne sembles pas particulièrement habité à tout ça. »

« Toi… ! »

« Sire Lebuik n’a que peu d’expérience du champ de bataille. Elle était ma garde personnelle et mon enseignante dans l’art de manier l’épée. Soit plus indulgent, Prince Couronné. Tu as l’habitude de commander les soldats d’un empire et de combattre dans des guerres. Ce n’est pas gentil de te comparer à elle comme ça. »

Pendant un moment, j’avais sérieusement écouté ses paroles avec un regard interloqué. Il ne pensais pas réellement que j’étais un Prince Couronné, non ?! Puis, j’avais regardé Lebuik, qui était au bord des larmes, et j’avais perdu ma volonté de répondre à ça. J’avais hoché la tête en mordant une nouvelle fois dans le fruit. Puis Lotte s’était exclamée.

« Héros, il y a un ver dans le fruit. »

« Kyaaaaaaak ! »

« Prince Couronné ?! »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A ce moment-là j’avais tremblé pendant 30 secondes, mais heureusement, ce n’était pas un ver de cerveaux. Dieu merci… Mais pourquoi au moment où j’essayais de me la péter ! S’il y avait eu un trou dans les parages, je me serais terré dedans avec honte ! (NdT : Je vous ai bien eu avec l’histoire du cliffhanger, hein ? xD)

AlthanMaiel

AlthanMaiel

Traducteur d'ICDS. C'est un gamer enfermé dans le passé. Il préfère écouter du rock des années 80-90 et jouer à des vieux MMORPG que de se plier aux temps modernes. Pour lui, lire est un moyen de s’évader et créer son propre monde et traduire est sa façon de le partager.
AlthanMaiel

Les derniers articles par AlthanMaiel (tout voir)

ICDS - Chapitre 185
ICDS - Chapitre 187

19 Commentaires

  1. grenvious

    merci pour le chapitre ^^

    Répondre
  2. KryllaKrylla

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  3. HinomuraHinomura

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  4. Kitsune

    T’abuse xDD!!
    En tout cas merci pour le chapitre xD

    Répondre
  5. SebO

    Merci pour tout ce travail!!!

    J’ai marché à 200%, j ai cru que c’était fini :p
    Puis cru à une erreur de chargement de la page,
    pour enfin bien rigoler de ma naïveté 😉

    Bien joué !

    Répondre
  6. Higanbana

    Merci pour ce chapitre

    J’y ai crue a fond, t’abuse.

    Répondre
  7. RV

    Merci pour le chapitre.

    Bien joué !

    Répondre
  8. psycho

    Merci pour le chapitre 🙂

    Répondre
  9. gutsguts

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  10. hollowrebel

    merci pour le chapitre

    Répondre
  11. tang san

    merci pour le chapitre
    Et bha moi je n’y ai pas crus nananaire ! 😉

    Répondre
  12. sai1905

    perso, osef. après 186 chap d’ICDS, j’ai maxé mon arbre de compétence en résistance de cliffanger

    Répondre
  13. Khultima

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  14. Zhexiel Kurokage

    Merci pour le chapitre.
    PS : Même si ça avait été un ver de cerveaux il l’aurait tué en le mordant non ? Alors pourquoi une telle panique ??

    Répondre
    1. sai1905

      un vers coupé en morceau peut survivre sans problème(même si c’est que le morceau le plus gros et qui comporte l’une des 2 extrémité originale)

      Répondre
  15. Helda

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  16. TesaYuuTesaYuu

    Merci pour le chapitre, dommage mon niveau de résistance au cliffanger à atteint le niveau 8 il n’y a pas longtemps ^^

    Répondre
  17. Cèlen

    Roooo c’est pas sylpa ce genre de feinte!!!! Merci pour le chpt ^^

    Répondre
  18. essitamessitam

    merci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com