BTTH Chapitre 311

BTTH Chapitre 310 part 2
BTTH Chapitre 312

Birdel de morde, c’était LONG, très long… Mais voilà enfin le BTTH de fin de semaine pour vous préparer au week-end ! SW sortira dans la soirée du coup x_x

Bonne lecture à tous ! <3

Chapitre 311 – Le clandestin en noir

Xiao Yan traversa la rue et se rendit directement à l’auberge où il résidait. Les regards évaluateurs et adorateurs que lui jetait la foule lui donnèrent une légère migraine, et il ne put s’empêcher de hâter son pas. Il traversa ainsi quelques rues et entra dans l’auberge, où il rejoignit sa chambre.

Il en poussa la porte, entra et la fermera derrière lui. Il s’appuya alors contre la porte et poussa un long soupir en se frottant le front. Il avait l’air quelque peu fatigué ; deux manches d’épreuve n’avaient pas l’air très éprouvantes comme ça, mais leurs énigmes l’avaient grandement troublé. La course contre la montre face au jeune homme en gris avait rajouté à sa fatigue… Contrôler la Flamme Exceptionnelle demandait une certaine précision, et hâter le processus avait davantage encore épuisé son esprit.

Il secoua la tête et se redressa pour avancer, puis il alla s’asperger le visage d’eau glacée pour se réveiller. Ensuite, il se rendit dans ses quartiers et s’assit en tailleur sur son lit ; il se força à résister à l’envie de simplement dormir, ferma les yeux et forma le sceau d’entraînement. Il calma sa respiration de son mieux et entra lentement dans son état méditatif d’entraînement.

Il avait bien compris, après toutes ces années d’entraînement, qu’il obtenait de meilleurs résultats avec moins d’efforts en s’exerçant une fois épuisé. Ce n’était un secret pour personne, mais toute personne désirant devenir forte devait accumuler de la puissance au fil du temps, quel que soit son talent. Yao Lao avait dit qu’il ne pourrait rapidement monter en niveau qu’en ayant accumulé de la puissance pendant longtemps. C’était là la vraie voie à suivre pour devenir fort. Il en était également intimement convaincu.

La respiration un peu agitée du jeune homme devint régulière tandis qu’il se plongeait dans son état méditatif, jusqu’à devenir presque imperceptible. Les environs fluctuèrent légèrement et de nombreux courants d’énergie visibles à l’oeil nu suivirent sa respiration et se déversèrent en lui. Ils finirent par être raffinés et se transformèrent en pure énergie, qui envahit ses veines, ses os et ses cellules.

Il sentit clairement sa fatigue mentale se retirer comme la marée sous cette invasion d’énergies.

Après presque deux heures d’entraînement continu, l’adolescent assis droit comme un piquet sur son lit secoua soudainement son doigt. Il ouvrit lentement les yeux et une lueur traversa ses deux pupilles noires.

Il ouvrit la bouche et cracha un air trouble relativement noir à l’odeur légèrement âcre.

Il tordit son cou, baissa la tête et observa son majeur gauche qui était légèrement noir. Il fronça un peu les sourcils en disant à voix basse : “Cette saleté est aussi incrustée qu’un ver dans le tarse… Je me demande si je bénéficie ou pâtis de l’extraction du poison…”

La Flamme Exceptionnelle avait beau le protéger, il ne pouvait tout simplement pas ignorer ce poison qui pouvait être instantanément fatal chez ses victimes, pas vrai ?

Le jeune alchimiste sourit amèrement et secoua la tête. “Aaaah… Je ne peux qu’attendre que Maître se réveille. Peut-être aura-t-il une solution à ce problème.” Il s’allongea et murmura : “Une fois que la Grande Assemblée terminée, j’irais extraire le reste du Poison Brûlant chez Nalan Jie. Je pense qu’il devrait pouvoir récupérer, et à ce moment…”

Il avait autrefois pensé qu’en voyant Nalan Yanran à nouveau, il serait si furieux qu’il aurait du mal à contrôler ses émotions. Cependant, lors de leur rencontre cette fois-ci, il réalisa qu’il était aussi calme face à elle que s’il ne l’avait jamais rencontrée. Peut-être était-ce dû à son déguisement de ‘Yan Xiao’ mais durant ce temps, il analysa froidement ses moindres paroles comme un étranger.

Les trois années passées avaient rendu ce tendre jeune homme en quelqu’un de mature et placide. En y repensant, cette grande farce que fut l’annulation de leurs fiançailles était effectivement très drôle. C’était très drôle, oui, mais la rage qui le rongeait alors avait disparu.

Sa réaction intense de l’époque était probablement due à son énorme sensibilité, née de son statut d’infirme. Il avait été forcé de subir les regards méprisants et dédaigneux des membres de son clan, et Nalan Yanran avait parallèlement poignardé brutalement son cœur fragile et sensible en annulant de force leurs fiançailles. Il ne put supporter davantage de se faire piétiner aussi violemment et explosa enfin… C’est pour cette raison que la situation avait dégénéré il y a trois ans de ça.

À tout le moins, le Dou Shi se rendit compte en y réfléchissant que s’il avait pu continuer à profiter du talent qu’il avait démontré auparavant, sans subir de revers et sans devenir un infirme, il n’aurait pas été aussi furieux que Nalan Yanran vienne rompre leurs fiançailles.

Cela dit, il était au moins sûr d’une chose : s’il n’avait pas été un type inutile quelque temps et si son ex-fiancée n’était pas venue rompre leurs fiançailles, il n’aurait jamais pu atteindre son niveau actuel qui provoquait l’admiration de tous avant d’avoir vingt ans.

Il rêvassa un peu en pensant à ces évènements qui avaient changé son avenir. Il sourit amèrement et secoua la tête. Il ne pouvait pas changer le passé, aussi allait-il devoir se rendre à la Secte des Nuages Brumeux, quels que soient ses rapports actuels avec Nalan Yanran.

Il ne la haïssait peut-être plus trop à présent, mais la rupture forcée de leurs fiançailles avait complètement embarrassé son clan et son père, qu’il chérissait énormément, ce qui revenait à une humiliation publique sur la scène sociale de l’Empire Jia Ma. C’était une honte pour le clan tout entier.

Xiao Zhan avait beau ne jamais parler de cette histoire de crainte de provoquer son fils, ce dernier savait parfaitement que son père avait également souffert de cette histoire. Il était le premier chef de toute l’histoire du Clan Xiao à subir une aussi grande humiliation que l’annulation contrainte de ses fiançailles. D’autant plus que son père, qui les avait organisées, avait juré sur l’honneur que celles-ci auraient bien lieu.

Qui plus est, le jeune homme surnommé “l’infirme” avec obstinément promis à son père, dans le hall principal du clan qu’il leur ferait payer cet affront.

C’était grâce à cette promesse qu’il avait commencé son entraînement intensif et éventuellement quitté le clan. Comme un ascète, il avait erré dans l’empire en perdant peu à peu sa naïveté.

Durant les deux années suivantes, Xiao Yan arpenta la moitié de l’Empire Jia Ma avant de revenir enfin dans cette ville pour boucler la boucle. Il n’avait plus vraiment envie de se venger de Nalan Yanran, il voulait juste rapporter à son père la nouvelle de sa victoire pour le débarrasser de sa culpabilité…. Après quoi, il lui sourirait et rirait en disant : “Cette fois, j’ai vraiment divorcé d’elle et personne ne pourra en douter.”

Voilà pourquoi il devait se rendre à la Secte des Nuages Brumeux, quoi qu’il arrive. Bien sûr, en cas de victoire, il ne serait pas contre lâcher une ou deux phrases assassines à celle qui prenait des grands airs et se parait de mépris face à lui du genre : “Ton jugement est vraiment médiocre.”

Ce serait sa dernière petite vengeance envers elle…

Il avait gagné des choses et en avait perdu d’autres durant ces trois années. Au final, cependant, ces changements étaient les bienvenus.

“Pfiou…” Le jeune homme poussa un long soupir. Il glissa ses mains derrière la tête et perdit son regard au loin. Se faisant, une jeune femme aussi élégante qu’un lotus apparut dans son esprit. Un petit sourire, entre le froncement de sourcil et le rire, apparut involontairement sur son visage glacial.

Il ne ressentait pas grand-chose pour cette femme qui avait failli devenir sa femme. Il n’avait pas de sentiments à son égard par le passé, et il n’en aurait probablement pas dans le futur. On pourrait, au pire, lui trouver cette petite envie qu’un homme aurait de conquérir une femme au noble statut… Il avait soudainement senti, après deux ans de solitude, que son coeur s’était tourné sans qu’il s’en aperçoive vers une jeune femme.

Elle était une perle absolument éblouissante et pourtant, elle aimait se cacher à ses côtés et jouer les malheureuses.

Cette demoiselle aussi douce qu’une pluie d’automne s’était silencieusement infiltrée dans son coeur sans qu’il ne s’en aperçoive. En dépit de sa jeunesse, son intelligence lui permit de comprendre que si elle voulait conquérir son coeur tourmenté, elle devait le couver d’affection et de chaleur sur le long terme. Un jour, son aimé comprendrait ses sentiments en s’apercevant de tout ce qu’elle avait pu faire pour lui.

Une douce chaleur envahit son être alors qu’il se remémora son visage élégant et touchant : “Attends-moi, Xun Er. Je viendrais te trouver une fois que j’en aurais fini ici.”

Tandis qu’il marmonnait, un léger son retentit abruptement sur le toit : “*Tousse*.”

Pour quelqu’un à la sensibilité aussi remarquable que Xiao Yan, cette petite toux n’était pas différente d’un cri étouffé. Il changea aussi d’expression et cria : “Qui va là ?”

Au moment où il cria, il frappa son lit de la paume de la main et bondit agilement par la fenêtre. Il appuya du bout du pied sur une pierre protubérante, et bondit vers le toi comme un énorme oiseau. Il balaya aussitôt les environs d’un regard glacial.

La lune, haut dans le ciel, illuminait la ville de ses rayons argentés. Malgré cette lumière sélène, il ne vit personne sur le toit.

Il plissa alors les yeux et regarda autour de lui. Il pouvait voir clairement à cent mètres à la ronde grâce à la lune, mais il ne parvint tout de même pas à voir qui que ce soit.

Le jeune homme marcha lentement sur le toit en fronçant les sourcils. Un moment plus tard, il s’accroupit en fixant intensément une tuile brisée. On pouvait facilement voir les craquelures dont elle était couverte ; elle venait manifestement de se briser.

Il dégagea la tuile et la lueur d’une lampe brilla en dessous. Comme par hasard, c’était celle de sa chambre.

“On me surveillait ?”

Son expression s’assombrit et devint froide. La tuile dans sa main fut aussitôt réduite en poussière. Il s’épousseta, se leva et se dit : La personne qui me surveillait doit au moins être un Dou Wang pour être capable de disparaître aussi rapidement… Peu de clans en ont dans l’Empire Jia Ma. C’est le Clan Nalan ? Le Clan Mu ? Les Miteer ? La Famille Impériale ?

Alors qu’il réfléchissait, il tourna subitement la tête vers une certaine direction et dit froidement : “Montrez-vous maintenant. À quoi ça rime de continuer de vous cacher après avoir été repéré ?”

Son cri résonna autour du toit avant de se dissiper un moment plus tard. Cependant, rien ne bougea autour de lui.

“Il n’y a personne ?” Il haussa les épaules et soupira d’un air impuissant. Il balaya une dernière fois les environs, puis il ne descendit et retourna dans sa chambre.

Le toit retrouva alors son silence.

Cela dit, il ne dura pas plus de quelques minutes, car l’adolescent revint abruptement. Il se mit à rire amèrement en remarquant qu’il n’y avait toujours personne, et reconnut enfin que son observateur était parti pour de bon. Il soupira, secoua la tête et n’eut d’autre choix que de retourner dans sa chambre.

Cette fois-ci, après son départ, il n’y eut pas le moindre bruit durant une demi-heure. Ensuite, une ombre noire ressemblant au reflet d’un mur se mit soudainement à bouger bizarrement d’un coin, le dos tourné à la lune. Un moment plus tard, cette ombre fit un salto en l’air et s’aggloméra en une forme humaine.

“Heï, ce petit bonhomme est plutôt sensible.” La personne en noir rit doucement en murmurant : “Je n’aurais pas fait une erreur aussi grossière si je n’avais pas tout à coup entendu le nom de ma jeune maîtresse. Je perdrais toute ma face si les autres venaient à apprendre qu’un Dou Shi est parvenu à détecter ma présence.”

“On dirait que ce petit gars a des sentiments envers ma jeune maîtresse…” Le vieil homme fronça les sourcils en disant d’un air vexé : “Le problème, c’est qu’elle semble avoir des sentiments pour lui… Ce n’est pas acceptable. Le talent à l’entraînement de Xiao Yan a beau être plutôt bon, il est loin d’atteindre les critères nécessaires. Il ne pourra pas devenir un grand homme en traînant dans ce coin pourri qu’est l’Empire Jia Ma ; si ça continue, il pourrait finir très déprimé… Crois-tu qu’il soit si facile de faire la cour à sa fille, jeune homme ?”

Le vieillard en robe noire soupira et marmonna : “Cela dit, ce petit gars est entouré de quelques personnes assez puissantes ; la dernière fois, ce vieux bonhomme de Jia Lao a failli découvrir ma présence. Une personne puissante sur le point de devenir un Dou Zhong est effectivement différente des autres…”

“Bah, c’est pas grave. C’est une chance que ce petit gars se dépêche de se rendre à la Secte des Nuages Brumeux ; une fois que j’en aurais fini ici, je pourrais retourner protéger ma jeune maîtresse.” Le vieux bonhomme en noir s’étira en tendant les bras et en pivotant. Il trembla un peu et sa robe noire devint graduellement floue jusqu’à ce qu’il se transforme en ombre noire. Il retourna alors dans les ténèbres en un éclair.

L’adolescent, qui était retourné dans sa chambre, s’assit à une table. Il leva la tête et fixa intensément le toit jusqu’à ce que son cou le lance un peu. Ce n’est qu’alors qu’il baissa la tête avec impuissance et se frotta la nuque.

Tandis qu’il se frottait les épaules, quelqu’un ouvrit tout à coup la porte. “Craaack.” Hai Bodong entra lentement en souriant, et sourit davantage en voyant que son jeune ami ne dormait pas. Il allait s’asseoir à la table, se saisit d’une tasse de thé et la vida rapidement dans sa bouche. “Tu as vraiment été habile aujourd’hui, petit bonhomme. Tu es même parvenu à complètement stupéfier ce vieux machin de Fa Ma, ha ha !”

Le jeune alchimiste le regarda avant de sourire. Il se frotta ensuite le menton, hésita un moment et demanda subitement : “As-tu senti quelqu’un nous suivre ces derniers jours, Vieil Hai ?”

“Nous suivre ?” Le vieillard resta perplexe un moment à cette question, puis il sourit aussitôt et secoua la tête : “Comment serait-ce possible ? Personne de l’Empire Jia Ma ne peut nous suivre sous ma garde ! Pas même le vieux démon.”

Son jeune ami fronça les sourcils, se lécha les lèvres et lui fit un lent résumé de ce qui s’était passé.

“Vraiment ?” Le vieil homme devint de plus en plus grave en voyant que le Dou Shi n’avait pas l’air de plaisanter. Il tapota doucement la table du doigt et un moment plus tard, il sembla se souvenir subitement de quelque chose. Il dit : “Je vais te dire un truc, petit gars, mais je n’en sûr.”

Xiao Yan fut stupéfait par son comportement, et il lui demanda d’un air incertain : “Qu’y a-t-il ?”

“Tu te souviens de notre combat dans la ville de Yan avec les deux Dou Huangs ?” L’ex-empereur de glace se caressa la barbe et dit doucement en fronçant les sourcils : “À ce moment, j’avais vaguement senti la présence d’un autre Qi extrêmement puissant. Cela dit, on était alors dans une situation périlleuse et je n’ai pas pu la sentir clairement. Je l’ai détecté une paire de fois depuis, toujours aussi vaguement… Vu ce que tu as dit, j’en déduis qu’une personne mystérieuse nous suit depuis un long moment.”

Le jeune homme sentit soudain la chair de poule l’envahir. Il déglutit et dit à voix basse : “Même toi tu n’arrives pas à le sentir ? Comment est-ce possible ? Ne me dis pas que le type en question est un Dou Zong ?”

“Uh.” Hai Bodong sourit amèrement, et secoua la tête avant de soupirer : “Je t’ai juste donné mon avis. On n’est même pas sûr que ça soit bien une personne, ou si on est juste trop sensibles.”

Son jeune ami rit amèrement, puis il fronça les sourcils. Il réfléchit encore et encore, mais ne parvint pas à se souvenir de quand il aurait pu rencontrer et offenser un Dou Zong.

Le Viel Hai tapota son épaule et le réconforta : “Bon, n’angoisse pas trop non plus. On va simplement attendre que les choses se passent. Si quelqu’un nous suit, ce doit être pour une bonne raison aussi je pense qu’il se montrera tôt ou tard.”

L’adolescent sourit amèrement et hocha la tête. Il ne trouvait pas d’autre solution, de toute façon.

Son vieux camarade dit tout à coup en souriant : “Héhé, tu as envie d’aller faire un tour et de faire une bonne action ce soir ? Les deux vieux machins, Jia Lao et Fa Ma, seront également présents.”

Il resta perplexe à cette proposition et répondit aussitôt avec stupéfaction : “Hein ? Vous bougez tous les trois ? Qu’allez-vous faire ?” Trois Dou Huangs agissant de concert… De qui voulaient-ils retourner la maison ?

“Héhé…”

Il fronça les sourcils, qui tressaillirent un moment plus tard tandis qu’il demanda : “Ne me dis pas que c’est à cause du jeune homme en robe grise ?”

Le vieux machin sourit à nouveau et dit : “C’est bien ça. Fa Ma n’arrête pas de sentir que quelque chose cloche, alors il veut aller vérifier ses origines… Tu sais à quel point la réputation de l’Association en pâtirait si quelqu’un de l’Empire Chu Yun devait devenir le champion de la Grande Assemblée de l’Empire Jia Ma.”

“Vous n’allez quand même pas…” dit l’adolescent en glissant sa main à l’horizontale sur sa gorge.

“On verra selon la situation, ce n’est pas exclu. Si j’aide Fa Ma ce coup-ci, il me devra une faveur ! Hé hé…”

Le Dou Shi sourit en coin : “Bande de brutes.” Les dessous de la Grande Assemblée étaient un peu trop sombres…

“Ne dis pas de bêtises. Suis-moi si tu veux connaître les origines de ce type.”

Hai Bodong se leva et tituba en sortant de la pièce. Xiao Yan, derrière lui, hésita un moment puis il finit par le suivre. Il voulait vraiment savoir si cet homme en gris était vraiment aussi doué à son âge, ou s’il y avait une autre explication.

 

Wazouille

Fondateur du site et traducteur de BTTH, DNC, TDG et SW, Wazouille est un grand audiophile, un gamer, un lecteur avide et bien d’autres choses encore, comme stakhanoviste, à son insu...

Les derniers articles par Wazouille (tout voir)

BTTH Chapitre 310 part 2
BTTH Chapitre 312

10 Commentaires

  1. Zhexiel Kurokage

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  2. nickylaboum

    merci

    Répondre
  3. Khultima

    Merci pour le chapitre. Eh ben, l’était long ce chapitre. Si seulement les tdg pouvaient l’être tout autant ^^’

    Répondre
  4. sai1905sai1905

    deja fini , décidément j’aimerais que les chapitre soit plus long^^(j’en veut PPPLLLLLUUUUUUSSSSS

    Répondre
  5. Zorbal

    Un grand merci Wazouille pour ce chapitre !!!

    Alors ce nez il a repris une couleur normal ? XD tu sais quand même qu’un lit c’est mieux pour dormir ^^

    Répondre
  6. grenvious

    merci pour le chapitre

    Répondre
  7. ManaMana

    Merci pour ce chapitre long comme… tes talents !

    Répondre
  8. essitamessitam

    merci pour le chapitre

    Répondre
  9. Psycho

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  10. Dark-iop

    Merci pour ce chapitre =D

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com