IATM Chapitre 13

IATM Chapitre 12
IATM Chapitre 14

Bonjour. Bonne lecture ! J’en profite pour vous avertir que le chapitre d’IATM de mercredi, et les chapitres d’SSN et mardi et jeudi risquent d’arriver avec un peu de retard étant donné la semaine qui m’attend. Ils devraient être postés le jour même, mais probablement plutôt vers 19-20h que 16h. Dès vendredi, retour à la normale. C’est tout pour aujourd’hui !

 

 

Chapitre 13 : La lance de Travias 4/5

 

« J’espère que c’est une plaisanterie... » lui dit finalement Dosen.

Roan n’avait-il pas dit qu’il était impossible de traverser le courant ? Il descendit pourtant de son cheval et s’approcha de l’eau.

« On va vraiment traverser ça, hein ? »

« Oui. » répondit Roan tout en regardant l’eau.

« Ce type n’aura donc jamais de cesse de me faire chier... Je ne sais même pas si on a encore le temps de les rattraper en rebroussant chemin. » pensa le Major.

Il fut sorti de sa réflexion par Roan qui commença à mettre les pieds dans l’eau.

Roan continua : « Il y a un pont, ici. »

« Un pont ? » s’étonna son supérieur en fronçant des sourcils.

Les soldats aussi semblèrent dubitatifs. Roan ne s’y attarda pas et continua d’avancer en tirant son cheval par les rênes. L’eau lui monta jusqu’à la taille.

« Avant, il y avait un pont ici. Juste là où je me trouve. » expliqua-t-il.

« On doit traverser un pont qui n’existe pas ? De mieux en mieux ! » rétorqua Dosen qui perdit patience.

Roan se retourna vers lui et l’air implacable, lui dit : « Le pont est toujours là. »

« Comment ça il est toujours là... ? » poursuivit Dosen.

Roan eut un sourire et partit enfin dans une explication claire : « Le niveau de l’eau a monté, ce qui l’a immergé. Il n’en reste pas moins utilisable. »

« Ah ! » crièrent de concert les voix des soldats.

« Faites attention où vous marchez, et vous devriez pouvoir traverser sans encombres. » conclut Roan.

« Comment se fait-il qu’il sache ça... » pensa Dosen.

« Vous attendez qu’il se mette à pleuvoir ? » demanda Roan.

Les hommes, Dosen y compris, réagirent immédiatement à sa requête. Ils descendirent de leurs chevaux et s’avancèrent vers l’eau.

« Faites attention, le pont est très glissant. L’eau réduit la friction 1)Résistance entre deux surfaces lors d’un mouvement. C’est pour ça qu’on glisse sur sol mouillé. et il y a des algues. Je pense qu’il doit y avoir des trous aussi, alors faites comme moi, tâtez le terrain avec votre lance avant d’avancer. Je passe devant. » les avertit Roan.

Il prit une grande inspiration et se mit en marche. Son pied glissa dès le premier pas et il se serait probablement effondré sans sa lance. L’eau était montée jusqu’à sa poitrine, mais il était sain et sauf.

« Calme-toi... Tu l’as déjà traversé. Hrmpf, quel fils de pute. » pensa-t-il.

Il repensait à celui qui, dix-sept ans plus tôt, l’avait trahi en lui volant la lance de Travias.

« Tu parles d’un ami... Il ne serait jamais devenu Comte de Byron sans elle. »

On le surnommait le lancier spectre. Si Roan avait fait quantité de choix hasardeux de par le passé, accorder sa confiance à cet homme avait été le plus grave. Cependant, même avec elle, il ne concurrença jamais Pierce, le lancier divin.

L’eau lui monta à nouveau jusqu’à la poitrine.

« Bon, on se concentre. » pensa Roan en essayant de chasser ses pensées.

Il avançait avec grande précaution, tentant de garder l’équilibre malgré le vent et le courant. Les autres soldats étaient tout aussi inquiets.

« Allez. J’y suis presque. »

Il fut en effet le premier à parvenir jusqu’à la berge opposée. Son cheval se secoua un peu pour se débarrasser de l’eau. Roan tourna la tête et fit un signe aux autres soldats, les invitant à le rejoindre en hâte.

Quand ils y parvinrent à leur tour, ils étaient aussi trempés que lui. Ils auraient voulu prendre le temps de se sécher, mais Dosen ne leur en laissa pas le loisir. Il remonta sur son cheval sans même prendre la peine de récupérer.

« On profitera de la vue plus tard. En avant soldats ! » leur cria-t-il.

Roan hocha de la tête et se mit lui aussi en selle. Il prit la tête du cortège et partit au galop.

« Nous y sommes. Ils vont payer. »

La cavalcade avançait en direction de Trum.

 


 

« La forêt est vraiment très dense. »

« Ouais, même la lumière ne passe pas. »

Joey et Luce avançaient sur le chemin en jetant des coups d’œil aux alentours dans un silence de mort.

« Ouais. C’est ça. Héhé... » continua l’un d’eux pour essayer de briser le silence.

Joey et Luce étaient en tête de la bande des bandits, suivis par une centaine de personnes attachées comme des saucissons, qui avançaient la tête baissée.

« On aurait dû s’attaquer à cette région plus tôt ! »

« Ouais ! Il n’y a vraiment aucun soldat ici ! »

Ils éclatèrent de rire, fiers de leur prise.

« C’était infernal de l’autre côté, avec ces foutus chasseurs qui essayaient de jouer les justiciers... »

Pour cause, les deux chefs esclavagistes avaient perdu de nombreux hommes à cause d’eux. C’était d’ailleurs la raison qui les avait poussés à venir jusqu’ici, au nord du royaume.

« On va devenir riches ! »

« Ouais ! Riches ! On va acheter un manoir en ville ! »

Malgré l’atmosphère inquiétante, ils étaient de bonne humeur. Leur marche les guida ainsi jusqu’à un sentier, mais leurs chevaux commencèrent à s’exciter.

« Qu’est-ce qu’ils ont ces cons là ? »

« Je sais pas... »

Joey frappa son cheval pour lui faire entendre raison, mais celui-ci se mit soudainement à paniquer. Un buisson venait de bouger.

Des bruits de métal suivis de hurlements vinrent briser pour de bon le silence.

« C’est quoi ce merdier ?! »

Joey et Luce se mirent à hurler, donnant des ordres aux hommes en tentant de contenir le chaos.

Leurs hommes se ressaisirent et sortirent leurs épées. Trop tard.

Un groupe d’hommes se jeta sur eux en criant, se plaçant entre les bandits et les esclaves.

« Aidez-nous... »

« NOUS SOMMES LE BATAILLON DE LA ROSE DU ROYAUME DE RINS ! » hurla le Major Dosen.

« Nous sommes sauvés ! » s’écrièrent les esclaves.

« Putain, des soldats ?! » s’étonna Joey.

« Mais d’où est-ce qu’ils sortent ? » le relança Luce. Il se saisit de son arc et prépara une flèche.

« Il est temps de fuir. » pensa-t-il.

Ses hommes parviendraient bien à assurer sa survie. Il s’apprêtait à tirer quand soudainement, un bruit atroce se fit entendre proche de sa tête. Il se tourna vers son ami.

Un autre groupe se jeta sur le reste des bandits.

« Tu croyais t’en tirer comme ça ? » dit Roan à haute voix en regardant la tête explosée de l’un des chefs. Il se tourna alors vers Luce.

« Rends les armes, ou... »

Nostra

Nostra

Administrateur et traducteur d'IATM et SSN. Personnage obstiné, perfectionniste et doté d'un ego démesuré.
Nostra

Les derniers articles par Nostra (tout voir)

IATM Chapitre 12
IATM Chapitre 14

References   [ + ]

1. Résistance entre deux surfaces lors d’un mouvement. C’est pour ça qu’on glisse sur sol mouillé.

10 Commentaires

  1. Riri

    Merci pour le chapitre.

    Répondre
  2. Naos

    merci pour le chapitre ^^

    Répondre
  3. essitamessitam

    merci pour le chapitre

    Répondre
  4. Blackers

    merci pour le chapitre

    Répondre
  5. nicylaboum

    merci

    Répondre
  6. eVoX

    merci pour le chap^^

    Répondre
  7. Myrddin

    Merci pour le chapitre

    Répondre
  8. Meifumado

    Excellent,merci.

    Répondre
  9. Piarc

    Adhérence pas friction. C’est le phisycien qui parle.

    Répondre
    1. NostraNostra (Auteur de l'article)

      http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/friction/35246

      Je veux bien te croire mais va falloir réussir à convaincre les gus du Larousse aussi.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com